Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative qui vit de ses abonnements et ventes au numéro.
Pensez à vous abonner sur notre librairie en ligne, c’est grâce à cela que nous tenons bon !
,

Revue de presse du dimanche 23 octobre 2022

Beaucoup d’articles cette semaine sur le travail des enseignants, leur temps de travail et leur épuisement. On a aussi beaucoup parlé de la réforme très controversée de la voie professionnelle. Et toujours la laïcité, l’enseignement, la pauvreté…

Personnels

Alors que le ministre persiste à ne vouloir augmenter tous les enseignants que contre un alourdissement de la charge de travail, il s’avère que les enseignants n’en peuvent plus, que leur charge de travail est bien trop élevée pour pouvoir tenir.

Un enseignant sur deux déclare «un sentiment d’épuisement professionnel élevé», selon une étude – Le Parisien. “La satisfaction professionnelle des enseignants interrogés est inférieure à la moyenne des Français qui travaillent, rapporte ce baromètre mené au printemps 2022 auprès de 62 000 personnels de l’Éducation nationale.”  Et l’on retrouve cela très largement dans la presse régionale.

Les enseignants travaillent 43 heures par semaine (cafepedagogique.net). “”La moitié des enseignants du ministère de l’Éducation nationale à temps plein déclare travailler au moins 43 heures par semaine”. Ce constat est fait par la Depp, la division des études du ministère de l’éducation nationale. Il concerne le 1er comme le 2d degré, avec des répartitions différentes du temps travaillé. Cette nouvelle Note parait alors que le ministre veut lier la revalorisation à l’acceptation d’un “nouveau pacte” avec de nouvelles missions pour les enseignants. Les calculs de la Depp montrent que les enseignants travaillent déjà plus que les autres cadres A. Il va être difficile de leur imposer des tâches supplémentaires.”

Les enseignants recrutés cet été par job dating en témoignent : contrairement à ce qu’ils pensaient, ce n’est pas un métier avec beaucoup de temps libre, ne serait-ce que parce que les cours se préparent, ils ne sont pas donnés tout prêts par le ministère ! “Au début, je ne comprenais rien”: les premiers pas compliqués des enseignants contractuels (bfmtv.com). “Quelque 4500 contractuels ont été recrutés par le ministère de l’Éducation nationale pour faire face à la pénurie d’enseignants. Plus d’un mois après la rentrée, ils confient leurs difficultés à s’installer dans leur nouveau poste.”

Pour rire un peu, un article veut nous expliquer comment s’habiller pour enseigner. Comment s’habiller en tant qu’enseignant: 15 étapes (wikihow.com) “En tant qu’enseignant(e), il peut être difficile de choisir des vêtements qui vous donnent un aspect professionnel et accessible à vos élèves. Bien que de nombreuses écoles aient un code vestimentaire pour les élèves, elles n’ont généralement pas de directives claires à l’attention des enseignants. Toutefois, avec quelques vêtements de base et des accessoires élégants, vous pouvez créer des tenues adaptées aux cours tout en montrant votre personnalité.”

Les chefs d’établissement sont eux-aussi concernés par l’épuisement. Décidément, rien ne va plus.
Pourquoi les principaux de collège et les proviseurs de lycée ont le blues (20minutes.fr). “Ils arrivent rincés aux vacances de la Toussaint, qui débutent ce samedi. Les personnels de direction (proviseurs, principaux, principaux adjoints…), ou « Perdir », comme on les appelle dans le jargon de l’Éducation nationale, ont dû gérer une rentrée difficile. « Nous l’avons organisée avec des profs qui manquaient dans certaines classes, en raison de la crise du recrutement enseignant. En ayant l’impression de devoir faire la même chose avec moins de moyens », explique Véronique Rosay, secrétaire nationale chargée des carrières au SNPDEN (le principal syndicat des chefs d’établissement).”

Réforme du lycée professionnel

Mardi était jour d’action contre la réforme de la voie professionnelle.

Le dessin de Fabien Crégut

Daniel Bloch : Quelle réforme pour la voie professionnelle ? (cafepedagogique.net). “A la veille d’une grande manifestation des enseignants des lycées professionnels contre une réforme rétrograde, consultons Daniel Bloch. Père du bac professionnel, ancien recteur, ancien président des différents conseils école – entreprises, Daniel Bloch publie un livre qui retrace “Une histoire engagée de l’enseignement professionnel” (PUG) de Chevènement à Pap Ndiaye. Il revient sur la naissance du bac professionnel. Il analyse son évolution. Et jette un regard sévère sur la façon dont E Macron lance une nouvelle réforme. Il élève le débat et pose les bases, comme en 1985, d’une réforme véritable de l’enseignement professionnel au regard des besoins du pays.”

