Depuis plusieurs années, le Centre d’études supérieures pédagogiques du Hainaut propose des modules de formation intitulés « chantiers d’écriture réflexive ». Ces modules s’adressent à des enseignants de l’école maternelle et primaire engagés dans un processus de développement professionnel.

Si la thématique traitée change d’une année à l’autre (c’est ainsi qu’ont été abordées des problématiques comme la construction du temps historique, l’évaluation formative, le métier d’élève, l’éveil géographique), la démarche de formation suivie est cependant toujours identique : les participants sont amenés à questionner leurs pratiques pédagogiques en regard de la thématique retenue, puis se nourrissent de différentes lectures ainsi que d’avis « d’experts », c’est-à-dire de personnes-ressources apportant leurs propres réponses aux questions que nous nous posons.

Ensuite, chacun est invité à mettre en œuvre un outil (une pratique pédagogique, un dispositif, un matériel…) dans sa propre classe et à en produire un écrit personnel, qui sera relu et travaillé en groupes au sein du module, selon une démarche de partage coopératif. Tous les documents (outils d’enseignants et documents de réflexion) seront alors mis en ligne, accessibles à toute personne intéressée via le site www.partagerdespratiques.be.

Cette année, c’est le « le temps d’apprendre » qui fait l’objet de notre questionnement, de nos réflexions et de nos tentatives d’améliorer le quotidien de nos classes.
Même s’il n’y a pas eu, en Belgique francophone, les débats récents suscités en France par la réforme des rythmes scolaires et de l’organisation de la semaine, la problématique de la gestion du temps scolaire n’en constitue pas moins une préoccupation majeure pour la toute grande majorité des enseignants. Nombreux sont en effet ceux qui vivent mal cette tension toujours grandissante entre la course au temps d’une école de la performance et la nécessité de garantir à chaque élève le temps qu’il faut pour apprendre.

Comme le dit si bien Britt Mari-Barth, « sans questions, il n’y a pas de réponses ». Aussi, la première séance du chantier d’écriture réflexive consiste-t-elle donc à se donner le temps du doute et du questionnement. Elle aboutit à la formulation d’une dizaine d’interrogations, significatives pour chacun des participants. Adressées à un panel d’experts qui ont accepté d’y apporter leurs propres réponses, elles permettront en retour de guider ou d’étayer les choix que chacun posera dans sa pratique de classe.

Ce sont ces questions et ces éléments de réponses que vous trouverez ici.
_p_rendre_le_temps_d_apprendre_-_paroles_d_experts.pdf

Christian Watthez
Maître-assistant au Département pédagogique de la HELHa à Leuze-en-Hainaut.