Un module de formation vise à développer un rapport au décrochage scolaire professionnalisé chez les étudiants de l’Inspé de Lyon, pour mieux lutter contre les décrochages des élèves et des enseignants.

De nombreuses études en sciences de l’éducation établissent une corrélation entre le décrochage des enseignants et le processus de décrochage des élèves ayant lieu dans la classe au sein des établissements. Le phénomène de démotivation, de désengagement et de retrait progressifs des professeurs affecte davantage les praticiens débutants, dont l’identité, l’expertise et la professionnalité sont en phase cruciale de construction lors de leur entrée dans la profession.

La charge importante de travail, la gestion de la classe difficile, le climat de l’école négatif, le manque de formation, l’insuffisance des ressources mises à disposition, et la gestion compliquée des élèves en difficulté représentent les principaux facteurs explicatifs du décrochage des enseignants novices. C’est pourquoi le combat contre le décrochage scolaire peut être mené aussi par le biais d’une lutte contre le décrochage professionnel.

Viser une meilleure professionnalité

Une recherche doctorale menée auprès de futurs enseignants de lycée professionnel à l’École supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) de Lyon a montré que la professionnalité enseignante inclut un rapport au décrochage scolaire qui joue un rôle important dans le processus d’accrochage-décrochage des élèves et des professeurs débutants. Ce rapport comprend les perceptions, jugements et actions d’un enseignant vis-à-vis du décrocheur, de sa famille et du phénomène du décrochage scolaire, pour l’essentiel inconscients et structurant les conduites du praticien en situation.

L’étude a ainsi permis de repérer chez les enseignants, confrontés à des situations similaires de décrochage scolaire, des invariants pratiques (discours et actes répétitifs) différents significatifs, à la fin de leur formation, qui révèlent des rapports au décrochage scolaire divergents. Ces prises de position antinomiques liées à l’image que le professeur a des décrocheurs, au postulat de l’éducabilité qu’il adopte face à eux, à l’implication et au pouvoir d’action qu’il prête à leurs familles, aux attributions causales qu’il privilégie vis-à-vis du phénomène, aux missions de l’enseignant auxquelles il adhère, à l’engagement individuel et collectif dont il fait preuve, et à son rapport à l’autorité, et au savoir, mériteraient pour certaines d’être questionnées et travaillées en formation tant elles pourraient mettre en difficulté les professeurs et leurs élèves.

Car, en définitive, le décrochage scolaire est conditionné en partie par le rapport des enseignants à ce phénomène, rapport pouvant induire des gestes de désengagement des praticiens vis-à-vis des élèves en difficulté et vis-à-vis du métier, et dépendant lui-même de la formation suivie par les professionnels. Comment alors les aider à construire un rapport au décrochage scolaire, gage d’une meilleure professionnalité, fruit d’un effet-maitre positif auprès des élèves et d’une persévérance augmentée dans l’exercice du métier ?

Un module de formation sur les décrochages

Le module proposé s’intitule « Décrochage scolaire, rapport au décrochage scolaire et décrochage professionnel ». Il est conçu pour tous les étudiants suivant un master MEEF (professeurs, CPE, infirmiers scolaires, assistants de service social, etc.). Structuré en trois séances de cours de trois heures, il s’appuie sur le cadre théorique, et les résultats d’une thèse ; sur des montages vidéo portant sur le décrochage scolaire et/ou professionnel ; et sur des articles de revues scientifiques et professionnelles. Les liens entre le décrochage scolaire, le rapport au décrochage scolaire et le décrochage professionnel sont étudiés et analysés durant chaque séance à partir de ces divers supports.

L’objectif final de cette unité d’enseignement est d’établir un rapport plus professionnalisé des futurs personnels de l’éducation au décrochage scolaire et au métier réel pour qu’ils s’engagent plus durablement dans la profession et soient aptes à développer progressivement au cours de leur carrière une praxis qui aide les élèves les plus fragiles.

Pour tendre vers cet objectif, trois axes sont travaillés :

(1) questionner son rapport personnel au décrochage scolaire à travers l’analyse de sa pratique et l’acquisition d’apports théoriques issus de la littérature ;

(2) lire et critiquer d’autres prises de position divergentes émises par des praticiens, observer et analyser des pratiques de différents personnels de l’éducation pouvant accentuer ou au contraire réduire le phénomène ;

(3) étudier les liens complexes entre les processus de décrochage des praticiens, leurs rapports au décrochage scolaire, et les décrochages des élèves.

Transformer les représentations

La première séance traite du décrochage scolaire en France, du rapport au décrochage scolaire des professionnels et des étudiants présents, et de ses effets sur l’expérience scolaire des jeunes. La séance permet de faire un point sur les chiffres et indicateurs du décrochage en France et en Europe.

Puis, un dispositif d’alloconfrontation porte sur l’analyse d’une situation familiale très complexe, source significative de décrochage pour un enfant de six ans. Cette scène vise à aborder l’influence de l’environnement familial et de la relation famille-école-partenaires externes (alliances éducatives) sur la réussite et le bienêtre de l’enfant. Elle permet également de déstabiliser et de bousculer émotionnellement les étudiants qui constatent alors que le processus de décrochage scolaire peut débuter tôt, engendrer de nombreuses souffrances, et ne pas être le fruit de la responsabilité de l’enfant.

