Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative qui vit de ses abonnements et ventes au numéro.
Pensez à vous abonner sur notre librairie en ligne, c’est grâce à cela que nous tenons bon !
,

Revue de presse du 16 juin 2024

Nous vivons sous l’effet d’un effroi prévisible atténué par les lueurs d’espoir d’une réaction citoyenne. Le pire est possible ou alors pas si sûr, la presse de l’éducation oscille entre ces deux nuances, avertit, évalue ce que l’extrême droite ferait (entre autres) à une école déjà bien abîmée. Pendant ce temps, la vie continue et les combats aussi pour sauver une classe ou s’élever contre le choc des savoirs. Le signe sans doute que les bras ne se sont pas baissés et que le courage et la solidarité sont là pour empêcher que le pire n’advienne. Bonne lecture.

Un futur proche si incertain

Le pire et ses nuances. Le pire n’est pas toujours sûrOn avait de quoi déplorer, protester, s’indigner, avec la succession d’annonces et de mesures sur l’école de la part de notre gouvernement : le prétendu « choc des savoirs », les groupes de niveau, la refonte des programmes dans le sens de la rigidité et de la fin de toute liberté pédagogique, l’expérimentation de l’uniforme et l’affirmation d’un « retour à l’autorité » bien éloigné de la construction d’une véritable autorité éducative, etc. Nous nous opposons à ces orientations dont nous nous inquiétions qu’elle empruntent aux idées et au programme de l’extrême droite au point de les banaliser.

Pour notre école, le pire est possible ! (cafepedagogique.net). “« Ne sous-estimons ni le risque ni le danger : l’extrême droite pourrait bien être majoritaire à l’Assemblée nationale le 7 juillet prochain, dernière marche avant d’accéder à l’Élysée en 2027 » alerte Yannick Trigance. « Il y a urgence : nous devons tout faire pour ne pas précipiter nos enfants, nos enseignants et notre école dans les bras d’une extrême droite aux antipodes des valeurs et des principes qui fondent notre service public d’enseignement ». Il signe cette tribune.

Le RN et l’école : le programme actuel, en pire | Alternatives Economiques (alternatives-economiques.fr). “La dissolution est un séisme pour beaucoup. La perspective d’une cohabitation avec un gouvernement mené par le Rassemblement national (RN) est malheureusement plausible. Qu’en serait-il pour l’école ? Leur programme est connu depuis 2022 au moins, si ce n’est avant. Mais il est aussi, en partie, déjà appliqué tant les décisions du gouvernement Attal s’inscrivent dans la même filiation, et un climat conservateur et réactionnaire qui domine depuis plusieurs années.” Par Philippe Watrelot

Un programme qui laisse filtrer peu d’espoir pour une école démocratique. Et si l’extrême droite prenait le pouvoir… (cafepedagogique.net). “Actant la défaite de son parti, Renaissance, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée nationale et un nouveau passage aux urnes dans moins de trois semaines pour élire de nouveaux députés. L’occasion pour le Café pédagogique de revenir sur le programme de Marine Le Pen, alors candidate à la présidence.”

« Du flicage permanent » : l’inquiétant projet du RN pour l’éducation nationale – L’Express (lexpress.fr). “Rééducation idéologique des professeurs, appels à la délation… A l’aube des législatives anticipées, le programme de Marine Le Pen en 2022 met en lumière les intentions du RN pour l’école.”

Fondamentaux lepénistes : lire, écrire, compter ou français et Histoire de France ? | Le Club (mediapart.fr). “Pour Marine Le Pen, ce n’est pas « lire, écrire, compter » qui constituent les matières dites fondamentales, mais « le français, les mathématiques et l’histoire de France » . Cela marque qu’elle ne se situe pas dans « la restauration » d’ une certaine tradition plus ou moins fantasmée, mais dans autre chose : l’extrême droite nationaliste assimilatrice et xénophobe.” Par Claude Lelièvre, Historien de l’éducation.

