Éducation prioritaire : réussir !

Rencontre des acteurs de l'éducation prioritaire avec la participation des mouvements pédagogiques et éducatifs du CLIMOPE (AFL, CEMEA, E&D, CRAP-Cahiers pédagogiques, FOEVEN, Francas, GFEN, ICEM, Ligue de l'Enseignement, OCCE) Au…

Appel à la mobilisation pour une politique éducative ambitieuse

Le budget 2008 qui sera appliqué à la prochaine rentrée est contesté par les élèves, les parents d'élèves, les personnels, les étudiants, les associations éducatives complémentaires de l'enseignement public et tous les partenaires…
Programmation 2014-2015

Les Rencontres d’été 2008 du CRAP – Que faisons-nous pour que chacun apprenne ?

La rentrée 2008 devrait, en principe, être celle de la mise en oeuvre du socle commun. Mais prend-on vraiment au sérieux cet objectif pourtant au coeur de la Loi d'orientation de 2005 ? Le CRAP-Cahiers pédagogiques a adhéré à cette idée…

Une littérature à part entière ?

En deux siècles, l'explosion quantitative et la diversification de la littérature de jeunesse ont été spectaculaires. Mais surtout, elle est devenue un lieu majeur de la création artistique contemporaine.

Entretien avec Claude Clément

Claude Clément, auteure illustratrice, nous explique ce qu'est pour elle écrire pour la jeunesse.

Le livre comme lieu du lien

La démarche de lecture présentée ici et expérimentée auprès d'une classe de 3e tend, d'une part, à montrer les liens que les œuvres écrites pour la jeunesse tissent avec celles inscrites dans notre patrimoine littéraire et, d'autre part, à faire de la classe un lieu de rencontre et d'échange entre lecteurs.

Débat interprétatif et discussion à visée philosophique à l’école élémentaire

La littérature comme expérience de pensée En insistant sur la portée philosophique de la littérature (de jeunesse) en général et des œuvres de la liste, les programmes de littérature à l'école primaire ont ouvert la voie à des…

Faire lire les élèves au collège : histoire à deux voix

Faire lire les élèves de manière qu'ils deviennent lecteurs : une documentaliste et un professeur de français évoquent leurs pratiques communes pour atteindre ce but.

Gisèle Bienne et Hubert Mingarelli : des voix prenantes

Gisèle Bienne et Hubert Mingarelli ont écrit des romans publiés dans des collections « pour adultes » ou « pour jeunes », dont le point commun est de mettre en scène un personnage, enfant, adolescent ou jeune adulte, qui traverse une…

La littérature jeunesse doit-elle entrer dans les salles de classe ?

Pour répondre à cette question, on interroge souvent les enseignants et, en général, de leurs réponses se dégagent deux postures complémentaires, mais pas toujours compatibles : celle des enseignants qui, intéressés à stimuler le goût…

Se protéger des approches rigides

Poète et auteur dramatique, Claude Ber a publié une dizaine d'ouvrages dont, parmi les derniers parus aux éditions de l'Amandier, La Mort n'est jamais comme, prix International de poésie Ivan Goll, La Prima Donna, Orphée Market. Elle participe aussi à des ouvrages en collaboration avec des plasticiens, à de nombreuses revues de poésie ainsi qu'à de multiples lectures et colloques en France et à l'étranger. Sous son patronyme de Marie-Louise Issaurat-Deslaef elle exerce les fonctions d'IA-IPR de Lettres dans l'Académie de Versailles. Site : www.claude-ber.org
avel_1.gif

Apprendre pour comprendre – Une autre relation entre littérature et sciences

Très souvent, l'interdisciplinarité littérature de jeunesse/biologie consiste à construire des connaissances en sciences en s'appuyant sur des ouvrages de type documentaire narratif. Dans d'autres cas, il s'agit simplement d'illustrer le domaine, voire d'aborder un thème dans plusieurs disciplines. Parfois, l'album est l'élément déclenchant à la séquence de sciences, il doit permettre à la classe de formuler des questions ou mieux des problèmes. Mené dans une classe de CE1[[Classe d'Anne-Marie Lanoizelé, école Jean Jaurès à Stains, Seine Saint-Denis.]], le travail décrit ci-dessous propose une autre relation entre littérature et biologie. À l'insu des élèves, nous[[Anne-Marie Lanoizelé maître formatrice et Patrick Avel PIUFM de biologie, académie de Créteil.]] avons articulé ces deux domaines. Ils ne prendront conscience de cette articulation qu'à la fin, lorsqu'ils réaliseront que les connaissances acquises en biologie leur permettent de comprendre la chute de l'histoire lue. Les apprentissages en sciences viennent alors éclairer l'implicite du texte littéraire.