Lycées pro : «Une réforme pensée d’en haut par des gens qui ont une très grande méconnaissance de la réalité» – Libération (liberation.fr) “Alors qu’une nouvelle rénovation de l’enseignement professionnel est dans les tuyaux, un coup d’œil dans le rétro permet de voir que les politiques proposent les mêmes recettes depuis des décennies, analyse le chercheur Vincent Troger.
Se plonger dans le passé peut provoquer un certain désarroi tant, parfois, l’histoire se répète. Il en va ainsi de l’enseignement professionnel. Avec son projet de réforme, qui vise principalement à rapprocher les lycées pro des entreprises, Emmanuel Macron reprend nombre d’orientations déjà proposées par le passé. Et déclenche, comme par le passé, de vives oppositions. Vincent Troger, chercheur associé au centre de recherche en éducation de Nantes et spécialiste de l’enseignement professionnel, analyse les raisons pour lesquelles cette voie tourne en rond et reste la mal aimée du système scolaire.”
Dans les lycées professionnels, turbulences sociales avant le lancement de la réforme | Les Echos “La ministre déléguée à l’Enseignement et à la Formation professionnels, Carole Grandjean, lance vendredi la concertation sur le lycée professionnel, pour renforcer le lien avec l’entreprise, augmenter la durée des stages et payer les élèves.”
Grève dans les lycées professionnels : le projet de réforme mobilise les mécontents (francetvinfo.fr). “250 personnes devant le rectorat de Rouen, 500 devant celui de Caen, la réforme du lycée professionnel voulue par Emmanuel Macron rassemble contre elle professeurs et étudiants. La plupart des syndicats d’enseignants demande son retrait pur et simple.”
Grève contre une énième réforme du lycée pro : “Je n’ai pas envie de travailler pour le Medef” (rue89strasbourg.com). “La mobilisation autour de la grève du 18 octobre s’étend aux lycées professionnels. Au sein de l’établissement René Cassin à Strasbourg, les enseignants s’opposent à l’augmentation de 50% du temps passé par les lycéens en entreprise à partir de la rentrée 2023.”
La voie professionnelle à la rue et en vue | Le Club (mediapart.fr). “Même si les taux de grévistes indiqués par le ministère sont sous-estimés, ils pointent de façon différentielle l’exceptionnalité du mouvement engagé dans les lycées professionnels. Le sentiment que la voie professionnelle risque d’être mise « à la rue » pour ce qui concerne les lycées professionnels se fait jour, ainsi que le souci de ce qui pourrait enfin la mettre « en vue ».” Claude Lelièvre
Sur Le blog de Bernard Desclaux » Blog Archive » La voie professionnelle, une affaire d’État ? (educpros.fr) “Fin août, le 22 août 2022, le Président Macron annonce le projet d’une réforme de la voie professionnelle. J’ai déjà commenté l’un des volets de ce projet dans une publication récente, celui de l’éternelle course à l’amélioration de l’information pour faciliter l’orientation. Mais l’actualité s’est centrée sur un autre aspect de ce projet : l’emprise de plus en plus importante de l’Entreprise sur la formation professionnelle publique en pointant en particulier le doublement du temps des stages en entreprise. Prenons un peu de distance historique pour saisir le cadre des débats.”

Voie professionnelle : Une réforme tout dans la douceur… (cafepedagogique.net). ‘”On souhaite rassurer et dire que la réforme n’est pas écrite.. Il n’y aura pas de big bang en septembre 2023″. Alors que se réunissent aujourd’hui les 4 groupes de travail sur la réforme de la voie professionnelle, la mobilisation exceptionnelle du 18 octobre des professeurs de lycée professionnel et de leurs syndicats contre la réforme fait changer la communication de Carole Grandjean, ministre de l’enseignement et de la formation professionnelle. Alors qu’Emmanuel Macron a nettement cadré la réforme aux Sables d’Olonne, la ministre s’efforce de faire croire que rien n’est joué.”
Réforme du lycée professionnel : les concertations, boudées par une partie des syndicats enseignants, démarrent au ministère du Travail (francetvinfo.fr). “La ministre de l’Enseignement supérieur organise à partir de ce vendredi des groupes de travail pour discuter du projet du gouvernement. Mais de nombreux professeurs affirment que l’essentiel est déjà acté et qu’il n’y a aucune marge de négociation.” Article rédigé par Thomas Giraudeau – franceinfo
« Casse des lycées pro », pourquoi ces enseignants sont contre la réforme de la voie professionnelle (ouest-france.fr). “Augmentation des périodes de stage, révisions des filières… Le gouvernement veut poursuivre la transformation du lycée professionnel. Ce vendredi 22 octobre, des groupes de travail ont commencé à plancher sur les points clefs d’une réforme contre laquelle protestent de nombreux professeurs.”
Réforme du lycée professionnel : les principaux syndicats enseignants… (aefinfo.fr)
Lycées professionnels parisiens : on ferme, on déplace, on ségrégue ! | Le Club (mediapart.fr). “Fermeture totale ou partielle de lycées professionnels parisiens, redéploiement des formations, des élèves et des personnels, tout cela décidé sans concertation aucune, un « parfait » contre-exemple d’école de la confiance et de gestion respectueuse des ressources humaines.” Jean-Pierre Veran, formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université