Enfin, le dispositif filmique donne l’opportunité d’étudier divers signes de décrochage (perturbations, difficultés d’apprentissage, retards, mensonges, absences, exclusions définitives, etc.) à partir de l’analyse de quatre extraits de parcours singuliers d’adolescents.

Les objectifs sont d’apprendre à repérer des décrocheurs ou des élèves à risque de décrochage et à prendre conscience que les typologies répertoriant ces derniers ne sont que des outils de prévention, de repérage et d’intervention utiles mais très discutables. En effet, la littérature et notre expérience professionnelle révèlent que l’étude des parcours singuliers est bien plus pertinente que la catégorisation de types de décrocheur(s) et l’adjectivation de l’élève qui en découle, pouvant parfois mener à l’étiquetage (théorie du labelling) lorsque le sens de celle-ci est mal compris par les praticiens.

Nouer des alliances éducatives

Le deuxième cours évoque les objectifs visés par la politique de l’éducation de l’Union européenne face au décrochage scolaire, et se focalise sur l’étude des dispositifs de prévention, d’intervention et de compensation mis en œuvre en France pour lutter contre le phénomène. La séance traite aussi de l’importance du tissage d’alliances éducatives et de la professionnalité des personnels requise pour prévenir et/ou enrayer le processus. Enfin, elle porte sur l’analyse individuelle puis collective de processus de décrochage de deux élèves via un dispositif d’alloconfrontation. L’étude de ces situations par le biais d’interactions permet à la fois de faire émerger les invariants pratiques des futurs professionnels liés à leur rapport au décrochage scolaire ; de leur faire prendre conscience de leurs prises de position ; et de les inciter parfois à les remettre en question.

La dernière séance est consacrée à l’étude du décrochage des enseignants (et d’autres personnels de l’éducation) en France et dans le monde et à la lutte contre ce dernier. La notion scientifique du décrochage professionnel est exposée, puis illustrée par le biais de visualisations de diverses situations professionnelles filmées (décrochages de professeurs, d’une CPE, et d’un assistant d’éducation face au décrochage scolaire). L’imbrication des liens entre le processus de décrochage professionnel, le rapport au décrochage scolaire et le décrochage scolaire ; les politiques éducatives ; la formation des personnels de l’éducation ; le travail en équipe de toute la communauté éducative ; et les alliances éducatives, est mise en exergue et analysée. Des pistes de solutions pour lutter contre l’ampleur du décrochage professionnel sont proposées et discutées.

Évaluer des compétences

Enfin une évaluation du module est réalisée à partir de l’observation d’un montage vidéo portant sur le parcours de vie d’Antoine Doinel, héros du film de François Truffaut, Les Quatre Cents Coups (1959), et sur l’analyse de son processus de décrochage scolaire (devoir à domicile). Les étudiants ont pour consignes de décrire les signes et étapes progressives de son décrochage, puis d’expliquer quels acteurs sont en partie responsables de ce processus. Enfin, ils doivent imaginer qu’Antoine soit un collégien en 2021 (et non pas un écolier en 1959) et proposer alors des solutions pour mieux l’accompagner en s’appuyant sur des savoirs issus de la recherche.

Les principales compétences évaluées à la fin de cette unité d’enseignement sont : repérer les signes du décrochage scolaire afin de prévenir les situations difficiles ; déceler les pratiques professionnelles et familiales qui engendrent ou accentuent le décrochage scolaire pour tenter de les contrer et de ne pas les reproduire ; accompagner un élève à risque de décrochage ou un décrocheur en proposant des solutions pour enrayer le processus.

Ce court et modeste module s’appuie sur une démarche clinique incitant chaque étudiant à s’impliquer pleinement dans les dispositifs d’alloconfrontation proposés. Il vise à développer à partir des expériences des futurs praticiens de l’éducation, de la pédagogie de l’alternance, de la réflexivité et des apports de la recherche, un rapport au décrochage scolaire plus professionnalisé permettant une entrée plus sereine dans le métier, soutenant la conviction de l’éducabilité, et favorisant ainsi l’accompagnement des décrochés.

Pascal Demonet

Professeur de lettres-histoire et géographie au lycée professionnel l’Odyssée de Pont-de-Cheruy (Isère), membre associé du Laboratoire innovation formation éducation (LIFE) de l’université de Genève


À lire également sur notre site :

Rapprocher pour (r)accrocher les élèves de lycée professionnel par Pascal Demonet


Sur la librairie :

Profs : exécutants ou concepteurs ?

Dossier coordonné par Sabine Coste et Nicole Priou

Comment les enseignants, individuellement et collectivement, interprètent-ils des textes officiels apparemment intrusifs de manière à stimuler leur créativité ? Comment s’approprient-ils des situations matérielles, organisationnelles, sociales fortement contraignantes ?

Sommaire en ligne