« Le programme du RN sur l’école est celui de l’actuelle majorité, en pire » – Le Point (lepoint.fr) “INTERVIEW. Alors que l’arrivée du RN au gouvernement n’a jamais semblé aussi plausible, l’historien Claude Lelièvre s’est plongé dans le programme de ce parti en matière d’éducation.” (abonnés)

Les enseignements et les enseignants sous tutelle du RN ? (cafepedagogique.net). “Si les orientations politiques en matière d’éducation ont toujours été soumises au bord politique de l’occupant de Matignon, ce n’est rien face à ce qui l’attend si le rassemblement national prend le pouvoir alerte Claude Lelièvre. « Il s’agit de transformer les professeurs en simples exécutants d’un enseignement défini pour l’essentiel par des politiques et qu’il s’agira d’appliquer strictement (…) Cette mise sous tutelle directement politique des enseignements et des enseignants serait sans précédent, et cette mise sous surveillance fort inquiétante » écrit l’historien dans cette tribune.

Et si un autre futur proche s’imposait .. Législatives 2024 : les grandes ambitions du Front populaire pour l’école et l’université – Les Echos (lesechos.fr)Le programme de la gauche pour les législatives, dévoilé ce vendredi, prévoit « une grande loi sur l’éducation » dès cet été, pour généraliser le ticket de restauration universitaire à 1 euro et abaisser à 19 le nombre d’élèves par classe. Une mesure qui supposerait de recruter a minima plusieurs dizaines de milliers d’enseignants.”

Nouveau Front Populaire : fin du « choc des savoirs » et l’ambition de rebâtir l’école publique – L’Humanité (humanite.fr)Abrogation du « choc des savoirs », de Parcoursup et du Service national universel, réduction des effectifs en classe, revalorisation salariale, école inclusive : les propositions du Nouveau Front Populaire sont directement issues des luttes de ces dernières années.”

Inquiétude À Rennes, les villes alertent : « Les politiques éducatives seraient les premières victimes du RN » – Ouest-France (ouest-france.fr)Le Réseau français des villes éducatrices, qui rassemble 120 villes, a tenu son assemblée annuelle à Rennes. Les politiques éducatives seraient, selon lui, les premières victimes du Rassemblement national au pouvoir.”

Dommage collatéral. Plan d’urgence pour l’éducation en Seine-Saint-Denis : des annonces « percutées » par la dissolution – Le Parisien (leparisien.fr)L’intersyndicale, mobilisée depuis plusieurs mois pour un plan d’urgence pour l’éducation en Seine-Saint-Denis, devait rencontrer la ministre de l’Éducation nationale ce mardi. La réunion a été annulée à cause des prochaines élections législatives.”

Le rôle de l’école, là où on ne l’attendait pas. La défiance envers l’école, facteur clé du vote RN (theconversation.com). “La faiblesse du niveau de diplôme est un des facteurs les plus prédictifs du vote pour le Rassemblement national (RN), et avant lui le Front national (FN). Derrière ce constat statistique, ce que la sociologie de terrain retrouve, ce sont des trajectoires scolaires souvent heurtées, relativement courtes, vécues difficilement. C’est ainsi un certain rapport à l’école, distant voire défiant, qui apparaît comme l’un des facteurs communs à une partie importante de l’électorat lepéniste.” Félicien Faury, Postdoctorant, CESDIP, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) – Université Paris-Saclay

Une réponse possible à ce constat ? Un projet qui rapproche l’école et les parents. Questionner le projet « Réconciliations » – Cahiers Pédagogiques (cahiers-pedagogiques.com) “Réconciliations », c’est une méthode associant enseignants et parents pour mettre les élèves au travail et obtenir 100 % de réussite. Elle suscite beaucoup d’intérêt, mais aussi beaucoup de questions, et parfois de critiques.”

Persistance du malaise et questionnements

La presse quotidienne régionale relaie des mobilisations contre la fermeture de classes ou contre le choc des savoirs.  Les enseignants de l’Orne appelés à la grève mardi 18 juin contre la réforme du « choc des savoirs » – Ouest France (ouest-france.fr)Les fédérations FO et Sud éducation appellent de nouveau les enseignants et personnels d’établissement de l’Orne à faire grève contre la réforme du « choc des savoirs », à compter du mardi 18 juin 2024.”

Lézignan-Corbières : l’oral du brevet perturbé au collège Anglade – L’Indépendant (lindependant.fr)Préavis de grève posé, boycott annoncé, la quasi-majorité des professeurs convoqués comme jury de l’oral du brevet n’a pas fait passer l’examen aux élèves du collège Anglade, ce jeudi 13 juin.”

