Archive d’étiquettes pour : histoire de l’éducation

,

« Apprenant » n’est pas scolaire mais éducatif !

Les ambigüités des dispositifs de « vacances apprenantes » entre éducation nouvelle et pédagogie traditionnelle.
,

Un apprentissage « scolaire » sans la parole du maitre ?

Des écoles mutuelles aux classes uniques, le détour par l’histoire de l’école montre que certaines pratiques d’apprentissage entre élèves sans l’enseignant ont été rejetées par l’institution scolaire d’État. Celle-ci apparait alors comme la gardienne d’une certaine forme scolaire prescrivant une présence une et continue du maitre.
,

Forme scolaire et socialisation démocratique

Comment a été fondé le concept de forme scolaire en sociologie ? Quels en sont les usages aujourd’hui ?
, ,

Des vêtements et de l’école

Comment s’habiller pour aller à l’école ? Comment choisit-on entre uniformité et identité, entre codes et mode et praticité ? Une exposition du Musée d’histoire de l’éducation explore cette question, à travers l’histoire et en résonance avec des débats très actuels.
,

Il voulait la joie. Pour tous.

Georges Snyders, professeur de philosophie et de sciences de l’éducation s’est éteint à l’âge de 94 ans. Pierre Madiot, ancien rédacteur en chef, a bien voulu se souvenir de leurs rencontres.
,

Les idées simples

Janvier 1985. Depuis six mois (juillet 84) Jean-Pierre Chevènement est ministre de l’Éducation nationale. Arrivé sur les décombres du projet de « grand service public unifié et laïc » de l'Éducation nationale, il engage un tournant politique radical par rapport à son prédécesseur au nom d’un consensus réactionnaire autour de « quelques idées simples ». Dans la rubrique des Cahiers pédagogiques « pédagogie et politique », inaugurée un an auparavant, Francis Imbert apporte une contribution où il interroge la politique de la gauche au pouvoir : mise en garde polémique contre les idées simples qui engagent l’histoire à reculons. L’actualité de ce débat ne frappera peut-être pas nos lecteurs au premier abord. Quoique.Dans le même numéro (n° 230-231, janvier-février 1985), dont le dossier est consacré à la « pedagogia dell’arte », Michèle Allemand propose une petite contribution à la rubrique « faits et idées » où, avec un peu d’humour et de provocation, elle fait l’éloge de ces outils tout simples que sont la gomme et le crayon. Car, en pédagogie, les idées simples ne le sont que pour ceux qui refusent de faire confiance à l’intelligence créatrice des enseignants.
,

Yvette, muette, trop bête

AVRIL 1967. Issues de la réforme Fouchet-Capelle de 1963, les classes de transition avaient, sur le papier, la mission d’assurer le passage vers le collège d’enseignement général pour les élèves qui n’avaient pas pu y accéder…
,

Jean-Jacques Rousseau et l’éducation

En 2012, le monde entier fête le tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, et aussi les 250 ans de la publication de son Émile ou De l’éducation. Retour sur un père fondateur de l’éducation nouvelle.
,

Prendre l’option universaliste

Grand spécialiste des religions, formidable vulgarisateur, Odon Vallet a écrit de nombreux ouvrages grand public, bien utiles pour bousculer certaines idées reçues ou pour mieux connaitre la réalité des religions d’hier et d’aujourd’hui. Un entretien à la veille d’un passionnant colloque à la Bibliothèque nationale de France (novembre 2016) qu’il introduit et conclut.
,

Les métamorphoses du baccalauréat

Contrairement aux idées reçues, le baccalauréat a beaucoup évolué, dans sa forme, depuis sa création. Un détour historique éclairant, qui présente également les nombreuses tentatives de réforme, avortées, quand il a été question d'y introduire une part de contrôle continu.
, ,

Comment attester d’un savoir

En quoi et comment ce qu’on appelle « diplôme » a-t-il été construit historiquement pour attester des savoirs ? En quoi ce processus est-il aujourd’hui remis en cause et, de ce fait, en quoi bouleverse-t-il le monopole de transmission des savoirs par l’école ?
,

Ambigüités autour des savoirs

Il est ici question du ratage de ministères se voulant progressistes concernant l'évolution des contenus scolaires. On n'en a pas fini avec les querelles autour des programmes, les frilosités, les détricotages. Il est bon de s'appuyer sur ce genre d'articles pour y voir plus clair sur le « quoi enseigner », souvent mis au second plan.