Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Nouveau ministre de l’éducation nationale : garder le rythme


Communiqué du CRAP-Cahiers pédagogiques

Nouveau ministre de l’éducation nationale : garder le rythme

Soutien à la poursuite de la réforme des rythmes scolaires et éducatifs

6 avril 2014

Le CRAP-Cahiers pédagogiques soutient avec force et conviction la poursuite de la réforme des rythmes scolaires et éducatifs. Un communiqué de presse largement diffusé informe de cette prise de position.


Les communes, de tous horizons politiques, qui ont déjà mis en place les nouveaux rythmes scolaires et les activités périscolaires, renvoient une image positive d’une réforme qui a cependant besoin de temps pour produire tous ses effets dans la continuité. Dans la plupart des communes, les projets pour la rentrée sont très avancés, budget compris.
Rappelons aussi le très grand investissement des associations partenaires de l’école, des collectivités locales et des enseignants dans la préparation depuis des mois. Cette dynamique doit être maintenue et soutenue, surtout pas freinée ou amoindrie.
Cette réforme est une occasion privilégiée, la première en son genre et à cette échelle, d’engager le dialogue et le travail entre l’école, les associations partenaires, les municipalités et les parents.
Nous réaffirmons avec force qu’une répartition du temps scolaire sur cinq jours est nécessaire, comme l’ont toujours soutenu les spécialistes des rythmes.
Plus que jamais, malgré les pressions et désinformations et au-delà des clivages politiques, il faut mettre en oeuvre ce volet important de la refondation de l’école et respecter la loi qui l’institue.
Pour toutes ces raisons, nous demandons instamment que la mise en place des nouveaux rythmes scolaires soit poursuivie et soutenue par le nouveau gouvernement.

L’action politique, notamment en matière d’éducation, demande du temps et de la patience. Remettre en cause cette réforme reviendrait à envoyer un signal politique très négatif en direction de tous ceux qui s’engagent positivement dans les réformes. Ce serait une justification du cynisme, de l’attentisme et de la protestation systématique.