Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative qui vit de ses abonnements et ventes au numéro.
Pensez à vous abonner sur notre librairie en ligne, c’est grâce à cela que nous tenons bon !
,

Revue de presse du dimanche 26 juin 2022

Le problème du recrutement des enseignants devient grave et cela se voit dans la presse. L’ancien ministre n’en finit pas de susciter des polémiques. On parle aussi d’enseignement, d’orientation, d’examens…

Le dessin de Fabien Crégut

Enseigner

La fuite des enseignants se poursuit. Démissions, disponibilités, voire fuite vers le privé.
Courage, fuyons ! Par Anthony Cortes
“« So long, Marianne… » Épuisés et dépités par le manque de moyens et de soutien, des professeurs font le choix de rejoindre les rangs du privé. Avec certains avantages, jugent-ils : la possibilité de choisir son établissement et des classes plus « faciles ».”

Le mari de ma maitresse publie un témoignage sur son blog : comment décourager les enseignants ? L’Education nationale, une machine à broyer du prof.
“Je me permets de partager ce témoignage d’une collègue d’allemand (avec son accord) Combien de collègues sont dans une telle situation ? Y’a-t-il encore un cœur qui bat à l’éducation nationale ?”

Les concours ne font plus du tout le plein et cela devient catastrophique. Seulement un poste sur trois pourvu en Ile-de-France dans le 1er degré
“On s’attendait à une catastrophe. C’est encore pire : Seulement un poste sur trois est pourvu au concours externe de recrutement des professeurs des écoles en Ile-de-France. Ce sont près de 2000 postes qui vont rester vacants à la rentrée. Il sera très difficile de trouver 2000 contractuels supplémentaires cet été. Le ministère a bien plongé l’enseignement public dans une crise inédite.”

Alors le ministère cherche à écoper avec une petite cuillère. Tout est bon pour mettre un adulte devant les élèves.
Tout d’abord, on va aller chercher les enseignants partout, peu importe leur formation d’origine. Un décret élargit les champs d’exercice des enseignants
“Publié au JO du 21 juin, ce décret ouvre la possibilité aux professeurs des écoles d’exercer leurs fonctions dans un établissement d’enseignement supérieur ; il permet aux professeurs de lycée professionnel d’exercer leurs fonctions en lycée d’enseignement général et technologique et en collège ainsi que d’assurer certains enseignements dans des établissements d’enseignement supérieur.”
On compte aussi sur les reconversions. Les profs en reconversion au secours de l’Education nationale. Par Anthony Cortes
“Bien que la profession souffre d’un faible attrait, elle parvient tout de même à susciter l’intérêt d’un certain nombre de néo-enseignants en deuxième carrière, le plus souvent des femmes venues du secteur privé. Qui veut encore se risquer à devenir prof ? Plus grand monde, à en croire les chiffres d’inscrits puis d’admissibles au Capes (certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré) dans certaines disciplines ou au CRPE (concours de recrutement de professeurs des écoles). Chaque année, après la diffusion des résultats d’admissibilité, les postes non pourvus sont nombreux, trop nombreux. Plus particulièrement dans le second degré (collèges et lycées) : par exemple, en 2021, 100 postes sont restés vacants en mathématiques et 66 en allemand.”

Les job dating se multiplie partout en France. Pénurie de profs : les stratégies des académies d’Ile-de-France pour recruter (Amélie Petitdemange)
“Les concours de l’enseignement ne font pas le plein cette année dans plusieurs disciplines. Conjuguée à des démissions et des départs en province, cette situation mène à un manque de professeurs accru pour la rentrée 2022. Les académies tentent de revaloriser l’image du métier et créent des journées de recrutement. Focus sur l’Ile-de-France. “
Job dating, campagne de recrutement… l’Oise recherche en urgence des enseignants pour la rentrée
“Confrontée à une pénurie de professeurs, l’académie d’Amiens organisait cette semaine à Beauvais son tout premier «job dating». L’initiative, critiquée par les syndicats, met en lumière la crise des vocations qui touche également l’enseignement catholique dans le département.”