Des mobilisations contre la fermeture de classes. Deux exemples Toulouse : les syndicats enseignants et les associations de parents d’élèves boycottent le conseil départemental de l’éducation nationale – La Dépêche (ladepeche.fr)Le conseil départemental de l’éducation nationale, qui devait acter 52 fermetures de classes, a été boycotté, mardi 11 juin, par les organisations syndicales et les associations de parents d’élèves. L’instance, qui définit la carte scolaire, est reportée au 20 juin.” ou encore Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse : le village toujours mobilisé pour son école – L’Indépendant (lindependant.fr)

Le système en question. Denis Paget : Repenser l’École (cafepedagogique.net). “Dans son dernier livre, « Ce que l’École devrait apprendre à tous », Denis Paget, ancien responsable au Snes-FSU et membre du Conseil Supérieur des Programmes (CSP) de 2013 à 2018, estime que les enseignant·es font partie « des victimes d’une école qui va mal » et que les syndicats ont un rôle majeur à jouer pour trouver « collectivement les meilleures issues possibles »”

« Fondamentaux » : les faux semblants du « bon sens » au service de l’école injuste | Le Club (mediapart.fr). “Dans leur dernière livraison, les Carnets rouges éclairent les enjeux démocratiques de la stratégie de focalisation sur les « savoirs fondamentaux » : le « bon sens » comme masque pour la reproduction des élites sociales.” Par Jean-Pierre Veran, formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université

Tiens donc ! Uniforme à l’école : moins de 80 établissements ont bouclé leur dossier de candidature à l’expérimentation pour la rentrée 2024 – France Info (francetvinfo.fr)L’uniforme à l’école doit être expérimenté à la rentrée 2024 dans les collectivités volontaires. Emmanuel Macron voulait une centaine d’établissements scolaires tests. Ils seront à peine 80.”

Urgence écologique « Pour accompagner la transition écologique, il est urgent de renforcer l’enseignement scientifique et expérientiel à l’école » (lemonde.fr). “Un collectif de chercheurs plaide, dans une tribune au « Monde », pour être davantage impliqué aux côtés des professeurs dans leur mission et pour une découverte de la nature hors des murs de la classe.

Pression. Liberté d’opinion vs devoir de réserve ? (cafepedagogique.net). “Depuis lundi 10 juin, au lendemain de l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale et de nouvelles élections législatives, des recteurs, rectrices, directrices et directeurs académiques ont « rappelé » leur devoir de réserve aux fonctionnaires que sont les personnels de l’éducation nationale..

Sur les inégalités. L’École : fabrique quotidienne du décrochage ? (cafepedagogique.net). “1% des décrocheurs sont enfants d’enseignant ou des classes favorisées, presqu’un tiers sont enfants de classe ouvrière. C’est pour comprendre cette inégale répartition que Julien Garric, maître de conférences à Aix-Marseille Université et chercheur à l’IREMAM, s’est lancé dans une enquête ethnographique dans le quotidien de trois collèges”. 

Évolution des inégalités sociales de compétences au fil du temps et de la scolarité | Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse. “Les compétences des élèves diffèrent selon l’origine sociale à l’entrée en sixième : en 2022, 41 % des enfants ayant des parents cadres ont de bons résultats en français, contre 6 % des enfants d’inactifs et 10 % des enfants d’ouvriers ; à l’inverse, 45 % des enfants d’inactifs et 26 % des enfants dans un ménage ouvrier sont en difficulté, contre 5 % des enfants de cadres supérieurs. Le constat est le même en mathématiques. L’ampleur des inégalités sociales évolue peu en français entre le CP et la sixième. En mathématiques, elles sont moindres en CP, mais s’amplifient à l’école primaire. “

L’importance de l’éducation aux médias. « L’éducation aux médias ne doit pas s’arrêter aux portes des salles de classe » (la-croix.com). “À l’heure de la désinformation et du flot continu de contenus, il est devenu plus que nécessaire d’éduquer la société aux médias, défend Marie-Anne Denis, présidente de l’Association pour l’éducation aux médias (1). Cette éducation aux médias doit dépasser le cadre de l’école et être proposée dans toute la société.” Marie-Anne Denis (Abonnés)

Pour une véritable politique publique d’éducation aux médias (notretemps.com). “TRIBUNE. Dans toutes les enquêtes sur l’information, les Français plébiscitent l’éducation aux médias et à l’information (EMI). Leur intérêt pour l’actualité, leur attachement à la liberté d’informer et leur demande de formation sont une chance à saisir pour développer une éducation aux médias ambitieuse, efficace et utile à tous.”

