Articles

Un concours de circonstances ?

Tenter de devenir perdir (personnel de direction) à défaut de la Nouvelle-Calédonie. Se préparer jusqu'au bout même si (parce que) on pense que ça ne sera pas pour cette fois. Et réussir, mais pas vraiment par inadvertance. Voici le troisième volet de notre série de témoignages de lauréates de ce concours, après Marie Perpère et Marie-Christine Bonneau-Darmagnac.

Réussir le concours de perdir, malgré tout

Malgré une préparation réalisée en partie à distance, des oraux blancs « catastrophiques » et la charge d’une classe à temps complet, cette enseignante a réussi le concours de personnel de direction. Le déclic s’est produit grâce à des chefs d’établissement et un travail en équipe. Deuxième article de notre série, après le témoignage de Marie Perpère.

Mon marathon pour devenir perdir

Pour le concours 2021, l’Éducation nationale avait ouvert 560 postes de personnel de direction. Qu’est-ce qui peut motiver une professeure d’espagnol à se lancer dans la course ? Comment a-t-elle réussi à faire partie des admis, malgré le contexte difficile ? Un témoignage personnel riche en réflexions et ressources.

« Vis ma vie » de chef d’établissement en confinement

Et les chefs d’établissement ? À quoi a ressemblé jusqu’ici la continuité pédagogique pour eux ? À quoi continue-t-elle de ressembler, même s’il faut désormais, en plus, réfléchir à la reprise pour le 18 mai, le 2 juin, ou plus tard ?
,

La couleur de peau, l’ultime préjugé ?

Principal-adjoint et photographe, Max Tchung-Ming conjugue les deux avec un regard singulier. « C’est pas marqué sur mon front » que je suis ainsi, semble-t-il nous écrire, sur un front noir pour souligner à l’encre blanche que les préjugés voilent encore nos idées. Rencontre avec un artiste pour qui la mixité dans l’éducation reste à construire.