Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative qui vit de ses abonnements et ventes au numéro.
Pensez à vous abonner sur notre librairie en ligne, c’est grâce à cela que nous tenons bon !
,

Revue de presse du 3 avril 2022

Plus qu’une semaine pour le premier tour, et le thème éducatif s’installe dans la presse. La question de l’enseignement professionnel y tient une place importante. Quelques polémiques pointent leur nez. Quelques infos à propos de l’enseignement supérieur et de … Parcoursup, et pour terminer quelques ressources.

Présidentielle

Présidentielle 2022 : une avalanche de mesures sur l’éducation. “Les candidats se servent de l’école comme d’un marqueur politique dans leur projet présidentiel, sans forcément faire preuve de cohérence.” Par Sylvie Lecherbonnier; abonné

Dossier de La Croix propose dans un dossier  de comparez les programmes des candidats (immigration, éducation, famille…). “Durant les deux dernières semaines de campagne pour l’élection présidentielle, La Croix publie chaque jour un comparatif des programmes sur un thème choisi. Une analyse qui doit éclairer sur les principales lignes de fracture entre les candidats, ainsi que sur l’évolution du débat depuis le dernier scrutin.”

Le Parisien fait le point sur les propositions des candidats à la présidentielle 2022. “L’éducation n’a pas été négligée cette année par les candidats à l’élection présidentielle, alors que la question de rémunération des enseignants s’est invitée dans la campagne. Le point sur toutes les propositions.”

C’est aussi l’heure du bilan. Amélie Petitdemange pour l’Étudiant propose le Bilan du quinquennat : Macron a-t-il tenu ses promesses en matière de vie étudiante ?A deux semaines de l’élection présidentielle, EducPros dresse le bilan du gouvernement sortant quant aux mesures et aides mises en place en faveur de la vie étudiante. Marqué par la crise sanitaire et la précarité étudiante, l’accompagnement n’a pas été à la hauteur, selon la Fage et la Cour des comptes.”

Ainsi que pour Les Echos : de Parcoursup au retour des maths pour tous, un bilan chahuté. “Episode 3. Alors que l’échéance présidentielle se rapproche, l’heure est au bilan du quinquennat écoulé. Dans « La Story », le podcast d’actualité des « Echos », Michèle Warnet et Marie-Christine Corbier font le point dans le domaine de l’éducation, avec ses couacs, ses effets attendus, ceux déjà visibles.”

Pour Marianne, Entre Macron et les enseignants, une succession de maladresses. Par Hadrien Brachet et Marie-Estelle Pech. “Dans son programme, le président-candidat écarte l’idée d’augmenter uniformément les enseignants. La rémunération au mérite et le projet d’autonomie des établissements exaspèrent la profession. Malgré 6 milliards sur la table, le discours clivant, façon « prof bashing », du président n’a pas arrangé son image auprès d’une corporation qui ne lui était pourtant pas si hostile en 2017.”

Mais dernière minute, Présidentielle : Emmanuel Macron change de ton à l’égard des enseignants. “A une semaine du premier tour, le président-candidat a tenté de rattraper l’effet brutal qu’avait produit son discours à l’égard des enseignants, mi-mars. Lors de son meeting, samedi, il les a fait applaudir. « Nous ferons différemment », a-t-il lancé, tout en se disant « fier » de son bilan.”

Les candidats n’ayant sans doute pas assez d’idées, d’autres leurs en proposent.

Les Échos proposent une tribune, mais pour les abonnés. Opinion L’éducation, mère de toutes les batailles du prochain quinquennat. “Alors que la crise sanitaire a entraîné dans son sillage de nombreux décrochages scolaires et une vague de démissions d’enseignants, le prochain chef de l’Etat devra engager sans tarder une profonde modernisation de notre système éducatif.”

Le dessin de JiMo

Présidentielle. Et si on reparlait des rythmes scolaires ?Depuis l’arrivée de Jean-Michel Blanquer au ministère de l’Éducation nationale, la majorité des communes a fait le choix de revenir à la semaine de quatre jours. Résultat, les enfants subissent des journées de six heures de cours. Trop lourd, juge l’observatoire des rythmes et des temps de vie des enfants et des jeunes, qui interpelle les candidats à la présidentielle dans un manifeste.”