L’École, cernée par l’IA – et les EdTech (cafepedagogique.net). “Si vous essayez de faire une veille informationnelle sur le domaine de l’IA vous allez être rapidement submergé. Le monde de l’éducation et de la formation n’échappe pas à ce déferlement. L’IA semble déclencher un phénomène bien connu d’enthousiasme, parfois de fascination, et de questionnements.

Et sur l’intelligence artificielle notre dernier numéro. Intelligence artificielle et pédagogie (cahiers-pedagogiques.com)

Orientation

Bac et études supérieures : des choix différents entre filles et garçons | vie-publique.fr. “Le ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse a publié, en mai 2024, les résultats d’une étude qui montre qu’en classe de terminale, les choix des spécialités et de leur combinaison diffèrent sensiblement entre lycéennes et lycéens. Ces différences se confirment lors des vœux d’orientation dans l’enseignement supérieur.

Stages de seconde : les régions « mobilisées » aux côtés de l’Éducation nationale (banquedesterritoires.fr). “Alors que 560.000 élèves de seconde générale et technologique devraient partir en stage d’observation lundi 17 juin 2024 pour deux semaines, force est de constater que la mesure phare pour « reconquérir le mois de juin » annoncée par Gabriel Attal quand il était ministre de l’Éducation nationale, s’avère difficile à mettre en oeuvre.”

Stage de seconde : un fiasco prévisible (cafepedagogique.net). “Quelques 560 000 élèves de seconde générale et technologique devraient partir en stage d’observation en entreprise (ou dans le milieu associatif) dès lundi 17 juin, et ce pour deux semaines. Annoncée par Gabriel Attal, alors ministre de l’Éducation nationale, comme la mesure phare pour « reconquérir le mois de juin », il s’avère que près d’un·e lycéen·ne sur deux restera finalement à la maison.

L’enseignement supérieur

Que propose le Nouveau Front populaire en matière d’enseignement supérieur et de recherche ? – Aef (aefinfo.fr) “ »Faire une loi de programmation de la recherche plus ambitieuse », mettre fin à Parcoursup ou encore instaurer une « garantie d’autonomie » accessible dès 18 ans… Voici quelques-unes des mesures sur l’ESR du « contrat de législature » présenté par le Nouveau Front populaire (PS, LFI, EELV et PCF), le 14 juin 2024.

« On réapprend à travailler le bois, le métal, à faire des soudures » : les low-techs à l’assaut des écoles d’ingénieurs – Le Parisien. “Concevoir des objets utiles, sobres, faciles à réparer : depuis peu, des écoles d’ingénieurs initient leurs étudiants aux « low-techs », des pratiques visant à faire mieux avec moins, à rebours de l’image de haute technicité associée au métier. Derrière cet anglicisme, construit en opposition aux « high-techs », se cache un mouvement né dans les années 1970 qui questionne le « tout technologie », avec en toile de fond l’épuisement des ressources naturelles.

« Cela permet de regarder notre travail sous un autre angle » : étudiants et chercheurs s’emparent de Twitch – Le Parisien Etudiant (leparisien.fr)À Nîmes et à Grenoble, des universitaires ont investi le site, orienté, à l’origine, vers les jeux vidéo. Il leur permet de parler de leur travail autrement.”

