Accueil > Antidote > A quoi sert le redoublement ?


Remèdes aux mensonges et autres idées reçues

A quoi sert le redoublement ?

Antidote n°9, par Sylvain Connac

Qu’on se le dise : réintroduire une pratique ferme du redoublement serait la solution ! Pour les élèves qui ne maitrisent pas les attendus à l’entrée en classe supérieure, pour lutter à la fois contre la baisse du niveau et contre l’hétérogénéité, fléau de l’enseignement. Voici, en substance, ce que l’on entend en ce moment. Cela concerne l’entrée en 6ème et, fait nouveau, l’entrée en CE1. C’est indéniablement de la surenchère électoraliste.

« Tout enfant qui ne maitrise pas les fondamentaux de la lecture en CP, ne passe pas en année supérieure tant qu’il ne maitrise pas la lecture parfaitement. » (Nicolas Sarkozy, ex candidat à la primaire de la droite et du centre)

Il ne suffit pas de faire redoubler un élève pour que, ipso-facto, il retrouve confiance en ses capacités, il comprenne ce que l’enseignant explique, il retrouve le désir d’apprendre, il se sente bien au sein de sa nouvelle classe, puis que les enseignants disposent de classes homogènes et qu’il y soit facile de transmettre. La réalité n’est malheureusement pas aussi simple. Loin de là.

« Il ne faudrait pas croire que parce qu’ils sont très jeunes, les élèves de CP acceptent la décision de redoublement de bon cœur. Par ailleurs, le décalage d’âge avec les autres élèves de la classe va entraîner tout au long de la scolarité des réactions négatives de la part des redoublants, fondées sur une détérioration de l’estime de soi. A compétences égales en fin de CM2, les élèves en retard révèlent davantage de comportements subis. »

Extrait du rapport de l’IREDU-CNRS pour le Haut conseil de l’éducation, février 2007.

 

D’où vient le malentendu ?

Historiquement, le redoublement est une pratique issue de la loi Guizot de 1833 : pour contenter les forces législatives en faveur d’un enseignement magistral (et non pas mutuel : en association avec des élèves moniteurs), le ministre Guizot cède sur l’enseignement simultané (avec le regroupement d’élèves par âges) et obtient ainsi la création d’une école par village, dont les classes sont à l’image de l’organisation de celles des Frères des écoles chrétiennes. Chaque étape est censée correspondre à un niveau moyen des élèves, où tout écart trop net à la moyenne est sanctionné par un redoublement. C’est ce que Sylvie Jouan appelle « le paradigme de la classe homogène » [1].

Tout se passe comme si la transmission directe par le maitre était l’élément nécessaire pour définir une bonne méthode pédagogique. Le reste peut changer : on garde ainsi le matériel des tableaux muraux issus de l’enseignement mutuel, on modifie la liste des punitions et la répartition des matières sur la journée préconisées par Jean-Baptiste de La Salle, mais une chose est à conserver, et justifie à elle seule l’abandon de la méthode mutuelle, c’est la présence du maitre.

Le redoublement n’est pas une aide aux élèves en difficultés mais une aide pour les enseignants en difficulté pour gérer l’hétérogénéité d’une classe. Voilà tout le problème.

Parce que, pour une fois, toutes les recherches en éducation sont convergentes : la pratique du redoublement est inefficace. Considérée comme une caractéristique forte du système éducatif français, elle aurait deux freins rédhibitoires aux apprentissages. Être stigmatisé sur ses difficultés et être contraint de ne plus suivre ses camarades participent au développement du sentiment d’incompétence, source future de décrochage. La confiance en soi est une condition essentielle pour apprendre. Être conduit à « redoubler », c’est-à-dire à refaire de la même façon ce que l’on n’est pas parvenu à apprendre une première fois, est un piètre choix pédagogique. Le cerveau ne fonctionne pas tel une clé-USB pour qui un enregistrement défectueux peut se résoudre par une nouvelle tentative.

A quel cout ?

En plus d’être inefficace, la pratique du redoublement est couteuse. L’année d’un élève en élémentaire coute à l’état 6120 € et celle d’un collégien 8410 € (selon les Repères et références statistiques 2016 du ministère de l’Éducation nationale, p. 337). Rien que pour l’année du CP (en 2015), c’est à hauteur de 100 millions d’euros que s’élèvent ces dépenses supplémentaires inefficaces ! On observe toutefois une baisse importante du redoublement. Selon le CNESCO [2], en 2013, un élève sur quatre en fin de collège a redoublé au moins une fois, alors que c’était le cas de plus d’un élève sur trois en 2004. Le problème est que ce taux de redoublement a diminué de façon inégale selon l’origine sociale et migratoire des élèves, et le contexte économique de familles, comme si la pauvreté était cause de carences cognitives.

On le voit bien, faire redoubler les élèves est une vraie impasse. En plus de ne résoudre aucun des problèmes liés à la scolarisation, cela les amplifie. Pourtant, et c’est ce qui fait perdurer ces pratiques, les croyances des bienfaits du redoublement sont tenaces : enseignants, parents et élèves semblent d’accord pour y attribuer des vertus, alors que la réalité est quasi-inverse.