D’un ministre à l’autre

L’ex-ministre J.M. Blanquer fait encore parler de lui. Le dernier scandale ? Son éventuel parachutage à Assas.
Après sa déroute électorale, Blanquer bénéficie de la création express d’un poste à l’université Assas
“Le président de l’université Panthéon-Assas a été saisi d’une demande « exceptionnelle » : ouvrir un poste sur mesure pour accueillir l’ancien ministre Jean-Michel Blanquer, défait aux législatives.”
Après sa défaite aux législatives, Blanquer pressenti pour intégrer l’université Paris-Panthéon-Assas
“« Il m’a été demandé, en effet, d’envisager la possibilité d’accueillir au sein de notre université l’ancien ministre Jean-Michel Blanquer, agrégé de droit public en 1996 et spécialiste de droit constitutionnel et de droit public comparé », explique le président de l’université Paris-Panthéon-Assas Stéphane Braconnier dans un message adressé aux enseignants du département de droit public, confirmant des informations de Mediapart et du Canard Enchainé.” Mais par qui ????

Par contre le nouveau ministre Pap Ndiaye veut réconcilier la nation. Par Nicolas Truong
“Taxé de « wokisme » et d’indigénisme par l’extrême droite, critiqué par une partie de la gauche pour son analyse des inégalités dont sont victimes les minorités, le nouveau ministre de l’éducation nationale et historien de la condition noire en France rejette l’idée d’un « ministère idéologique ».” Abonnés

Pour l’UNSA : Cinq priorités pour l’éducation. Le syndicat interpelle le ministre
“Lancé en 2021 dans les suites de la crise pandémique, le collectif MOUVEMENT AMBITION EDUCATION défend un renouveau du service public d’éducation sur tous les territoires à partir d’une mobilisation locale de tous les acteurs de la communauté éducative. Le mouvement, dont fait partie l’UNSA Education interpelle le Ministre de l’éducation et de la jeunesse. Il définit cinq priorités pour l’éducation.”

Le système

L’évaluation nationale des cités éducatives “L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) a été mandaté par l’Agence nationale de cohésion des territoires (ANCT) pour piloter l’évaluation nationale des cités éducatives. Mises en place depuis 2019 dans certains quartiers prioritaires de la politique de la ville, celles-ci reposent sur le renforcement d’une communauté éducative comprenant les professionnels de l’éducation, les parents, les services de l’État, les collectivités et les associations. Au début de l’année 2022, on dénombrait 200 cités éducatives.”
Des propositions chocs pour les écoles des quartiers défavorisés
“Dans un rapport sur les quartiers pauvres, l’Institut Montaigne recommande d’affecter les enseignants « les plus efficaces » dans les classes « stratégiques ». Et de les y attirer par divers dispositifs comme des primes, des aides au logement ou encore l’affectation de leurs enfants dans les établissements scolaires et universitaires de leur choix.”

Confrontrées à une pénurie de main-d’œuvre dans l’artisanat, les maisons de luxe créent leurs « écoles » Par Tiphaine Thuillier(Fitilieu (Isère), envoyée spéciale )
“Maroquinerie, horlogerie, tissu… Pour répondre aux commandes en hausse et aux difficultés de recrutement, des entreprises du luxe, comme Hermès ou LVMH, ont créé leur programme de formation.”

Hugues Draelants : La politique des preuves en éducation
“Depuis 5 ans en France, beaucoup plus dans les pays anglo-saxons, l'”evidence based”, les politiques basées sur les preuves, dominent les politiques éducatives. Avec arrogance, elles ont pris le pouvoir souvent contre l’expérience des enseignants. Hugues Draelants (Université de Louvain) analyse le phénomène dans un nouvel ouvrage (L’évidence des faits, PUF). Il montre que les “preuves” reposent sur des ignorances volontaires. Il invite à la prise en compte des savoirs tirés de l’expérience. Il montre aussi que ces politiques minent la confiance entre le citoyen et les politiques. L’ouvrage d’Hugues Draelants et Sonia Revaz est important. Sa publication montre que le débat éclot dans la société. En France il arrive à un moment charnière. Le balancier peut-il repartir dans l’autre sens ? Hugues Draelants explique son point de vue.”