Les trois âges des politiques d’éducation. Contexte, fabrique et mise en œuvre des réformes. “Ce texte publié par le CNAM s’inscrit dans une série de rapports publiés par le Centre national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco) sur la thématique : Gouvernance des politiques éducatives.”

Pour le rapport complet : Pons, X. (2022). Les trois âges des politiques d’éducation. Contexte, fabrique et mise en oeuvre des réformes. Paris : Cnesco-Cnam.

Remettre l’École au cœur de la République. “Étude de la Fondation Res Publica par Matthieu Lahaye, spécialiste des questions éducatives et membre du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica. Le débat éducatif de la campagne présidentielle et des législatives mérite d’être à la hauteur des enjeux que l’École de notre pays doit relever.”

Et pendant ce temps, Remplacements : JM Blanquer créé les PCE. “C’était dans l’air du temps. Mais Jean Michel Blanquer accélère le processus à quelques jours seulement de son départ de la rue de Grenelle. Un décret publié ce matin au Journal officiel crée les PCE : professeurs de la continuité éducative. Ils seront chargés d’assurer les remplacements dans le premier et le second degré à distance à l’aide de robots “Gille”. Pour le ministère, les PCE sont la solution au problème des remplacements. Un programme d’équipements numériques, particulièrement destiné au premier degré, accompagne cette mesure.” Vous reprendrez bien un peu de virtuel.

Le dessin de Fabien Crégut

 

L’enseignement professionnel

La question de l’enseignement professionnel s’est invitée dans la présidentielle. C’est assez nouveau pour le souligner et de nombreux articles en traitent.

Et c’est le candidat-président qui lance le débat. Macron veut orienter dès la 5ème. “En visite à Fouras (17) le 31 mars, E Macron a donné une précision sur la réforme de l’orientation qu’il veut mettre en place. En réponse à un restaurateur qui se plaignait de ne pas trouver d’employé, E Macron répond : “On a besoin de faire mieux connaitre ces métiers. Donc alternance, apprentissage et orientation dès la 5ème pour faire connaitre ces métiers”. Des propos qui rejoignent les craintes du Snuep FSU. “E Macron organise le séparatisme de la jeunesse lycéenne. Il y aura ceux qui poursuivront des études supérieures et ceux qui à 16 ans iront en entreprise. C’est un projet totalement réactionnaire qui annule des décennies de lutte”, nous disait S Gérardin, co secrétaire générale du Snuep le 29 mars. Jean-Paul Delahaye, ex Dgesco, a réagi sur Twitter. “L’apprentissage junior déjà tenté en 2005 pour casser le collège unique et orienter précocement les enfants des milieux populaires a été un lamentable échec”, rappelle t-il. “Ceux qui le proposent à nouveau savent que ça ne concernerait pas leurs enfants”.”

Sigrid Gérardin, toujours sur le Café pédagogique : “Macron organise le séparatisme entre les jeunesses lycéennes”. “Pour Sigrid Gérardin, co secrétaire générale du Snuep Fsu, le projet électoral d’E Macron ramène la voie professionnelle des décennies en arrière. Il organise la fragmentation de la société entre une jeunesse qui aura accès aux études supérieures et les jeunes des familles populaires qui quitteront l’Ecole dès 16 ans pour être confiés aux entreprises. Son syndicat craint également le passage de la voie professionnelle au Ministère du Travail. C’est une rupture qui s’annonce.”

Après deux ans de Covid, les lycées se préparent à la réforme de la voie professionnelle. Par Thibaut Cojean. “Après deux ans d’enseignement perturbés par la crise sanitaire, l’accompagnement des élèves est plus que jamais un critère central et déterminant du classement des lycées professionnels de l’Étudiant. Il le sera encore l’année prochaine, alors que les établissements mettent en place la réforme de la voie professionnelle.”

