La Maison citoyenne est un lieu de rencontre réelle (une salle au sein de l’établissement) et virtuelle (un site internet) ouvert à toutes et tous depuis septembre 2019. Ce projet est né d’un constat, à savoir le manque de liens entre les différents acteurs de la communauté éducative en corrélation avec un objectif du projet d’établissement, celui de gagner la confiance de tous. L’ambition est de dynamiser la communauté éducative et de lui donner davantage de cohésion afin que chacun puisse y trouver sa place et un rôle à jouer. Le numérique se démocratise et permet de mettre en œuvre des pratiques pédagogiques innovantes.

À titre d’exemple, la première thématique de la Maison citoyenne portait sur le harcèlement scolaire. Les élèves de tous niveaux confondus ont travaillé avec des enseignants, la CPE (conseillère principale d’éducation) et des parents d’élèves, dans le cadre de projets disciplinaires ou pluridisciplinaires, d’ateliers de réflexions suite à des échanges avec des intervenants extérieurs, notamment des artistes, ou encore lors des heures de vie de classe afin de s’imprégner du sujet, d’y réfléchir et de produire des capsules vidéo, des dessins, des articles portant sur le harcèlement scolaire. Ces productions ont servi de ressources aux cours d’EMC (enseignement moral et civique) pour comprendre ce problème et organiser des débats citoyens dans les salles de classes. Enfin, une rencontre citoyenne a été organisée, où parents, élèves, personnels du collège et professionnels de santé pouvaient échanger sur ce sujet au sein de l’établissement.

Une fois cette rencontre citoyenne au sein de l’établissement passée, le compte-rendu ainsi que les résultats de sondages sur le climat scolaire réalisés en amont ont pu servir de base de réflexion en classe pour clôturer l’ensemble de la thématique. Ainsi, selon les disciplines, les élèves ont pu exprimer à l’oral ou à l’écrit leur point de vue sur le harcèlement scolaire, si ce dernier avait changé, leur ressenti sur la psychologie de la victime, celle de l’agresseur, ou encore travailler en groupe sur des études de cas pour trouver des solutions au sein de l’établissement.

Quelles conditions ?

La démocratisation de l’usage du numérique et les possibilités que cela ouvre en termes de pratiques pédagogiques requièrent certaines conditions, à savoir : une capacité matérielle (équipement) et cognitive (maitrise des outils), ainsi qu’une appropriation intellectuelle et affective (s’informer sur un sujet qui peut toucher pour des raisons personnelles ou des convictions que l’on veut défendre).

Le projet de Maison citoyenne repose sur une construction partagée, au fonctionnement horizontal, et doit impliquer l’ensemble du public auquel il s’adresse, afin que chacun s’approprie l’espace virtuel pour en faire un territoire propice à l’échange. Une telle entreprise comporte donc des risques inhérents à l’usage d’un réseau social, car un espace forum sécurisé est mis à la disposition des membres pour échanger et partager : le développement d’un entresoi et l’exclusion des personnes n’ayant pas accès au numérique, ou en situation de handicap physique ou cognitif.

C’est pourquoi il convient d’intégrer de nouveaux membres de la communauté éducative et d’élargir les moyens de réception et d’expression de la parole (courriers postaux, relais presse écrite et émissions de radio produits au collège ou en distanciel), afin de renouveler constamment le dialogue et de permettre au plus grand nombre de s’exprimer pour rendre la parole virtuellement visible. La Maison citoyenne est donc une communauté inclusive, qui intègre non seulement les porteurs de handicaps physiques ou cognitifs, mais aussi celles et ceux qui n’ont pas de connexion.

Pendant le confinement

Le confinement, plus qu’un changement d’habitude, a pu être vécu par certains comme un bouleversement, que nous avons souhaité accompagner en diffusant de nouvelles ressources et en laissant à chaque membre de la communauté la possibilité de s’exprimer par le biais de publications originales. La Maison citoyenne a ainsi proposé un contenu adapté pour répondre aux besoins particuliers de ses membres et réfléchir à une nouvelle manière de créer du lien social au sein d’une rubrique spéciale intitulée «Victor in the Box».

Cet espace numérique se compose de sept rubriques alimentées par les élèves, les parents et les personnels du collège, dont voici les objectifs : être en mesure de comprendre et d’expliquer la pandémie, les nouvelles règles qui en découlent et préparer le retour en classe (rubrique « comprendre, rassurer, expliquer ») ; aider les parents à occuper leurs enfants par le biais d’activités de maternelle, d’albums pour enfants lus et filmés mais aussi d’ateliers créatifs, une rubrique également préventive car elle informe sur les numéros de téléphone utiles pour prévenir des violences intrafamiliales (rubrique « spécial parents ») ; se détendre, évacuer le stress avec des conseils de spécialistes tout en pratiquant des activités sportives et/ou culinaires (rubriques « rester zen » et « garder la forme ») ; assurer une continuité pédagogique en proposant des contenus de cours officiels, des pratiques pédagogiques renouvelées[[Certains cours furent dispensés par le biais de capsules vidéo où les élèves étaient invités à construire conjointement le cours avec l’enseignant, par exemple en Arts plastiques (rubrique « la pédagogie continue »), ou en s’exprimant sur leur expérience du confinement notamment en Éducation musicale ou encore en langues (rubrique « notre mur »).]] du fait de la distanciation, et ce tout en visant à parfaire la formation citoyenne en donnant des clés pour décrypter l’information, notamment celle abondamment diffusée sur certains réseaux sociaux et sur laquelle il faut porter un regard vigilant et critique (rubrique « la pédagogie continue »).

Chaque membre de la communauté éducative pouvait participer en proposant des ressources, et s’exprimer de façon insolite et personnelle (dessin, capsule vidéo, textes…) dans une rubrique intitulée « Notre mur », ou encore rendre un hommage, dans une dernière rubrique, à celles et ceux qui demeurent le plus exposés au virus. Toutes les participations d’élèves, dans quelque rubrique que ce soit, ont été inscrites dans le parcours citoyen de l’élève, répertoriées dans son passeport citoyen, puis valorisées au sein de l’établissement et de l’espace numérique de la Maison citoyenne.

La Maison citoyenne est donc un lieu d’expressions variées qui renforcent la cohésion entre les individus qui peuvent s’accomplir au sein d’une microsociété, le collège. Il conviendra à terme de mesurer la pérennité de cette expérience ainsi que ses conséquences sur notre vie, dans sa dimension individuelle et collective, sans que ces dimensions soient opposées l’une à l’autre.

Romain Vanden Bossche
Professeur d’Histoire-Géographie

Le site de la Maison citoyenne


À lire également sur notre site:
Vous avez dit «coéducation»?, par Catherine Hurtig-Delattre
«La coéducation constitue une urgence éducative pour l’ensemble des élèves», entretien avec les coordinatrices de notre n° 564, «La coéducation permanente», Andreea Capitanescu Benetti et Monique Royer
La coéducation sous conditions, par Pierre Périer
La coéducation existe-t-elle vraiment ? par Marie-Claude Cortial