La Cour des Comptes critique sur le tout apprentissage
“Dans un rapport et un référé publiés le 23 juin, la Cour des Comptes pointe les insuffisances et les échecs de la réforme de l’apprentissage menée pendant le 1er quinquennat.“ Et en conclusion : “La Cour invite l’Etat à définir des objectifs prioritaires et à redéfinir les niveaux de prise en charge. Enfin la Cour souhaite impliquer davantage les établissements scolaires dans l”orientation vers l’apprentissage. Une demande qui va rencontrer probablement des résistances.”

L’Orientation est une affaire de (gros) sous ! Chronique de Vincent Olivier
“L’Orientation sera l’un des premiers chantiers du nouveau quinquennat. Dans la “presque” campagne présidentielle, le sujet a été porté par le candidat Macron, sans faire l’objet de débat, lui non plus. Un certain flou semble s’être établi sur l’idée de faire découvrir les métiers dès la classe de cinquième, notamment pour mieux s’orienter vers les filières techniques en fin de troisième. Les parents approuvent l’évidence que l’école doit aussi préparer au monde professionnel, mieux qu’aujourd’hui. Cela ne change rien pour autant à leurs convictions que le meilleur pour leurs enfants sera d’éviter les filières professionnelles. Pudiquement, personne n’a parlé d’argent.”

Le temps de l’éducation
“L’idéologie typiquement française d’une réussite scolaire très précoce n’a plus aucune justification, excepté la fierté des parents, estime Georges Haddad, qui plaide pour une véritable formation tout au long de la vie.”

Examen

Le Grand Oral, un retour aux origines du bac. Par Paul de Montferrand
“Le Grand Oral, épreuve phare du bac nouvelle formule, est l’héritier d’une vieille tradition française de l’oral au bac, dont l’importance s’est progressivement réduite au profit de l’écrit. C’est un retour en force qu’a effectué l’oral au bac avec la réforme Blanquer après des décennies de disette. Les candidats se frotteront pour la deuxième fois à l’épreuve redoutée du Grand Oral, coefficient 10 pour le bac général et 14 pour le technologique. Rien à voir donc avec les petits coefficients affectés aux oraux auparavant, en langues, français ou latin notamment.”
Bac 2022: Le grand oral, un défi encore plus important pour les filles ? Par Gwenn Allanic
“Du 20 juin au 1er juillet, les élèves de terminale passent l’épreuve du grand oral du baccalauréat. Un examen dans lequel filles et garçons pourraient ne pas briller de la même façon.”

Chronique : La fin du bac ?
Philippe Watrelot Enseignant, auteur de “Je suis un pédagogiste” (ESF-Sciences Humaines, 2021).
“« Blanquer signe la fin du bac national » (L’Humanité), « Jean-Michel Blanquer signe la fin du bac » (Libération) : on voit fleurir des titres catastrophistes après l’annonce par le ministre de la suppression des épreuves communes (ex-E3C) au profit d’un contrôle continu représentant 40 % de la note.
Plus que la préservation du rituel, c’est surtout la question de l’égalité « républicaine » qui inquiète. Mais on oublie peut-être que les véritables enjeux se situent ailleurs : derrière le bac, il y a la question des études supérieures. Enfin, à travers cette question, on peut se questionner sur la pédagogie et la manière de concevoir collectivement ou non le métier d’enseignant.”

Bac 2022: Dans les coulisses de mon lycée, centre d’examens. Par Bertrand Gaufryau, chef d’établissement de lycée agricole, économiste, militant de la pédagogie, citoyen engagé
“”Je savais que ce travail patient et inlassable allait être exigeant, mais aussi que nous allions participer un peu, à notre échelle à une mission de service public”, admet ce chef d’établissement.”