Mais côté enseignants, La transformation de la voie professionnelle recalée par les PLP. “Un signe qui ne trompe pas : pour 79% des enseignants le comportement des élèves s’est dégradé ces 5 dernières années. C’est un des résultats du sondage Harris commandé par le Snuep Fsu qui est révélé ce matin lors des “Ateliers de la voie professionnelle” organisés par ce syndicat. Ce que les enseignants mettent en cause c’est la transformation de la voie professionnelle, lancée par JM Blanquer en mai 2018. Une majorité d’enseignants (59%) trouve moins de satisfaction dans son métier (contre 15% pour qui il y a amélioration). Pour 71% cette réforme est une mauvaise chose. Ils déplorent une réforme qui démobilise les élèves et les empêche d’obtenir la formation auxquels ils ont droit. Le développement de l’apprentissage est lui aussi jugé négativement par 53% des enseignants. Là aussi, JM Blanquer a aggravé la situation. Le Snuep Fsu entend mettre les candidats à l’élection présidentielle face à ces résultats.”

On trouvera également l’interview,, dans Libération de la sociologue Fabienne Maillard, professeure des universités à Paris-VIII, “la voie professionnelle a permis une réelle ascension sociale à certains jeunes jusqu’aux années 60, avant de devenir une voie de garage pour élèves en difficulté.” Et «Toutes les politiques menées contribuent au discrédit des lycées professionnels»

Polémiques

Une polémique à suivre peut-être qui concerne l’enseignement agricole. Rassemblement contre l’école Hectar de Xavier Niel, assimilée à une “coquille vide”.

La « business school » agricole de Xavier Niel dans la tourmente. “Fondée par le riche Xavier Niel et une ex-conseillère de Macron, l’école Hectar pillerait les établissements publics de formation, en plus de promouvoir une agriculture technologisée. En colère, paysans et syndicats d’enseignants ont manifesté le 29 mars.”

Devoirs faits, le dispositif d’aide aux devoirs au collège : “Mes notes s’améliorent, je vois bien que ça m’aide”Instauré depuis trois ans dans les collèges, le dispositif Devoirs faits permet aux élèves, notamment les plus en difficulté, de faire leurs devoirs entourés de personnels de l’établissement. Reportage au collège Marie-Marvingt, à Bouguenais, près de Nantes.” pour abonnés. Sur Facebook, l’article a reçu près de 250 commentaires aux avis bien tranchés.

Sur Les Cahiers pédagogiques, l’Antidotes, saison 2, épisode 5 – Pourquoi tant de haine envers les maths ? Par Claire Lommé. “On a beaucoup parlé récemment de la place des mathématiques au lycée suite à la réforme de Jean-Michel Blanquer. Ce débat cache une autre question, celle de l’image des mathématiques, matière dans laquelle on serait bon ou mauvais, et dont l’utilité serait essentiellement de sélectionner une élite. Claire Lommé analyse ce désamour, dans un nouvel antidote.”

Mathématiques : comment revaloriser la place de cette matière au lycée ?En France, le niveau moyen des élèves en mathématiques ne cesse de baisser depuis plus de 40 ans. Le niveau des “meilleurs” en mathématiques décline aussi. De plus, le nombre d’élèves de première et terminale qui suivent cette matière recule chaque année depuis la réforme du lycée de 2019. Comment enrayer ces évolutions ? Le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports a publié en mars 2022 un rapport sur la place des mathématiques dans la voie générale au lycée général et technologique. Il dresse un diagnostic préoccupant de la situation des mathématiques et avance des pistes d’amélioration.”

Supérieur

Parcoursup est toujours sur la sellette.

Orientation : une transition entre le lycée et l’université en forme de bizutage. “Une partie de l’échec en première année à l’université est due au manque de préparation des lycéens au passage dans l’enseignement supérieur, en l’absence de politique coordonnée à l’échelle nationale.” Par Soazig Le Nevé.

Orientation, sélection, réussite : les bons points et les limites de Parcoursup. “Les lycéens ont jusqu’à ce mardi pour formuler leurs voeux dans Parcoursup. L’occasion, en cette fin de quinquennat, de dresser le bilan d’une plateforme perçue comme « claire et fiable », mais aussi stressante et peu juste.”

Métiers : l’école et l’université face au défi de l’orientation. “Ils sont nombreux à penser qu’ils devraient être informés avant la seconde sur les métiers et les différentes filières ou encore à espérer que l’entreprise sera plus présente à l’avenir dans les universités. Voici un tour d’horizon du dernier sondage réalisé IFOP-Club d’Iéna intitulé « Les étudiants, l’orientation scolaire et la situation à l’université ».”

