L’Observatoire de la laïcité manquera aux enseignants et aux éducateurs. Sa voix mesurée et dépassionnée était bienvenue dans la période que nous traversons, où les débats deviennent instantanément polémiques et où les instrumentalisations de la laïcité sont trop nombreuses.

Pour rappel, cet observatoire, créé en 2007 par Jacques Chirac et installé en 2013 par François Hollande, comptait vingt-trois membres, avec une composition pluraliste (parlementaires de la majorité et des oppositions) et multicatégorielle (élus, hauts fonctionnaires, personnalités…).

En juin 2018, Jean-Louis Bianco, alors encore président de l’Observatoire, nous avait accordé une interview, dans laquelle il soulignait que «la laïcité française ne fait pas l’objet d’une attaque généralisée, même si certains font comme s’il y avait une sorte de pieuvre testant partout la solidité de la laïcité» et que «la très forte médiatisation des cas de conflit [à l’école] a parfois un côté presque ridicule».

Nous partageons l’objectif qu’il affirmait : «il faut apprendre aux élèves à distinguer entre savoir et croire» et pour cela, une formation historique et juridique solide des enseignants est indispensable. Des documents et outils produits par l’Observatoire existent, il faut les utiliser!

Le CRAP-Cahiers pédagogiques rend hommage au travail effectué par l’Observatoire de la laïcité et gardera comme boussole l’idée que «la laïcité, ce n’est pas d’interdire ce qui choque ou déplait à tel ou tel».

Paris, le 7 avril 2021