Chronique : Le vertige des notes. Marie Duru-Bellat, sociologue
“Vite éclipsée par les législatives, la polémique récente autour de l’harmonisation des notes du bac – quand des notes de spécialités ont été relevées en masse sans que les correcteurs en aient été informés – posait pourtant des questions cruciales, pour le système scolaire et bien au-delà.
Les pratiques d’harmonisation des notes, pour atténuer les écarts moyens entre jurys ou entre sujets, sont classiques et en général tolérées dès lors que ce qui est en jeu, c’est d’assurer une certaine équité entre les candidats. Leur note doit refléter leurs connaissances et ne pas pâtir d’un jury ou d’un sujet plus dur que les autres. Voilà qui semble évident. Mais quel enseignant soutiendrait que ses notes reflètent précisément les acquis de tel ou tel élève ?”

Supérieur

Parcoursup 2022: Plus de 5 300 places offertes en admission complémentaire
“Il reste encore de la place dans l’enseignement supérieur pour les déçus de Parcoursup. La phase d’admission complémentaire de la plateforme d’orientation ouvre ce jeudi 23 juin à 14 heures. Elle permet aux élèves de terminale de formuler jusqu’à 10 nouveaux vœux auprès des établissements qui disposent encore de places. À ce jour, 86,8% des élèves de terminale ont reçu au moins une proposition d’admission depuis le 2 juin dernier. La phase principale d’admission se poursuit en parallèle de la phase complémentaire jusqu’au 15 juillet 2022.”

Parcoursup : dans le supérieur, parmi les admis, combien de satisfaits ? Par Soazig Le Nevé
“La plate-forme d’affectation dans l’enseignement supérieur regorge de données statistiques, mais elle ne mesure pas la satisfaction réelle des lycéens et étudiants en réorientation lorsqu’ils acceptent une proposition.”

Parcoursup : faut-il faire évoluer la plate-forme d’orientation ? Par Thomas Poupeau
“La phase complémentaire d’admission post-bac démarre le 23 juin, avec de nouvelles formations pour ceux qui n’ont pas encore de place dans le supérieur. 9 lycéens sur 10 ont déjà trouvé, mais beaucoup soulignent l’attente stressante des réponses.” Pour les abonnés

Parcoursup : les professeurs principaux de terminale se désolent de l’opacité et des incohérences de la plate-forme d’orientation. Par Sylvie Lecherbonnier
“Ils scrutent les résultats de leurs élèves, leur progression sur les listes d’attente. Ils évaluent les chances des uns et des autres d’intégrer telle formation en analysant le rang du dernier admis à la session précédente. En quelques années, les professeurs principaux des lycéens de terminale sont devenus des experts de Parcoursup. Le jargon de la plate-forme d’admission dans l’enseignement supérieur, son calendrier, ses différentes phases n’ont plus beaucoup de secrets pour eux, et, pourtant, ils n’en ont pas encore percé tous les mystères. Pourquoi, à la veille de l’ouverture de la phase complémentaire, les élèves d’une classe ont quasiment tous reçu au moins une proposition, alors que dans une autre, près d’un quart est toujours en attente ? Les enseignants ne le comprennent pas, alors qu’au niveau national plus de 86 % des candidats ont déjà reçu une proposition d’admission, selon les statistiques ministérielles.”

Carte interactive. Les spécialités de BUT proposées dans chaque IUT
“INFOGRAPHIE. Il existe 108 IUT en France répartis sur 170 campus. Chacun propose des spécialités et parcours associés de BUT différents. A l’aide de notre carte interactive, trouvez dans quel IUT sont enseignées les spécialités de BUT que vous visez. “

A suivre

Laïcité : la région Île-de-France suspend sa subvention à la Ligue de l’enseignement
“La région Île-de-France suspend sa subvention à la Ligue de l’enseignement après des propos «contraires aux valeurs de la laïcité et de la République» tenus par sept élèves encadrés par cette association, lors d’un concours d’éloquence sur la laïcité, a indiqué jeudi 23 juin la région à l’AFP.”

