Le projet a évolué, de nombreuses classes cette année en ont profité. Mais ce qui demeure, c’est la démarche de créativité scientifique, avec des élèves sont incités à utiliser un « carnet de laboratoire » où ils consignent avec précision observations, questions, hypothèses, « manipe » et résultats.

 

Ange Ansour

Ange Ansour

On passe ainsi du “tâtonnement” à la “méthode”. Surtout on apprend à apprendre. A apprendre, mais aussi à critiquer et à transmettre. L’objectif est social aussi, destiné notamment à lutter contre la désaffection croissante pour les métiers des sciences et de l’ingénieur.

 

 

Les Savanturiers ont donc engagé des enseignants et des classes : « En accompagnant les enseignants dans leurs explorations pédagogiques nous souhaitons réinscrire l’école dans le processus de production et de transmission de savoirs de la maternelle aux laboratoires de pointe. Nous agirons ainsi très en amont à la fois en abaissant les barrières entre la recherche et les apprentissages fondamentaux et en mettant fin à l’ignorance qui génère la désaffection des jeunes, notamment ceux issus de milieux défavorisés, pour les métiers scientifiques. »

 

illustrations_savanturiers.jpg

 

Et c’est déjà gagné puisqu’ils ont été reçus à l’Elysée ce matin au côté de 14 autres projets remarqués pour leur apport social. 15 initiatives ont été retenues.

François Taddéi

François Taddéi

Ces 15 initiatives ont été proposées par un groupe de personnalités engagées réunies à la demande du président de la République par la ministre en charge de la vie associative, Najat Vallaud-Belkacem, depuis le début de l’année.