Ma première réunion au ministère, il y a deux ans. J’ai mis mes plus beaux collants de couleurs. Bonjour. Bonjour. Autour de la table, six cravates. Un mur de cravates, pour mes collants et moi… Une femme entre, ah enfin, s’installe. Et prend les notes…

cravate.jpgMais nous, dans les associations, ce n’est pas pareil n’est-ce pas ? Tenez, je suis rédactrice en chef et je travaille aux côtés d’un rédacteur en chef. On peut donc se réjouir “Vous voyez bien, dans nos associations, parité exacte, des dames il y en a !” et c’est peut-être aussi ce que vous pensez concernant votre organisation. Regardons tout de même de près…

Dans vos assemblées générales, la part belle, la part majoritaire, est masculine ou féminine ? C’est noté. On se rapproche maintenant. Au conseil d’administration, petit calcul, la proportion est-elle encore la même ? Oui ? Parfait. On s’approche encore. Dans votre Bureau, le coeur de votre organisation, toujours autant d’elles que d’ils ? Et dans les postes du Bureau ? Au secrétariat général, à la présidence, collants ou cravate ? A la trésorerie, cravate ou collants ? Pardon, je ne vous entends pas bien…

Regardons ailleurs. Peut-être organisez-vous des colloques, tables rondes ? Oui ? Souvenez-vous de la dernière composition du parterre d’orateurs. Combien de cravates ? Et puis peut-être, sans doute même, faites-vous des interviews, contactez-vous des personnalités pour leur demander leur avis. Remontez dans le temps, disons les cinq dernières personnes interviewées. Vous avez dit combien de collants de couleurs ? Sans doute avez-vous parfois encore des grands témoins, pour des grands entretiens de fin de revue, ou des synthèse en clotures de manifestations ? Et là, les cravates ? Je ne vous entends plus…

Photos : Mathilde Bernos

Photos : Mathilde Bernos

 

Oh, si je vous pose ces questions, c’est que nous nous les posons nous-mêmes, au CRAP-Cahiers pédagogiques. Au moment de trouver des invités spécialistes nous constatons que les noms à cravates germent plus vite, que pour mes entretiens je dois chercher les collants derrière les forêts de cravates. Quand on le sait, on peut oeuvrer à inverser les tendances mécaniques. Faire de la place aux dames, c’est peut-être une évidence, mais cela se choisit.

 

Christine Vallin