Laïcité, un concours d’éloquence lycéen vire au fiasco. Bernard Gorce
“La Région Île-de-France a annoncé jeudi 23 juin la suspension d’une subvention de la Ligue de l’enseignement après des propos critiques sur la laïcité tenus lors d’une expérience éducative.”

Réflexions ressources

Comment interroger ce que l’on voit sur les réseaux sociaux ? Par Jean Berthelot de La Gletais
“Rayya Roumanos, maîtresse de conférence à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine (IJBA), spécialiste des évolutions du journalisme à l’heure du numérique, explique comment remettre en cause une information présentée comme fiable sur les réseaux sociaux.”

Changements et réformes en éducation : Mode d’emploi ?
“Alors que s’annoncent de vrais bouleversements du système éducatif, la revue Administration & éducation (n°174) revient sur la question du changement en éducation. Dans une “déambulation réflexive”, elle offre des points de vue variés sur les réformes, privilégiant les observations des acteurs institutionnels. Une musique s’en dégage : privilégier l’autonomie des établissements, accompagner les chefs d’établissement, donner leur place aux collectivités territoriales. Heureusement Claude Lessard pose la question de la légitimité du changement, ce qui entrouvre la porte aux autres acteurs : syndicats, enseignants, personnels…”

L’éducation au changement climatique en action. Par Monique Royer
“En ce mois de juin, les effets du dérèglement climatique sont prégnants. Comprendre le phénomène, l’enseigner pour tenter de le freiner, devient une nécessité. Simon Klein, médiateur scientifique à l’OCE (Office for Climate Education), dessine des pistes pour dépasser l’écoanxiété en investissant la pédagogie.”

Ce que les dessins d’enfants nous disent de la société de consommation. Pascale Ezan, professeur des universités
“Dessiner est une des activités préférées des enfants. Du gribouillage aux productions plus abouties, leurs dessins nous renseignent sur leur environnement. Or les enfants sont immergés dans une culture de consommation et les travaux académiques convergent pour souligner que la société de consommation est particulièrement investiguée par eux quand ils dessinent.
Partant de ce constat, les chercheurs qui s’intéressent à ce domaine ont de plus en plus souvent recours à ces supports graphiques pour saisir ce que les enfants apprennent et comprennent de la consommation.”

Des outils pour débusquer les fakes news
“Les sources d’information n’ont jamais été si nombreuses. Pourtant, le mensonge n’a jamais autant proliféré. Développer un esprit critique pour ne pas se faire entourlouper. Comment faire face à quelqu’un qui adhère à une vision complotiste. Voici des solutions pour tenter de répondre au problème.” A écouter

Revue Sociologie du travail : Vol. 64 – n° 1-2 | Janvier-Juin 2022
Travail et reconnaissance au prisme de l’utilité sociale
Dossier-débat coordonné par Odile Join-Lambert, Pascal Ughetto et Laure de Verdalle

Géraldine Duboz (et Bernard Desclaux).

N° 578 – ÉCRIRE POUR ÊTRE LU

Coordonné par Ben Aïda et Jean-Michel Zakhartchouk, juin 2022
Ce dossier s’inscrit dans une réflexion critique menée sur les « fondamentaux » à l’école énoncés dans les discours injonctifs (« lire, écrire, compter, respecter autrui »). Il s’agit de s’interroger à la fois sur le sens à donner à l’écriture des élèves (qu’écrivent-ils, pourquoi, pour qui ?) et sur l’apprentissage du geste.

N° 577 – QUE NOUS APPORTENT LES MÉTHODES ?

Coordonné par Céline Walkowiak et Grégory Delboé, mai 2022

Dans quelle mesure la méthode s’impose-t-elle pour apprendre ou au contraire constitue-t-elle un obstacle voire une impasse ? Les méthodes, faut-il les transmettre ou les laisser se construire ? Et finalement, une éducation qui vise l’émancipation des sujets peut-elle se priver de méthodes ?