Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Et si on inversait la classe ?


Vous avez la parole

Et si on inversait la classe ?

25 février 2013

Ce modèle part d’une idée très simple : le précieux temps de classe serait mieux utilisé si on s’en servait pour interagir et travailler ensemble plutôt que de laisser une seule personne parler. La classe inversée, Florent Berthet y croit très fort, aide ceux qui veulent s’y mettre et nous en parle.


Comment décririez-vous le principe de la classe inversée ?

JPEG - 82.1 ko
http://www.flickr.com/photos/56155476@N08/

Le principe est simple : l’élève visionne des cours en vidéo chez lui au moment des devoirs, et le temps de classe est utilisé pour les exercices et du soutient personnalisé. Ce modèle a deux avantages : d’une part, les élèves peuvent mettre en pause les vidéos et revenir en arrière dès que nécessaire, ils avancent à leur rythme, ce qui est impossible quand le cours est donné en classe. D’autre part, ils vont pouvoir profiter de la présence du professeur et des autres élèves pour s’entraider et travailler ensemble. La salle de classe devient un lieu plus vivant et plus convivial pour tous.

Qu’est-ce qui vous a intéressé dans cette manière de faire apprendre ?

Cette aventure a démarré en 2008 lorsque j’ai découvert les cours de Khan Academy, ces courtes vidéos réalisées par un seul homme, Salman Khan, qui voulait au départ expliquer à sa cousine des notions de mathématiques. Ses cours étaient si intuitifs qu’ils ont rapidement fait parler d’eux sur internet. Devant ce succès inattendu, il a décidé de s’y consacrer à plein temps en montant une organisation qui a reçu plusieurs millions de dollars de la part de fondations. Aujourd’hui, ce sont près de 4000 vidéos recouvrant la majorité du cursus scolaire, toutes matières confondues, qui sont mises à disposition gratuitement.

JPEG - 93.3 ko
Salman Khan - source : Khan Academy

Des professeurs ont alors "inversé" leur classe avec des résultats très prometteurs. Or cela faisait plusieurs années que j’avais en tête un modèle similaire pour l’école, centré sur l’élève et non sur le professeur, avec des éléments de pédagogie active. L’enthousiasme général déclenché par ce modèle m’a convaincu que nous étions dans la bonne voie et que l’avenir de l’éducation passait par la classe inversée.


Que faut-il changer dans le fameux "travail à la maison" pour que cette fois-ci il soit satisfaisant et constructif pour TOUS les élèves ?

Le gros problème du travail à la maison est qu’il est souvent profondément ennuyeux. A notre époque, le divertissement a atteint un tel niveau de qualité que la perspective d’enchaîner des exercices tirés d’un manuel est de moins en moins réjouissante pour les élèves. Il nous faut redonner l’envie d’apprendre, et ces technologies sont excellentes pour attiser l’intérêt des jeunes.

Un autre problème majeur est que c’est au moment des devoirs que l’élève a le plus besoin d’aide car c’est là qu’il devra appliquer ce qu’il a appris, et qu’il risque de bloquer. Si personne n’est là pour lui expliquer, et que le lendemain servira à une nouvelle leçon, quand pourra-t-il combler ses lacunes ?

Le problème du travail personnel se pose aussi dans le modèle classe inversée. Mais les élèves sont souvent plus enclins à regarder des vidéos que de "ramer" tout seuls sur des devoirs. Par ailleurs, ceux qui n’ont pas fait leur travail chez eux pourront toujours le faire pendant le temps de classe, mais ils ne pourront alors pas profiter de l’aide du professeur, qui sera occupé avec des élèves qui auront déjà pris connaissance du cours.

Quels sont les premiers résultats ?

JPEG - 96.5 ko
http://www.flickr.com/photos/56155476@N08/

Les retours sont très positifs. Les meilleurs résultats concernent les élèves qui avaient le plus de difficultés car le professeur peut enfin prendre le temps de s’asseoir avec eux plutôt que de leur expliquer à la va-vite à la fin du cours. Les professeurs sont eux aussi ravis car ils ne sont plus contraints de ressasser les même cours, ils peuvent proposer des projets et adapter leur aide en fonction de chaque élève, avec de vrais échanges. Le métier devient plus gratifiant.

Qu’est-ce qui demande à être encore amélioré ?

La classe inversée nécessite des cours en vidéo de qualité. Tous les professeurs ne souhaitent ou ne peuvent pas en produire. Mais il suffit qu’une personne partage son travail pour que toutes les autres puissent ensuite l’utiliser, donc ce problème sera vite résolu.

Le professeur doit aussi s’attendre à une période d’adaptation, où il devra régulièrement faire des ajustements et des mises au point avec les élèves avant d’être vraiment à l’aise.

Un conseil à ceux qui voudraient expérimenter la chose ?

JPEG - 113.3 ko
source : http://www.mrsthompsonteaches.com

N’ayez pas peur du changement, c’est le seul moyen de vous améliorer. Mettez-vous à la place de vos élèves et demandez-vous comment vous aimeriez vivre la classe, vous trouverez ainsi les réponses à beaucoup de questions. Et bien sûr vous pouvez visiter le site que j’y ai dédié pour plus d’informations : www.classeinversee.com

Voir en ligne : La classe inversée


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.