Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Pour un collège de liberté, d’égalité et de fraternité


Tribune

Pour un collège de liberté, d’égalité et de fraternité

22 mai 2015

Au nom d’une mythique «  école de la République  » éternelle et intangible, la réforme du collège est attaquée de divers bords souvent bien mal intentionnés. Au CRAP-Cahiers pédagogiques, nous pensons au contraire que la proposition du ministère va dans le sens de la devise de la République française. Devise que beaucoup semblent avoir oubliée.

Liberté ? Oui : plus de liberté aux équipes sur le terrain. Les établissements auront plus d’autonomie, les enseignants, en vrais professionnels inventifs et créatifs, pourront faire consciemment des choix avec bien plus de souplesse dans la mise en œuvre des grands objectifs officiels.

Égalité ? La rendre effective, c’est rétablir de l’équité, en donnant au moins autant à ceux qui ont moins. C’est aussi se préoccuper davantage des 10 à 20 % des élèves, ceux qui échouent – pas parce qu’ils n’auraient pas les «  aptitudes  » pour réussir, mais parce qu’on ne sait pas toujours bien les accompagner et les mobiliser. Plus d’égalité et de justice ne nuira pas aux meilleurs si on met en œuvre une pédagogie différenciée dans le cadre indispensable du socle commun et si on diversifie les voies de la réussite, en ne confondant pas élitisme et excellence.

Fraternité ? Parler de fraternité ce n’est pas succomber à l’angélisme comme le pensent ceux qui font la promotion exclusive du «  mérite  » et de l’«  effort individuel  » en oubliant que la République, c’est aussi la coopération et la solidarité entre citoyens et la construction d’une culture commune.

On ne peut pas à la fois déplorer début janvier la coexistence de catégories de jeunes qui ne peuvent plus ni dialoguer, ni se comprendre, ni vivre pacifiquement ensemble et prôner quatre mois plus tard le chacun pour soi et une idéologie de l’éjection précoce d’une partie de la jeunesse.

Plus que jamais, il faut mettre en avant une pensée du «  et  » contre les logiques du «  ou  ». Le collège peut et doit être à la fois bienveillant et exigeant, demander des efforts à chacun et développer le plaisir d’apprendre. Les enseignants doivent à la fois instruire et former au vivre-ensemble. Les connaissances et compétences peuvent être acquises à la fois dans les disciplines et à travers leurs croisements, dans un souci constant de «  fabriquer du commun  » pour contribuer à une société plus solidaire et fraternelle. Une bonne réforme bénéficie à tous les élèves comme la création d’une culture commune consolide l’ensemble de notre société.

Le décret sur la réforme vient d’être publié, ouvrant des discussions sur son application concrète. Il aurait sans doute dû être publié plus tôt, aux lendemains du vote majoritaire du Conseil supérieur de l’éducation et on ne peut que regretter la date de sa parution, juste après une grève d’une partie des enseignants, au risque que ce soit perçu comme une provocation. Désormais, la concertation est plus que nécessaire pour une mise en œuvre effective, qui bien entendu ne sera pas simple. Nous ferons, au CRAP-Cahiers pédagogiques, des propositions précises et apporterons outils et ressources pour un passage à l’acte qui aura besoin d’un fort accompagnement.

Il est urgent de changer le collège pour en faire celui de la réussite de tous, et pour cela on a besoin, aussi, de tous les enseignants.

Le CRAP, le 22 mai 2015

Retrouvez notre dossier thématique sur le collège, avec des prises de position, articles, publications :
Construisons le collège de demain