Éduquer, c’est politique

La 3ème Biennale internationale de l’éducation nouvelle s’achève avec la conférence de clôture par Philippe Meirieu et Laurence De Cock. Participants l’une et l’autre comme témoins, ils ont tissé des liens entre le propos introductif de Bernard Charlot et leurs picorages dans les échanges. De la cinquantaine d’ateliers et des vingt débats de ces quatre journées, ils ont dégagé quelques enjeux majeurs pour la poursuite de la convergence des mouvements de l’éducation nouvelle.
,

La laisse invisible

Ce n’est pas très heureux de parler d’une « laisse » quand on parle d’enfants et pourtant, c’est l’image qui m’est venue en regardant ma classe alors qu’intervenait un chanteur professionnel. Il faut d’abord mettre…
,

Vous voilà prévenus

Nous sommes à quelques jours de la rentrée et discutons entre parents de nos enfants, de leur scolarité, de leur collège, de leurs professeurs. Arrive Thibault, le fils de la maison, tendant à bout de bras un cahier grand format. « Tiens…
,

Être en lien pour être bien

Pour les élèves à besoins éducatifs particuliers, scolarisés à l’école ordinaire, les relations avec leurs camarades typiques posent question, notamment en éducation physique et sportive, une discipline dans laquelle ils peuvent éprouver des difficultés.
,

Une mission pédagogique mais aussi politique

Si la recherche montre l’influence du bienêtre à l’école sur les apprentissages, celui-ci reste trop souvent cantonné à des déclarations d’intention et des initiatives isolées d’enseignants. Donner de la place au bienêtre à l’école nécessite une volonté politique.
,

Penser ou panser l’organisation du travail

Ne cherchez pas ! En trente ans de carrière, l’historienne et psychanalyste Mireille Cifali, professeure honoraire en sciences de l’éducation à l’université de Genève, a pensé les conditions de l’apprentissage sans utiliser une seule fois le mot « bienêtre ». Quel regard porte-t-elle sur ce mot ? Que cache cette vogue du bienêtre ? Entretien.
,

Bain de jouvence

« I don’t know how to live without your love, I was born to make you happy » chantent Britney Spears et toutes les petites filles de 7 à … ans avec leurs copines, et apprennent ainsi leurs premiers mots en yaourt anglais... La petite chanteuse pop sert alors de passeuse de bienêtre pour toute une génération. Leurs parents, leurs enseignants, ont davantage de mal à baigner dans cette béatitude-là. Les lecteurs des Cahiers pédagogiques ont un autre moyen d’accéder au bienêtre. La rubrique « Et chez toi ça va ? », disent certains abonnés aux Cahiers, « c’est la rubrique que je lis en premier ». Pour autant, ce n’est pas pour cette rubrique que l’on s’abonne. C’est que, comme l’écrivait son premier coodonnateur, Philippe Lecarme, « nous avons besoin d’articles de fond, de bouquins solides et pleins d’idées, où la cuillère tient debout ». C’était dans le premier numéro des Cahiers pédagogiques du millénaire ! Florence Lenoble, Hélène Eveleigh, Françoise Colsaet, Agnès Berthe, Rachel Harent, ont successivement tenu cette rubrique née pour nous faire partager des émotions, des énervements, des tristesses, des états d'âme. Car si elle n’existait pas, comme ils manqueraient aux Cahiers pédagogiques ces textes courts qui nous font du bien même lorsqu'ils abordent des moments difficiles ou douloureux ! Alors, à l’heure où nous interrogeons le bienêtre dans l’école, dans la classe, dans le métier, il fallait aussi revenir sur sa place dans nos publications. Voici donc la présentation de la première fournée, qui comprenait un texte de Florence Castincaud « Le savoir universitaire, ça peut vraiment servir ? » et les deux récits suivants, qui nous plongent directement dans le grand bain d’ « Et chez toi ça va ? » : à travers une fiction bien pessimiste dans le premier et un témoignage optimiste pour le second. La rubrique a 22 ans et se porte à merveille. Elle n’attend qu’une chose, que vous répondiez à votre tour : alors, et chez toi, ça va ?
,

Créativité et liberté

Lorsque les Cahiers pédagogiques m’ont proposé d’écrire une chronique sur la créativité dans la littérature jeunesse, j’ai tout de suite songé à des ouvrages d’écriture et à des livres d’art, conviant les lecteurs…
,

Quand la classe promenade rejoint l’université

Comment prépare-t-on un atelier dans le cadre d’un colloque universitaire quand on est un mouvement pédagogique ? Récit d’une expérience collaborative et enrichissante.
,

Noël et laïcité en classe

9 décembre, Journée de la laïcité. J’arrive au collège vers 14 h, la tête encore dans ma formation du matin. Une élève de 6e court vers moi et m’explique qu’il y a un problème dans la classe avec les décorations de Noël…
,

Je hais pronote !

Je hais Pronote ! Je déteste toute plateforme qui veut me faire fliquer mes enfants. Je refuse de vérifier chaque soir quelles ont été leurs notes, s’ils ont été absents, si un enseignant m’a écrit. Je veux faire autre chose avec…
,

D’une collégienne à ses professeurs

Le métier d’enseignant me parait assez difficile, entre des parents d’élève parfois durs, des élèves irrespectueux, le travail très lourd à fournir ajouté aux heures de cours et un salaire qui ne compense pas la fatigue physique…
,

Partir et rester à la fois

Depuis quelque temps, les articles sur l’explosion des démissions d’enseignants se multiplient. Est-ce une prise de conscience tardive ou un effet de la campagne électorale ? À titre d’exemple, un article du Monde, daté…