Articles

Inclure tous les élèves : une obsession française ?

Un certain candidat à l’élection présidentielle a récemment estimé que les enfants en situation de handicap devraient être scolarisés dans des établissements spécialisés, dénonçant une « obsession de l’inclusion ». Nous rappelons ici pourquoi il est important au contraire de maintenir le principe de l’inclusion scolaire, sans nier les difficultés ni négliger le chemin qui reste à faire.
,

Segpa : tirez pas sur l’ambulance !

Sandrine Sirvent est enseignante en Segpa (Section d’enseignement général et professionnel adapté). Elle aime son métier, voit ses élèves, que la vie n’a pas épargnés, envisager progressivement, avec confiance, le chemin des apprentissages. Alors, lorsqu’un film stigmatisant menace d’ébrécher cette confiance à coup de préjugés, elle réagit, en témoignant sur son métier.

Cyril Hanouna et les Segpa

L’annonce, tout début janvier, par l’animateur et producteur Cyril Hanouna de la sortie au printemps d’un film sous le titre Les Segpa a suscité beaucoup de réactions indignées, atterrées ou simplement tristes chez les enseignants, les parents et les élèves de ces sections « dans la vraie vie ». Sylvain Connac se fait ici leur porte-parole pour demander à Cyril Hanouna de renoncer à ce titre pour son film et, ainsi, de ne pas stigmatiser des élèves déjà bien malmenés.
,

Écolière et « hors norme » : le droit d’être élève est chahuté

Être parent d’un enfant en situation de handicap, c’est se confronter aux réalités d’un système qui affiche l’inclusion à son fronton sans que les faits donnent corps à l’intention. Caroline Boudet, maman d’une petite fille atteinte de trisomie 21, témoigne sur son parcours de combattante pour que l’école inclusive soit une réalité quotidienne.

Pour une école réellement inclusive

« En France tout commence par un slogan, se poursuit par un protocole, et se termine avec un formulaire Cerfa. Les enseignants rangent alors dans un tiroir le N-ième imprimé… » Le constat d’Alexandre Ployé, maître de conférences à l'université Paris-Est Créteil, sur l’école inclusive en France n’est pas tendre. Intervenant le 18 aout aux Rencontres d’été du CRAP-Cahiers pédagogiques à Saint-Maixent-l’École, il a développé son point de vue et ses propositions pour les participants.
,

Échos de Rencontres réussies

Les Rencontres d'été du CRAP-Cahiers pédagogiques sont l'occasion, comme l'annonçait le titre de 2019, de « mettre en valeur nos pratiques, mettre nos pratiques en valeur ». Cette année, nous partîmes 130 pour des Rencontres placées sous le signe de la devise « Liberté, égalité, fraternité » et de l'inclusion. Voici quelques échos épars des ateliers et des pauses de ce temps de formation très particulier.
,

Apprendre, créer et vivre en liberté : une année en projets

En décembre, nous avons fait la connaissance des élèves du dispositif UPE2A de Forbach et de leur enseignant Omar Kaced. La rencontre fut si belle que l’envie de garder contact s’est imposée comme une évidence pour Monique Royer. La semaine dernière, Bernard racontait son engagement auprès de ces « gamins qui en veulent, qui savent d’où ils viennent, avec souvent d’effroyables étapes » Aujourd’hui, pour clôturer l’année, ce sont eux qui partagent avec nous les projets qu’ils ont menés. Ils le racontent en haïkus, en images et en sons, avec l’enregistrement de leur texte en français et dans leur langue natale.
,

« La culture pour tous, c’est le moteur de l’action »

Bernard porte le bénévolat en bandoulière et brandit la culture comme un sésame à partager avec ceux qui, à priori, sont privés de son accès. Il le fait notamment avec les élèves allophones du lycée Blaise-Pascal de Forbach. Auprès d’Omar Kaced, l’enseignant coordonnateur du dispositif, il apporte sa touche et sa passion aux projets menés. Rencontre avec un engagé de l’humanisme.
,

ULIS : le « hors-norme » pour mieux comprendre la « norme »

Stéphane Clerc, coordonnateur d’un dispositif ULIS et formateur sur l’école inclusive, nous invite à visiter les riches chemins de traverse de la pédagogie adaptée aux élèves à besoins particuliers. Entre adaptations constantes…
,

AESH ou le mirage de l’école inclusive

Le site Eduscol l’affirme : « Permettre à l'école d'être pleinement inclusive est une ambition forte du président de la République, qui a fait de la scolarisation des élèves en situation de handicap une priorité du quinquennat. » L’écart entre l’ambition affichée et la réalité vécue dans les écoles est si fort qu’une journée de mobilisation contre la précarité des AESH (Accompagnants d'élèves en situation de handicap) a lieu ce jeudi 8 avril. Témoignages de deux AESH et d’un parent d’élève multidys.
,

AESH, les invisibles de l’Éducation nationale

Dans la #manifvirtuelle initiée sur Twitter par des professionnels de l'éducation, des enseignants expriment leur engagement dans leur métier et le manque de reconnaissance. Dans ce mouvement où le sentiment de défiance l'emporte sur le discours officiel de l'école de la confiance, d'autres professions se manifestent, et parmi elles, les AESH (accompagnants d’élèves en situation de handicap). Jade exerce ce métier qu'elle aime. Elle raconte les raisons de sa colère, cette façon de faire de l'école inclusive un slogan plus qu'une réalité tangible et équitable.
,

Portrait d’une profession en lutte

Semaine après semaine, nos portraits du jeudi racontent un métier, ou plutôt une multitude de métiers, qui se vit intensément, une éducation qui bouge, évolue, s'adapte aux pleins et aux déliés mouvants d'une société fragile. L'enthousiasme, l'énergie, la créativité en sont des caractéristiques. Le contraste est saisissant avec les traces de malaise, voire de souffrance, laissées par des enseignants sur les réseaux sociaux, avec notamment la balise #manifvirtuelle.