Formation enseignants : les non-lauréats des concours pourront intégrer les nouveaux masters « M2E » (projet de cadrage) – Aef Info (aefinfo.fr)Les masters Meef ont leur successeur : le master « métiers de l’enseignement et de l’éducation » (M2E). C’est ce qu’indique un projet de cadrage, envoyé aux organisations syndicales à la veille d’une réunion sur la réforme de la formation des enseignants le 12 juin 2024. Il est expliqué que les non-lauréats des concours de recrutement pourront intégrer le M1 de ces nouveaux masters, dans un parcours dédié, afin de se préparer à les repasser. Quant aux détenteurs d’un master, ils suivraient un DIU d’un an, avec une mise en responsabilité à mi-temps. Des entrées directes en M2 sont possibles.” (Abonnés)

Revisiter l’enseignement professionnel supérieur court (cafepedagogique.net). “Daniel Bloch, père du bac professionnel et ancien recteur, propose aux lecteurs et lectrices du Café pédagogique une série d’articles sur l’enseignement professionnel. Dans ce troisième épisode, il s’attarde sur la licence professionnelle, « un hub en construction ».

Des nouvelles d’ailleurs

Au Québec, Faut-il chasser les vieux classiques des écoles ? | La PresseIls ont 15 et 16 ans, la fougue propre à leur âge, et même s’ils appartiennent à une génération abonnée à la culture anglo-saxonne, ils connaissent les créateurs québécois. Dans le contexte où Québec réforme le programme d’enseignement du français, nous avons réuni des élèves de l’école secondaire publique Joseph-François-Perrault, à Québec, pour connaître leurs attentes. Un dossier d’Hugo Pilon-Larose.”

Entrée en 6e : Les travaux de la Commission d’orientation débuteront le 3 juillet prochain | Gabonreview.com | Actualité du Gabon |. “Au Gabon, les travaux de la Commission d’orientation en sixième débuteront le 3 juillet 2024, selon le Secrétariat d’orientation scolaire, universitaire et professionnelle (Sosup). Les parents désireux d’actualiser les vœux d’orientation sont invités à le faire avant le 26 juin prochain.

Ressources et réflexions

Revyze, le nouveau TikTok de l’éducation pour réviser le bac et le brevet – Le Figaro (le figaro.fr)Créée par trois Français en juin 2022, Guillaume Perrot, Anatole Blanc et Florent Sciberras, la plateforme rappelle très fortement un autre réseau social bien connu de la génération Alpha. «Nous sommes le TikTok de l’éducation. L’objectif sur notre application est d’apprendre en scrollant», indique Laura Veuillez, directrice des opérations de Revyze.”

Bulletin officiel n° 24 du 13 juin 2024 | Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse. “Programme du cours préparatoire à la classe terminale des voies générale, technologique et professionnelle et des classes préparant au certificat d’aptitude professionnelle Arrêté du 29-5-2024 – JO du 12-6-2024 (NOR : MENE2413934A)

Évaluation des compétences numériques en fin de troisième 2022 | Ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse. “En 2022, le premier cycle d’évaluation des Compétences Numériques en fin de troisième a été initié. Cette évaluation a été développée au format « numérique » et a été intégrée dans l’enquête Socle, en fin de collège. Ce document présente les résultats détaillés de 11 items passés par les élèves sur les compétences numériques.

Repenser la cour de l’école en fonction du genre, mais pas que (cafepedagogique.net). “On connaissait l’étude de l’espace scolaire que représente la cour de récréation en fonction du genre. Julie Duval, chercheuse en géographie et en sciences de l’éducation, s’intéresse aux spatialités dans la cour de récréation, mais pas seulement en fonction du genre, mais aussi en fonction de l’âge, la classe, la situation de handicap, le milieu social… Et pour ce faire, la chercheuse, ancienne professeure des écoles, donne la parole aux enfants. Elle répond aux questions du Café pédagogique.

Que dit-on dans « autonomie de l’élève » à l’Ecole ?  « Attracteur étrange » de l’Ecole (francoismuller.net). “Issu du grec « Auto-nomia », l’autonomie est la faculté d’agir par soi-même en se donnant sa propre loi. La notion est donc très proche de celle de la liberté et de la responsabilité puisque la personne autonome « s’autorise » à agir selon ses propres règles et donc, à conduire sa vie. C’est un concept très lourd de sens.”

Ifé – Veille et analyses (ens-lyon.fr). “L’autorité à l’école a mauvaise presse. D’un côté, certain·es lui reprochent de ne pas être assez exercée — elle aurait été « abandonnée » au profit de la permissivité —, de l’autre, d’autres confondent son usage avec l’autoritarisme, qui consiste à utiliser la force, voire la violence, pour imposer des décisions jugées injustes ou arbitraires. Dans le discours politique, c’est souvent la mise en avant de cette seconde vision de l’autorité qui exacerbe le malaise des personnes enseignantes, souvent rendues responsables des maux dont souffre l’école. En réalité, lorsque l’on analyse plus finement le concept d’autorité éducative, bien d’autres choses sont en jeu.”

