Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Enfin les Cahiers pédagogiques parlent de la réforme de l’orthographe (...)


Enfin les Cahiers pédagogiques parlent de la réforme de l’orthographe !

Florence Castincaud

8 février 2016

- Eh, dites donc, les Cahiers, vous ne dites rien, vous, de la réforme de l’orthographe ?
- La quoi ?
- La réforme de l’orthographe !
- Bigre, il y a eu une nouvelle réforme ?
- Oui ! Enfin non, celle de 90 !
- Ah, celle de Ferdinand Buisson en 1890 ? Qu’est-ce que ça vient faire là ?
- Mais non, celle de 1990 ! Celle du nénu f ar !
- Je connaissais la révolution des œillets, mais pas la réforme du nénufar...
- Mais regarde ! Nénu f ar ? Tu vois ? avec un F !
- Et alors...
- Comment ça « et alors » ? C’est incroyable ! J’en tombe assis sur mon sofa !
- Ton sopha ?
- Mon sofa !
- Tu sais que pendant des siècles on l’a écrit « soffa » ou « sopha » ?
- .....
- Et tu peux me dire pourquoi en 2016 tu t’affoles sur des changements qui datent de 25 ans ?
- Euh... parce que tout le monde en parle...
- Eh ben voilà ! Alors si tu veux bien, on va trouver autre chose à faire de plus intéressant, d’accord ?

En fait, ils en avaient déjà parlé :
En 2011 : Des traditions à bousculer
Danielle Béchennec, Liliane Sprenger-Charolles

En 2009 : Fidélité ou dévotion à l’orthographe
Entretien avec François de Closets

En 2006 : Enseigner vraiment l’orthographe, une idée neuve ?
Par Hélène Eveleigh et Jacques Crinon

En 2005 : L’orthographe...
Par Pierre Madiot

Et même :
Les plus jolies fautes de français de nos grands écrivains
Recension de l’ouvrage d’Anne Boquel et Etienne Kern, Payot, 2015.

Sur la librairie

JPEG - 20.5 ko

Orthographe N°440 -
Coordonné par Hélène Eveleigh et Jacques Crinon
février 2006

Certains s’alarment régulièrement de la baisse du niveau des élèves en orthographe ; d’autres dénoncent un instrument de sélection sociale qui n’aurait rien à voir avec la compétence à manier la langue écrite. Dans des débats où il est facile de verser dans l’excès et la caricature, ce dossier essaie d’apporter quelques clarifications sur les enjeux historiques et sociaux de l’orthographe, et s’interroge sur la réalité des compétences et des pratiques orthographiques.