Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Quelle continuité pédagogique pour les enfants du Quart-monde (...)


L’école à l’heure du Covid-19

Quelle continuité pédagogique pour les enfants du Quart-monde ?

Courrier commun

18 mars 2020

Neuf associations et syndicats écrivent ce jour au ministre de l’Éducation nationale pour attirer son attention sur la situation des enfants et des familles les plus éloignés de l’école dans cette période sans école. Ils l’invitent à recourir à la télévision et à la radio pour diffuser des contenus éducatifs. Dans le même temps, le ministre a lancé une opération « Nation apprenante », mais celui-ci se traduira en partie par des contenus à écouter ou regarder en ligne, ce qui n’est pas toujours possible.


Retour à la rubrique « L’école à l’heure du Covid-19 »

Monsieur le Ministre,

Dans cette période si particulière pour notre pays, nos organisations rassemblées souhaitent vous faire part de leur inquiétude et de proposition afin d’aider les familles les plus en difficultés.

Notre collectif se retrouve régulièrement pour travailler à la recherche CIPES (Choisir l’intégration pour éviter la ségrégation) sur l’orientation scolaire des enfants de milieu défavorisé. Nous venons aujourd’hui vers vous car nous sommes inquiets en particulier pour les 1,2 million d’enfants, de jeunes qui vivent dans une famille qui est dans la grande pauvreté.

En effet, les mesures de fermeture des écoles, collèges et lycées sont essentielles pour la santé de tous. La santé est un bien commun, c’est en pensant collectif que nous devons agir.

Les familles du Quart-monde de notre pays vivent de grandes fragilités au quotidien. Comment pourront-elles assurer en famille la « continuité pédagogique » quand manquent les moyens numériques de communication, ou la maîtrise de ces moyens, dont les médias parlent comme s’ils étaient entièrement généralisés ?
Comment assurer à son enfant un climat de travail serein dans un logement trop petit, ou surpeuplé, ou insalubre, ou très précaire ?
Comment éviter qu’au bout de toutes ces semaines de confinement le fossé ne se soit pas encore plus creusé entre ces enfants et ceux dont les familles auront pu faire « l’école à la maison » ?

Nous vous demandons de bien vouloir mettre en place, en lien avec les chaines de télévision et de radio publiques, des émissions régulières accessibles à tous les enfants, jeunes et parents afin qu’elles se fassent le relais, peut-être pas de cours, mais d’entretenir un climat scolaire auprès des enfants et jeunes et de conseiller les parents afin qu’ils ne soient pas perdus dans cinq ou six semaines.

Toute émission prévue pour l’enfant le plus en difficulté dans la classe et pour la famille la plus éloignée de l’école, sera, nous le savons, une émission qui permettra à tous de vivre pleinement la continuité pédagogique que nous voulons dans cette période troublée.

Il nous semble que lorsque la reprise approchera, lorsqu’elle aura lieu, les équipes pédagogiques, les communautés éducatives auront besoin de temps pour échanger, progressivement se rassembler. Ce sera utile pour envisager ensemble, dans une dynamique de coéducation, les meilleures conditions pour que tous les enfants, quelle que soit la manière dont ils ont vécu le confinement, quel que soit le travail qu’ils ont pu faire ou non, reprennent pied dans leur scolarité, reprennent le fil de leurs
apprentissages.

Nous sommes à votre disposition pour en discuter davantage.

Le 18 mars 2020

Liste des signataires :
AGSAS - ATD-Quart monde - CRAP-Cahiers pédagogiques - FCPE - FNAREN - GFEN - SE-UNSA - SGEN-CFDT - SNUIPP-FSU -

JPEG - 29.2 ko

Retour à la rubrique « L’école à l’heure du Covid-19 »