,

Rendre hommage à Samuel Paty par la pédagogie

Le 15 et le 16 octobre dernier, le pays, et singulièrement le monde de l’éducation, se souvenait à l’unisson d’un assassinat dont l’horreur confinait à la sidération. Partout en France, des équipes enseignantes ont imaginé des initiatives pédagogiques pour donner, au-delà de l’effroi, un sens éducatif à l’hommage rendu à Samuel Paty. Le collège d’Airvault dans les Deux-Sèvres en fait partie. Laurence Juin, sa principale, raconte l’initiative.

Son expérience d’enseignante en français et histoire-géographie en lycée professionnel n’est sans doute pas étrangère au projet qui puise en partie dans l’enseignement moral et civique et vise un partage du vivre ensemble ancré dans les mémoires et les pratiques. En quatre années de fonction de direction, elle occupe son quatrième poste, passant d’un collège de centre-ville, à un semi-rural puis aujourd’hui rural. « Le chef d’établissement a aussi un engagement pédagogique. On l’oublie parfois car on est assaillis de demandes institutionnelles ou encore techniques. Mais cet engagement est important également. »

Son établissement accueille 200 élèves et a une place centrale dans la commune peuplée de 3000 habitants. Airvault est une petite ville qui vit bien, avec des moyens financiers et un sens du collectif qui permettent l’accès à des équipements sportifs et culturels. Laurence Juin apprécie cet environnement, car elle « aime bien le contact avec les gens, la simplicité des relations dans le monde rural ». L’équipe du collège est « une petite communauté tournée vers les élèves, une équipe solide ». L’an passé, tout le monde s’était impliqué pour organiser une minute de silence en l’honneur de Samuel Paty. Cette année, l’idée était d’aller plus loin, avec une mise en situation du vivre ensemble.

Et elle ira encore plus loin que ce que l’équipe pédagogique l’avait dans un premier temps envisagé. La semaine précédant celle de l’hommage, est annoncée la venue de la rectrice accompagnée de la présidente du conseil départemental et du Dasen (Directeur académique des services de l’Éducation nationale). Le collège fête ses cinquante ans en 2021 et n’avait jamais reçu la visite d’un recteur, c’est donc un évènement. La principale réunit l’équipe en leur proposant de « mettre encore plus de sens dans l’hommage prévu ». Le projet d’une semaine complète consacrée à la tolérance, à la liberté d’expression et au vivre ensemble, se partage, s’enrichit et est adopté. Toutes les classes sont engagées dans l’initiative, avec pour chacune un travail autour d’une citation choisie dans une banque de citations créée pour l’occasion, ou trouvée par les élèves.

Explorer des citations

Des binômes d’enseignants sont constitués pour explorer chacun avec une classe les thèmes liés à la citation, autour de la laïcité, des valeurs de la République, par exemple. Leur exploration est là pour donner du sens, complétée par un travail sur la biographie de l’auteur. « C’est un engagement sur le sens des mots. » Certaines citations sont au départ en anglais ou en espagnol, puis traduites, apportant là une touche multiculturelle, « une interprétation large du vivre ensemble ».

Les productions des classes composent une exposition présentée dans la cour. Dans chaque classe, un orateur est choisi pour lire la citation avant la minute de silence. La conseillère principale d’éducation a récolté soixante-dix mots inscrits sur des bouts de papiers par les élèves sur le thème « bien vivre ensemble ». Les délégués du conseil de la vie collégienne (CVC) les ont collés sur les vitres extérieures donnant sur le préau. « C’est un travail sur les valeurs communes qui va rester. » Les classes de 3e et de 4e ont étudié en profondeur le thème de la laïcité avec leurs professeurs d’histoire-géographie. Les CM2 de l’école primaire voisine ont été associés à la préparation de l’exposition. « La directrice est une ancienne amie de l’Université. Le hasard nous a réunies à Airvault. » Les élèves sont venus au collège pour travailler leur citation, l’un d’entre eux l’a lue lors de l’hommage à Samuel Paty. « Cela favorise aussi le lien école-collège. » Une fresque des mains est venue enrichir d’une touche graphique les interprétations en mots des thèmes visités.

S’engager et ne pas oublier

Pendant une semaine, les thèmes de la laïcité, du vivre ensemble et des valeurs de la République, ont rythmé la vie du collège, apportant une effervescence inédite et collective. « C’est intéressant, un engagement sur toute la semaine pour arriver au vendredi et à la présentation à la Rectrice. C’est intéressant de travailler le vivre ensemble dans la durée. Cela permet de s’engager dans quelque chose que l’on n’oublie pas. » Un engagement qui concerne aussi bien les collégiens que les personnels éducatifs et administratifs.

Le 15 octobre, la journée a été suivie par une équipe de France 3, une expérience inédite pour les collégiens et la communauté éducative. Les dimensions pédagogiques du projet construit en urgence et mis en œuvre avec enthousiasme sont innombrables : éducation aux médias, citoyenneté, expression écrite, recherche documentaire, histoire-géographie. « Travailler avec les médias, apprendre ce qu’est une visite officielle, comprendre ce qu’est un moment solennel et pourquoi il est organisé, c’est important de prendre conscience de tout ce que la semaine a permis. »

Laurence Juin raconte que la rectrice a vite repéré chez elle son passé d’enseignante d’histoire-géographie. Elle, plus que la matière qu’elle a enseignée, c’est son approche pédagogique qu’elle a eu à cœur de partager avec l’équipe du collège et les élèves : « On a fait quelque chose d’humble mais avec du sens et du cœur pour cet hommage si important à notre collègue. On l’a fait en replaçant l’hommage dans un contexte, en avançant avec nos élèves. » La fierté s’entend, celle d’avoir réussi tous ensemble à remplacer la sidération, l’inacceptable par une effusion de savoirs sur la liberté d’expression joyeux et partagés.

Monique Royer

Le reportage de France 3


 

Sur notre librairie

Former les futurs citoyens

Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?