Qu’est ce qui préside au choix de la langue d’enseignement et de scolarisation dans un pays? Pour y répondre, ce dossier rassemble dix articles qui nous présentent des contextes très divers, de l’Inde à l’Algérie, en passant par le Pays basque espagnol, le Burkina Faso, les Comores, l’Estonie, le Paraguay, Singapour et la France. Un article analyse aussi la politique du Conseil de l’Europe.

Les dix études montrent que cette question est fortement dépendante des enjeux politiques et que les approches se différencient dans la perspective de la mondialisation. Dans nombre de pays, le choix de la langue n’est plus seulement, aujourd’hui, le fait des pouvoirs publics : de nombreux facteurs interviennent, qu’il s’agisse de stratégies de différenciation sociale ou de critères économiques et d’employabilité ou encore une affirmation identitaire pour des langues minoritaires.

Ainsi, en Inde, la langue maternelle est la langue d’enseignement à l’école primaire mais ensuite, la concurrence entre plusieurs langues dans le même état amène souvent les parents à choisir l’anglais, préféré sur le marché du travail.

Nouveaux acteurs

Partout, de nouveaux acteurs interviennent dans le débat, pouvoirs politiques régionaux, parents, organisations internationales, qui cherchent, les uns ou les autres, à peser sur les systèmes éducatifs.

En France, pays centralisé et linguistiquement homogène, la problématique se déplace vers les autres langues enseignées, avec des débats sur l’hégémonie de l’anglais et les pratiques de bilinguisme qui se répandent pour la scolarisation, dans le secondaire ou le supérieur. Cette question, parmi d’autres, sera abordée dans notre dossier à venir sur l’enseignement des Langues vivantes (dossier en cours d’élaboration : voir ci dessous l’appel à contributions de Soizic Guérin-Cauet et Hélène Eveleigh)

Les exemples analysés dans ce vaste tour d’horizon font bien ressortir les enjeux politiques de cette question.

Le dossier est coordonné par un linguiste, Daniel Coste, de l’École normale supérieure de Lyon, et un sociologue, Abdeljalil Akkari, de l’université de Genève, qui nous apportent, dans l’introduction, leurs regards croisés sur la question.

Hélène Eveleigh

« Les langues d’enseignement, un enjeu politique », n° 70 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres. L’introduction et les résumés des articles sont accessibles en ligne.

Sur le site Revues.org, on trouve le catalogue de la revue et de nombreux numéros accessibles gratuitement.

A lire aussi:
L’histoire et le vélo
Présentation du numéro 69 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres par Émilie Kochert