Entrées par Cécile Blanchard

Transformer le programme d’histoire en dictionnaire

Pas facile de motiver les élèves et de leur apporter des méthodes de travail quand l’enseignement se fait de manière hybride, alternant présence et distance tout au long de l’année. Le défi prend d’autant plus d’importance que les élèves sont en terminale et que c’est un peu « la dernière chance » avant qu’ils s’envolent vers l’enseignement supérieur. Alors, on peut essayer de se faufiler avec un projet de dictionnaire au milieu d’un programme pléthorique et grâce au répit accordé par l’annulation des épreuves communes en cours d’année…

Quelques conseils pour bien débuter

Être enseignant, c’est débuter un peu chaque année, mais c’est plus impressionnant la toute première! Après avoir proposé deux webinaires pour bien débuter dans les premier et second degrés, nous vous proposons ici quelques idées ou conseils, destinés donc avant tout aux collègues débutants et peu aguerris dans le métier, mais pas exclusivement.  Qu’aurions-nous aimé […]

Pour une école réellement inclusive

« En France tout commence par un slogan, se poursuit par un protocole, et se termine avec un formulaire Cerfa. Les enseignants rangent alors dans un tiroir le N-ième imprimé… » Le constat d’Alexandre Ployé, maître de conférences à l’université Paris-Est Créteil, sur l’école inclusive en France n’est pas tendre. Intervenant le 18 aout aux Rencontres d’été du CRAP-Cahiers pédagogiques à Saint-Maixent-l’École, il a développé son point de vue et ses propositions pour les participants.

,

Échos de Rencontres réussies

Les Rencontres d’été du CRAP-Cahiers pédagogiques sont l’occasion, comme l’annonçait le titre de 2019, de « mettre en valeur nos pratiques, mettre nos pratiques en valeur ». Cette année, nous partîmes 130 pour des Rencontres placées sous le signe de la devise « Liberté, égalité, fraternité » et de l’inclusion. Voici quelques échos épars des ateliers et des pauses de ce temps de formation très particulier.

,

« Je suis un pédagogiste »

Le terme « pédagogiste » est généralement utilisé dans un sens péjoratif, mais on peut aussi inverser le stigmate et se revendiquer « pédagogiste », c’est-à-dire en recherche et en réflexion sur ses pratiques pour faire réussir tous les élèves. C’est le choix que fait Philippe Watrelot, ancien président du CRAP-Cahiers pédagogiques, avec son livre Je suis un pédagogiste qui parait ce mois-ci chez ESF-Sciences humaines. Il était présent hier aux Rencontres d’été du CRAP à Saint-Maixent-l’École, pour échanger avec les participants autour des questions et propositions qu’il formule dans son livre.

Quelles méthodes pour apprendre ?

« Peut-on apprendre sans méthode(s) », voici la question centrale que notre dossier pourra traiter, sans échapper aux controverses induites par ce thème, sans nier une certaine « guerre des méthodes », en ouvrant ses pages à toutes les acceptions du terme, et à ses variantes : démarches, dispositifs, protocoles, stratégies, etc…

Former les élèves à la coopération

Il ne suffit pas que quatre élèves travaillent ensemble pour qu’ils en tirent un bénéfice. Bien au contraire. Sans précautions spécifiques, la coopération peut décourager les plus fragiles, détériorer le climat de classe et rendre le métier d’enseignant bien plus pénible. Ce dossier des Cahiers pédagogiques, ouvert aux réalités des écoles, des collèges, des lycées et de l’enseignement supérieur détaillera l’un des leviers pour espérer rendre la coopération pédagogique profitable à tous.

,

Apprendre, créer et vivre en liberté : une année en projets

En décembre, nous avons fait la connaissance des élèves du dispositif UPE2A de Forbach et de leur enseignant Omar Kaced. La rencontre fut si belle que l’envie de garder contact s’est imposée comme une évidence pour Monique Royer. La semaine dernière, Bernard racontait son engagement auprès de ces « gamins qui en veulent, qui savent d’où ils viennent, avec souvent d’effroyables étapes » Aujourd’hui, pour clôturer l’année, ce sont eux qui partagent avec nous les projets qu’ils ont menés. Ils le racontent en haïkus, en images et en sons, avec l’enregistrement de leur texte en français et dans leur langue natale.