Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Entrer dans le jeu du théâtre forum


Éducation à la citoyenneté

Entrer dans le jeu du théâtre forum

22 juin 2016

Un élève qui en a assez qu’on lui parle encore du génocide des Juifs, alors qu’on ne dit rien sur les Palestiniens, et un professeur qui a du mal à trouver la parade. Des contestations autour des repas de cantine, de la tenue de piscine ou du cours sur Darwin. Une scène « ordinaire » du processus de radicalisation d’un jeune animateur de centre de loisirs. Autant d’évocations d’une actualité pas toujours réjouissante et en tout cas problématique élaborées par la compagnie Entrées de jeux, ces comédiens qui pratiquent le débat théâtral. La compagnie présentait le 14 Juin, trois de ses dernières créations à Paris, en présence de professionnels de l’éducation.


Le débat théâtral est une forme théâtrale interactive qui permet au public d’intervenir et, au lieu de discuter, de donner un point de vue, de venir jouer celui-ci en prenant la place d’un des comédiens ou en introduisant une nouvelle donnée pour changer le cours des choses. Bernard Grosjean, directeur de la compagnie Entrées de jeu, précise qu’il s’agit d’un « théâtre adressé », destiné à un public particulier, dans l’objectif de débattre avec ce public.

Comme le précise le meneur de jeu de la première pièce, cette proposition théâtrale permet d’essayer, de « tester sans risque » des idées. Comme un champ d’expérimentation ou un laboratoire. Il souligne que « les angoissés de profession, les timides, ne sont pas forcés d’intervenir mais invités chaleureusement à mettre à profit l’outil ». La compagnie veut faire de ses spectacles des moments rares de rencontre, où l’on met en commun des propositions et l’on repart « enrichis de l’échange ».

Sur commande

Toutes les pièces de la compagnie ont été écrites sur commande, dans un travail d’écriture de plateau collective. Les trois spectacles présentés le 14 juin proviennent de commandes récentes sur des sujets que Bernard Grosjean qualifie de « brûlants et complexes à traiter » et ont déjà été joués et expérimentés devant les publics auxquels ils étaient destinés.

La pièce En toute(s) conscience(s) a été commandée par l’association CLAVIM d’Issy-les-Moulineaux, afin d’interroger les manières de défendre le principe de laïcité quand les circonstances le mettent à mal ou quand il apparaît comme un principe injuste aux yeux de certains. Présenté devant 130 élèves de la sixième à la seconde, la pièce, qui se présente comme un kaléidoscope de neuf scènes et un épilogue, peut aussi parfaitement fonctionner en direction d’adultes.

Des spectateurs sur scène

Lors de la présentation, après une première interprétation de la pièce par les comédiens, celle-ci est jouée une seconde fois et les spectateurs sont invités à l’interrompre pour donner leur point de vue et intervenir sur la scène. Parmi le public d’adultes, pas dans la « cible » première de la commande, donc, quelques uns se prêtent au jeu et viennent revêtir le costume, symbolisé par une écharpe, d’un personnage. Tel celui-ci, qui propose une réponse du professeur, au lieu de l’esquive initiale, à un élève qui refuse le cours sur Anne Franck, ou celle-ci, qui dialogue avec cet autre élève qui en a assez qu’on lui montre des images qu’il qualifie de religieuses en classe là où elle présente des œuvres d’art d’inspiration chrétienne.

Bernard Grosjean raconte qu’à Issy-les-Moulineaux, face au public de collégiens, la séance a été « très chaleureuse, cela a fait beaucoup de bien aux comédiens comme aux spectateurs de voir la générosité des jeunes sur ce sujet, leur ingéniosité pour venir faire de la médiation ».

D’égal à égal a été commandé par la fédération de Paris de la Ligue de l’enseignement pour questionner les enfants de CM1, CM2 et sixième sur les valeurs de la République, « Liberté, Égalité, Fraternité », et sur leur application au quotidien. L’interrogation qui la sous-tend peut se résumer ainsi : « Comment faire respecter les valeurs fondamentales de la République quand les élèves éprouvent en réalité de l’intolérance et de l’injustice ? » Une certitude s’en dégage : on ne peut pas imposer la fraternité par la loi.

Enfin, Le courage à deux mains, a été commandé par la Préfecture de l’Ile-de-France dans le cadre d’une action de prévention de la radicalisation à destination de professionnels en lien avec les jeunes.

Il est possible de faire venir la compagnie pour jouer l’une de ces pièces dans une école ou un établissement. Entrées de jeu peut être une aide précieuse pour un travail sur les valeurs de la République et la citoyenneté qui ne soit pas une simple incantation…

Cécile Blanchard et Jean-Michel Zakhartchouk

A lire aussi : un hors-série numérique des Cahiers pédagogiques rassemblant les chroniques de la compagnie Entrées de jeu (document pdf ci-dessous).

PDF - 799.6 ko

Le site de la compagnie entrées de jeu. http://www.entreesdejeu.com/

Sur la librairie

 

À l’école du théâtre
Qu’est-ce que les élèves apprennent avec le théâtre, de l’école à l’université, dans toutes les disciplines ? Sans se limiter au théâtre pour lui-même, ni aux liens étroits qu’il entretient avec la langue et la littérature, dans quel but et comment travailler avec le théâtre pour optimiser les apprentissages de tous les élèves ?


 

Former les futurs citoyens
Mise en place du nouveau socle commun, de l’enseignement moral et civique : l’éducation à la citoyenneté, thème souvent abordé par les Cahiers pédagogiques, revient au cœur des préoccupations. De quelle éducation à la citoyenneté parle-t-on ? Comment ne plus la confondre avec une éducation au civisme et à la civilité ?