Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Sommes-nous devenus fous ?


Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative qui vit de ses abonnements et ventes au numéro.
Pensez à vous abonner sur notre librairie en ligne, c’est grâce à cela que nous tenons bon !

Témoignage d’élève

Sommes-nous devenus fous ?

Cyril Lascassies

31 mars 2021

Si les cours ont pu être, au moins en partie, maintenus en présence pour les élèves des lycées, reste que bon nombre d’entre eux sont fragilisés par cette pandémie qui perdure et éclipse leur horizon. Un malêtre qu’ils ont parfois du mal à exprimer, comme en témoigne ce message d’une lycéenne que nous partage son professeur de mathématiques.


La centrifugeuse Éducation nationale tourne à plein régime. Le pilote ne semble pas se rendre compte qu’il faut ralentir la cadence, tenir compte de la situation de pandémie, car la machine, après avoir exclu les plus fragiles, commence à s’en prendre à tous les autres.

Nous ne pouvons pas attendre le monde d’après, il faut changer dès aujourd’hui ! Ci-après le témoignage d’une lycéenne (publié avec son accord) qui me semble représentatif d’autres témoignages d’angoisse et de lassitude. Pire, la honte pour ces jeunes de rencontrer des difficultés. Cette culpabilité me semble entretenue par certains discours au plus haut niveau. Sommes-nous devenus fous ?!

Cyril Lascassies
enseignant en mathématiques en lycée

« J’AI DU MAL À DEMANDER DE L’AIDE »

Le lundi 22 mars 2021 à 20 h 20, Élève a écrit :

« Bonsoir Monsieur,

J’espère que vous vous portez bien. Je viens vers vous au sujet de la semaine dernière. Je tenais à m’excuser au sujet de mon attitude quelque peu nerveuse. J’ai été très déçue de ce que j’ai fait au contrôle, je pensais bien réussir, je venais confiante pour une fois, je m’étais entrainée avec des exercices et le sujet d’évaluation que vous nous aviez envoyé avec mon parrain. J’ai eu cette impression que mon travail n’a pas servi à grand-chose, ça m’a découragée et contrariée. Cela fait un moment que je ne suis plus contente de mon travail et que je n’arrive plus à l’être. Je suis simplement soulagée que les bonnes notes me montent la moyenne et que les moins bonnes ne me la descendent que de peu.

À cela s’ajoute mon moral et ma motivation qui sont un peu tirés vers le bas ces temps-ci. Je n’arrive plus à me mettre au travail. Je ne me sens bien ni à la maison ni au lycée, à cause du stress. Je n’ai plus vraiment envie de travailler et je n’arrive plus à me détendre, me faire plaisir, à pratiquer mes loisirs ou même à prendre du plaisir avec mes amis sereinement le weekend. Je me sens constamment stressée par l’école et le moindre travail. Mon sommeil en subit les conséquences et en devient très mauvais avec ces mauvaises pensées. L’ambiance est un peu tendue à la maison de même : mon frère n’est pas très bien, ce qui impacte le mental de mes parents et de moi-même. J’évite donc de trop en rajouter, je me fais un peu discrète mais tout ceci commence à me peser et à me démoraliser davantage.

C’est pour cela que j’ai du mal à demander de l’aide, que ce soit pour les cours ou autres et que j’évite de m’exprimer dessus, par peur de déranger. J’ai énormément de mal à me confier et beaucoup plus à l’oral, mais je tenais tout de même à vous donner des explications sur mon comportement de la semaine dernière bien que cela soit compliqué. Je tenais à vous remercier également pour vos encouragements et votre gentille personnalité qui rendent tout de même mon implication dans les maths un peu plus facile.

J’espère que cela vous aura aidé à le comprendre. Je m’excuse tout de même de vous déranger avec ça si tard.

J’espère que tout se passe bien de votre côté.

Passez une bonne fin de soirée.

Cordialement,
— 
Élève. »


À lire également sur notre site :
« Le temps s’arrête mais nous, on vieillit quand même », portrait d’étudiants confinés par Monique Royer


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.