Et pour les lycéens, Orientation post-bac : « Pour vous, le droit, c’est abstrait, et c’est normal ». “Devant des lycéens de Nogent-sur-Marne, le doyen de la faculté de droit à l’université Paris-Est-Créteil a dispensé trois conseils pour réussir : « le travail, le travail et le travail ».” Par Soazig Le Nevé.

Éducation : les candidats au Capes d’histoire-géographie sommés de repasser une de leurs épreuves. “À la suite d’une erreur dans leur sujet de dissertation, les candidats au Capes d’histoire-géographie devront repasser cette épreuve. Plusieurs étudiants bordelais dénoncent une « décision injuste » et mettent en cause le ministère de l’Éducation.”

« La langue écrite des étudiants de licence est devenue très défectueuse ». Publié par Fériel Boudjelal. “Remplacement des sujets de réflexion par des QCM, langage des réseaux sociaux, manque de lecture, heures de français insuffisantes dans les programmes… Pour Luc Fraisse, professeur de littérature, nombreux sont les aspects qui nourrissent l’illettrisme des étudiants.”

Pourquoi il faut libérer l’enseignement supérieur privé. “La différence de traitement entre établissements supérieurs et publics et privés ne se justifie pas, notamment en matière de délivrance de diplômes nationaux, de statuts d’étudiants ou encore de contribution financière. Une problématique qui mériterait l’attention des candidats à la présidentielle. Par Etienne Craye, président de l’Union des Grandes Ecoles Indépendantes (UGEI).”

Ressources

L’école selon Hannah Arendt : penser la crise de l’éducation ? Par Eirick Prairat. Professeur de Philosophie de l’éducation, membre de l’Institut universitaire de France (IUF), Université de Lorraine. “Hannah Arendt (1906-1975) est une figure majeure de la philosophie politique contemporaine. À ce titre, ses travaux sur la question totalitaire ont eu un écho considérable. « Penser sans entraves » ayant été l’un de ses credos, elle s’est bien entendu penchée sur les missions de l’école et la formation des citoyens. Sa réflexion à ce sujet, présentée dans La crise de la culture, rencontre un certain nombre de débats actuels et mérite d’être relue.”

Faut-il toujours obéir à la maitresse ?Jusqu’où peut aller l’obéissance de jeunes écoliers , de maternelle et de CM1, aux ordres de leur maitresse ? Comment se forme leur éthique ? Comment réagissent bons et mauvais élèves, riches et pauvres, filles et garçons ? Dans le nouveau numéro de la Revue française de pédagogie (213), Sophie Richardot (Université de Picardie) et Marie Françoise Vermunt (ancienne IG) ont remonté les sources de la morale individuelle jusque dans ses premières années. Un voyage fort intéressant qui bouscule pas mal de représentations et qui montre que l’éthique est là très tôt.”

 

Bernard Desclaux

Sur la librairie des Cahiers pédagogiques

N° 575 – Le bienêtre à l’école

La recherche en éducation met de plus en plus l’accent sur l’importance du bien­être à l’école, et les conditions à mettre en œuvre pour que les élèves persévèrent et réussissent scolairement, voire développent leur personnalité. Cela demande de faire émerger une relation apaisée entre les élèves, les enseignants, et les savoirs.

N° 560- Urgence écologique : un défi pour l’école

Ce dossier nous invite à aller plus loin que l’éducation à l’environnement ou au développement durable. Comment permettre à nos élèves de prendre conscience des enjeux de cette indispensable transition écologique : apport de connaissances, actions locales, formation à l’éco-citoyenneté…

N° 574 – Ce qui s’apprend en EPS

Mal reconnue, bien qu’obligatoire à tous les niveaux, l’EPS contribue à l’acquisition du socle commun, donne accès à des pratiques motrices et à la culture physique, sportive et artistique, tient une place de choix dans l’entretien de la santé et du bienêtre, contribue à l’égalité entre les filles et les garçons et à l’inclusion.

 

 

 

N° 573 – Les maths, est-ce que ça compte ?

 

Tous les acteurs de l’enseignement se trouvent confrontés à la question des « bases » ou des « fondamentaux » : pour effectuer des choix dans les programmations, pour remédier aux difficultés d’élèves, pour proposer des évaluations. Quelles sont les mathématiques que l’on doit enseigner aujourd’hui ?