S’activer, c’est ce que les scientifiques recommandent pour une meilleure santé physique, mentale et sociale. Mais les jeunes ne bougent pas suffisamment, la sédentarité a évolué en pandémie mondiale. Il est temps d’agir, mais comment ?

Chaque heure passée dehors par un enfant de 7 à 14 ans s’associe à sept minutes d’activité physique modérée à élevée et 13,3 minutes de sédentarité en moins [1]. Cela conduit de nombreux chercheurs à recommander « d’augmenter les opportunités de jeu libre à l’extérieur pour les enfants dans tout contexte (à la maison, à l’école, au service de garde, dans la communauté et dans la nature) [2] ».

Il aura fallu sonner une alerte mondiale de santé et agiter la perspective des couts exorbitants de la sédentarité pour qu’on entende le message de scientifiques et pédagogues avant-gardistes. Résumons-le : l’humain a fondamentalement besoin de bouger, c’est ainsi qu’il apprend, qu’il socialise, qu’il développe son système immunitaire, son équilibre psychologique, sa résilience à l’adversité, son habileté à explorer, sa capacité à comprendre, son agilité à utiliser et créer des outils, sa faculté de s’adapter ou d’adapter son environnement.

S’inspirer de l’udeskole

Si on se fie aux études sur l’udeskole (concept scandinave signifiant « hors de l’école »), enseigner les contenus disciplinaires à l’extérieur augmente la pratique de l’activité physique tout en étant une bonne pratique pédagogique. L’udeskole est défini par des activités éducatives régulières et obligatoires dans des environnements naturels et culturels comme des forêts, des parcs, des communautés locales, des usines et des fermes [3]. Sous l’impulsion de ce mouvement déclenché au milieu du XXe siècle, les pratiques d’enseignement à l’extérieur gagnent maintenant en popularité sur plusieurs continents.

Les études montrent que l’apprentissage à l’extérieur permet d’augmenter le niveau d’activité physique d’intensité modérée à élevée chez les garçons et d’intensité légère chez tous les élèves, favorisant un mode de vie plus actif pour tous. Il semble aussi que le jeu en forêt contribue au développement des habiletés motrices chez les élèves d’âge préscolaire, notamment l’équilibre et la coordination. On constate que les élèves s’engagent plus longtemps et profondément dans des jeux tant sociodramatiques que de constructions ou purement fonctionnels comme traverser un tronc d’arbre, lancer des pierres dans l’eau, etc. Pour le moment, ces derniers effets sont observés dans des environnements riches en biodiversité et seulement pour des enfants d’âge préscolaire.

L’apprentissage par le vécu moteur

Lorsque l’enseignant ouvre sa porte de classe sur l’environnement extérieur, il fait aussi progresser l’apprentissage en utilisant la dimension sensorielle que procure l’action motrice produite par le corps ajoutant à la prise d’informations auditives et visuelles traditionnelles, la proprioception, c’est-à-dire les informations provenant des récepteurs musculaires, articulaires et labyrinthiques que procure le mouvement du corps. La prise d’informations devient plurisensorielle. La cour d’école peut devenir un lieu d’apprentissage qui consolide les contenus disciplinaires. À titre d’exemple, on peut faire pratiquer l’écriture géante des mots de vocabulaire avec une craie sur le pavé. L’expérience motrice facilite l’assimilation et la mémorisation.

Le pouvoir de la motricité humaine au cours des premières étapes de l’apprentissage des jeunes enfants a été abordé par les théories développementales de Jean Piaget et Lev Vygotsky. Plus récemment, Amy Needham et Klaus Libertus ont démontré que l’influence de l’expérience corporelle sur la cognition s’exerce très tôt sur le fonctionnement du cerveau et les procédés cognitifs des enfants [4]. Alors, pourquoi ne pas prévoir une balade dans le quartier où se situe l’école, afin que l’enfant puisse explorer physiquement l’environnement où se déroulera l’aventure de sa prochaine situation d’écriture, ou encore lui permettre de découvrir le poids de certaines pierres rencontrées sur son passage, afin d’en réaliser le classement par ordre croissant [5] ?

Lorsque l’enseignant prend soin de bien choisir une action motrice en adéquation avec le contenu d’apprentissage, il procure à l’élève une dimension supplémentaire pour saisir les notions, bonifier sa compréhension et permettre ainsi une meilleure rétention de l’information à long terme. Ces leçons optimisent l’intégration des contenus disciplinaires, notamment parce que la contribution de l’action motrice aiguise les capacités de perception sensorielle de l’élève.

Yannick Lacoste
Étudiant à l’université du Québec à Montréal (UQAM), enseignant en EPS

Joanie Beaumont
Étudiante à l’UQAM, conseillère pédagogique en EPS

Stéphanie Boyer
Étudiante à l’UQAM, enseignante en EPS

Philippe Chaubet
Professeur, UQAM

[1] Richard Larouche, Didier Garriguet, Katie E. Gunnell, Gary S. Goldfield, Mark S Tremblay, « Temps passé dehors, activité physique, sédentarité et indicateurs de la santé chez les enfants de 7 à 14 ans », Enquête canadienne sur les mesures de la santé de 2012-2013, 2016.

[2] Mark S Tremblay et al., « Position statement on active outdoor play », 2015, p. 6 476 (traduction personnelle), International Journal of Environmental Research and Public Health, 12(6), p. 6 475-6 505,

[3] Peter Bentsen, Frank Søndergaard Jensen, « The nature of udeskole: outdoor learning theory and practice in Danish schools », Journal of adventure education & outdoor learning, 12(3), 2012, p. 199-219.

[4] Amy Needham, Klaus Libertus : « Embodiment in early development », Wiley Interdisciplinary Reviews : Cognitive Science, 2(1), 2012, p. 117-123.

[5] Pour de l’inspiration sur les classes promenades : https://www.horslesmurs.ca/classe-promenade/


Cet article fait partie du dossier du n°570 des Cahiers pédagogiques, en vente sur notre librairie:

Apprendre dehors

Coordonné par Aurélie Zwang et Jean-Michel Zakhartchouk

Après les confinements successifs, l’intérêt pour les pratiques d’éducation en plein air est grandissant. Inscrites dans l’histoire de la pédagogie, elles sont non seulement mises en œuvre à l’école, de façon régulière ou lors de sorties de terrain plus ponctuelles, mais aussi dans le périscolaire. Il s’agit dans ce dossier d’interroger ce qui s’apprend de spécifique dehors.

Revenir au sommaire.