Arnaud Tiercelin, coprésident du Cnajep : « Dans des territoires déshérités, l’éducation populaire permet d’ouvrir l’horizon des possibles » (banque des territoires.fr). “Coorganisées par le Cnajep et la ville de Poitiers, les deuxièmes Rencontres nationales de l’éducation populaire se sont tenues les 30 mai et 1er juin 2024, en partenariat avec plusieurs associations d’élus. Soucieuses de « donner à voir ce qu’est l’éducation populaire au quotidien », les associations et collectivités réunies à Poitiers ont posé les bases d’une proposition de loi destinée à mieux reconnaître, soutenir et professionnaliser les associations et les métiers du secteur. Pour Arnaud Tiercelin, coprésident du Cnajep, le développement de l’éducation populaire « sur tous les territoires et sur tous les temps de vie » passe notamment par une relance des projets éducatifs de territoire.

Les jeunes et le RN – Telos (telos-eu.com). “Comme prévu le RN a remporté les élections européennes. On ne dispose pas encore, au moment où sont écrites ces lignes, de sondages de sortie des urnes sur le vote des jeunes. Mais un sondage pré-électoral de l’IFOP du 16 mai dernier avait fait sensation. Il portait sur les jeunes de 18 à 25 ans et les élections européennes et montrait que, comme pour le reste de la population, le Rassemblement National y faisait largement la course en tête : à la question de savoir pour quelle liste il y aurait le plus de chances qu’ils accordent leurs suffrages, 32% des jeunes choisissent la liste menée par Jordan Bardella, soit un score équivalent à celui de la population générale. Les autres listes sont très loin derrière : 17% pour LFI, 9% pour les Ecologistes, 8% pour le PS-Place publique, 6,5% pour les Républicains et seulement 6% pour la liste Renaissance.”

Face à un possible gouvernement d’extrême droite, des cadres de l’Etat « tétanisés » (lemonde.fr). “Enquête Alors qu’une arrivée au pouvoir de l’extrême droite paraît possible le 7 juillet, des cadres s’interrogent sur la conduite à tenir, déchirés entre obligation de continuité et conscience personnelle.

La gauche au pouvoir ? C’est possible, c’est indispensable, c’est urgent ! | Alternatives Economiques (alternatives-economiques.fr). “Tenter de comprendre ce qui a conduit Emmanuel Macron à la dissolution de l’Assemblée nationale occupera longtemps les historiens et les spécialistes de sciences politiques. Il est toutefois probable que, la pensant à terme inéluctable, il a préféré la provoquer plutôt que de la subir à cause du dépôt d’une motion de censure par la droite.” Par Isabelle This Saint-Jean Economiste

Aux manettes cette semaine Monique Royer avec l’indéfectible complicité de Bernard Desclaux

N° 593 – Intelligence artificielle et pédagogie « L’intelligence artificielle fait partie de notre quotidien depuis longtemps, mais l’intelligence artificielle générative a fait une entrée fracassante dans nos vies il y a moins de deux ans. Aucun pan n’est épargné, cela interroge donc aussi les pratiques pédagogiques. Comment, quand et pourquoi l’utiliser en classe ? »

 

 

N° 592 – Peut-on inclure sans exclure ? “Où en est-on de l’école inclusive ? De l’inscription du principe dans la loi à son effectivité sur tout le territoire, il y a un long chemin, semé de réticences, de doutes et de contraintes, mais aussi de réussites et de raisons d’y croire. Notre dossier propose un bel exercice d’équilibrisme pour continuer d’avancer.”

 

 

N° 591 – Organiser le travail de la classeComment mettre les élèves en situation d’apprendre ? Il s’agit d’organiser le travail dans la classe, d’aménager l’espace, de scénariser les temps de travail pour créer les conditions des apprentissages. Mais c’est aussi une affaire de régulation en fonction des réactions des élèves, et d’organisation de l’établissement.