« Hélas, les enseignants n’ont pas l’occasion d’expérimenter ce qu’auraient été les effets d’une promotion des mêmes élèves sans redoublement ; ils se laissent impressionner par les progrès des redoublants et, n’ayant pas les moyens d’en relativiser l’importance, ils persévèrent à attribuer une trompeuse efficacité à une pratique peu opérante. De surcroit, l’attachement des enseignants au redoublement est en partie de nature sociale. La tradition et le consensus quasi unanime des enseignants, des parents, des responsables et même des élèves pèse lourdement dans la balance : il faut être un héros pour braver cette conviction de sens commun et l’on comprend dès lors aisément l’opportunité de faire porter le programme de formation sur l’ensemble des enseignants de l’école… sans être sûr que cela suffise. Car le redoublement fait preuve d’une fonctionnalité certaine dès lors que l’objectif est d’obtenir des classes homogènes en termes de performance d’élèves et que la culture scolaire dominante soutient que des sélections et des orientations doivent être faites. En définitive, les preuves apportées par les chercheurs concernant l’absence d’effets du redoublement eu égard aux apprentissages des élèves ont bien peu de poids dans ce contexte. Pour se légitimer, les enseignants déclarent alors : « Bien sûr, en théorie, le redoublement, ce n’est pas la solution, mais en pratique, c’est autre chose ! »

Marcel Crahay, Philippe Wanlin, Élisabeth Issaieva, Isabelle Laduron, « Fonctions, structuration et évolution des croyances (et connaissances) des enseignants », Revue française de pédagogie, 172, 2010.

 

Que peut-on faire ?

D’abord, en tant qu’homme ou femme politique, arrêter d’utiliser le redoublement comme un argument de séduction. Il en va de sa responsabilité. Sinon, rien de bon pour la société n’en sortira.

Ensuite, en tant qu’acteur de l’enseignement, accepter ce fait et s’engager dans la mise en place d’alternatives en mesure de répondre de manière plus efficace à la prise en compte de la difficulté scolaire. Nous en savons déjà les principes forts :
Stopper les méthodes systématiquement collectives et uniformes : introduire un équilibre entre des temps communs d’enseignement de savoirs et des temps personnalisés où chaque élève se trouve face à du travail qui correspond à ses besoins (pour parfaire ses apprentissages).

Organiser de la coopération entre élèves, pour que l’enseignant ne soit plus la seule personne à se charger, au sein d’une classe, de ce qui doit être appris. En travaillant avec d’autres, on comprend autrement. En demandant de l’aide, on obtient des réponses qui débloquent. En apportant de l’aide, on réutilise ses savoirs, on est valorisé et on manifeste de la fraternité.

Évaluer pour accompagner les apprentissages, et pas pour sélectionner. Les temps d’évaluation ne devraient servir qu’à renvoyer une information aux élèves sur ce qu’ils ont acquis au regard des attendus de l’école. Afin qu’ils puissent, soit passer à autre chose et devenir meilleurs, soit reprendre leur travail et ne pas se satisfaire de résultats insatisfaisants ou moyens.

La difficulté scolaire est une invention de l’école. Elle peut être endiguée par une évolution des pratiques d’enseignement véritablement inclusives. La force de l’enfance est son pouvoir de vie. Ne nous privons surtout pas de ce carburant et luttons pour que la classe soit un lieu d’entretien du sentiment de compétence.

Sylvain Connac
Maître de conférences en Sciences de l’éducation à l’université Paul-Valéry de Montpellier, membre du comité de rédaction des Cahiers pédagogiques

A lire aussi :
« Quelles alternatives au redoublement ? » Dossier hors-série numérique des Cahiers pédagogiques

« Comprendre, prévenir et prendre en charge la difficulté dans la classe »
Par André Tricot


[1Sylvie Jouan, La classe multiâge d’hier à aujourd’hui. Archaïsme ou école de demain ? ESF éditeur, 2015.

[2Inégalités sociales et migratoires : comment l’école amplifie-t-elle les inégalités ? CNESCO, 2016, p. 52.

Ce qu’en dit Marcel Crahay

« Sauf à nier l’étendue des preuves et l’opiniâtreté des chercheurs à trouver la façon la plus valide d’appréhender les effets du redoublement, l’homme de raison doit admettre que les données de recherche ne plaident pas pour le maintien de cette pratique. Il semble établi désormais que le fait de répéter une année et, partant, de recommencer la totalité d’un programme de cours n’aide pas les élèves en difficulté à surmonter les obstacles qui les empêchent de réussir honorablement à l’école. Étant donné que les recherches dites quasi expérimentales ne portent guère sur le secondaire, on peut comprendre que certains rechignent à étendre aux adolescents ce qui a été observé pour les enfants du primaire.
Du point de vue du chercheur, il semble urgent de dépasser la polémique à propos des effets du redoublement au primaire pour privilégier d’autres questionnements. Car si le redoublement ne constitue pas un moyen pour venir en aide aux élèves en difficulté, il parait opportun de chercher d’autres moyens pour résoudre cet important problème. Bref, plutôt que de demander de nouvelles preuves concernant les effets du redoublement, il semblerait plus fécond de demander aux chercheurs de se concentrer sur d’autres objets d’investigation.
 »
Marcel Crahay, « Peut-on conclure à propos des effets du redoublement ? », Revue française de pédagogie, 148, 2004.


Retour vers la rubrique Antidote