Enseignements

Poids des stéréotypes, autocensure, retour en arrière… Comment la réforme du lycée a creusé les disparités entre filles et garçons dans les enseignements scientifiques. Franceinfo. “Une étude publiée début octobre pointe une baisse de 28% des effectifs de filles dans les enseignements scientifiques depuis 2019. En cause, la réforme du lycée et l’orientation précoce des élèves, qui renforceraient les préjugés liés au genre.”

Education : l’enseignement de l’allemand en perte de vitesse | Les Echos. “L’allemand est l’une des disciplines les plus touchées par le manque de professeurs. L’appétence des élèves est aussi en baisse. En 2021, seuls 147.000 élèves ont choisi l’allemand comme première langue, contre plus de 600.000 en 1995.” Par Marie-Christine Corbier

Education : une nouvelle stratégie pour relancer l’apprentissage de l’allemand | Les Echos. “Le ministre de l’Education, Pap Ndiaye, se rendra à Berlin en novembre, après le Conseil des ministres franco-allemand entre Emmanuel Macron et Olaf Scholz, pour renforcer l’enseignement de l’allemand en France et du français en Allemagne. Les professeurs qui s’engagent dans des programmes de mobilité pourraient être rémunérés davantage.” Par Marie-Christine Corbier

Revue de Sèvres : Travailler en collaboration à l’école ? (cafepedagogique.net). “”Les exhortations à coopérer ne manquent pas, venues de l’échelle supranationale, relayées ensuite à toutes les échelles de l’autorité éducative : collaboration entre élèves, entre enseignants, entre enseignants et élèves, entre enseignants et autres personnels, entre personnels et parents, entre l’école et ses partenaires territoriaux”. Et pourtant force est de constater que cette collaboration est rare. Jean Pierre Véran et Patrick Rayou, qui dirigent ce numéro 90 de la Revue internationale d’éducation de Sèvres, expliquent cette situation à travers 9 articles qui proposent un tour du monde de la question (France, Catalogne, Chine, Japon, Mexique, Rwanda, Suisse, Québec, Suède). Il y a de bonnes raisons à cette rareté de la coopération pourtant si fortement soutenue aussi bien par l’Ocde que par le ministère.”
Des écoles éliminent les examens traditionnels et les notes chiffrées pour favoriser les apprentissages | Le Devoir. “Moins de « bourrage de crâne », moins de « course aux notes », davantage de temps pour apprendre : des écoles québécoises ont entrepris une petite révolution en éliminant les examens traditionnels et les notes chiffrées, pour donner la priorité à l’apprentissage des élèves.”

Divers

Les incidents en hausse face au non respect de la laïcité dans les établissements font encore réagir cette semaine.

Nicolas Cadène : « La laïcité n’instaure pas de police du vêtement » “Dans une tribune à « l’Obs », l’ancien rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité rappelle qu’un signe ou une tenue ne saurait être religieux par simple suspicion. “

La Grande mosquée de Paris a publié un communiqué.

Education : Pourquoi les lycées agricoles attirent-ils de plus en plus de jeunes ? (20minutes.fr). “C’est un succès dont on parle peu. Mais force est de constater que les lycées agricoles sont de plus en plus prisés. Selon les derniers chiffres du ministère de l’Agriculture, à la rentrée, les 217 lycées agricoles publics et 207 privés ont accueilli 156.000 élèves en formation initiale, de la 4e au BTSA (contre 135.000 environ en 2021). « La hausse des effectifs est constante depuis 2010 alors qu’on assiste à une baisse démographique dans l’enseignement secondaire au niveau national », explique à 20 Minutes l’entourage du ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau.”

La très inégale répartition sociale des élèves dans l’enseignement privé et le public – Libération (liberation.fr). “Les écoles et collèges privés sous contrat sélectionnent surtout des enfants venant de milieu social aisé, d’après les nouvelles données finalement communiquées par le ministère de l’Education.”

Orne : des parents ont saisi la justice pour faire annuler le bulletin scolaire de leur fille (lanouvellerepublique.fr). “Les parents d’une lycéenne scolarisée à Alençon ont saisi la justice pour faire annuler l’appréciation générale sur le bulletin de notes de leur fille. Le tribunal administratif de Caen a dû juger une affaire peu commune, à la fin de l’été 2022. Les parents d’une lycéenne, scolarisée au Lycée Navarre-Leclerc d’Alençon, dans l’Orne, avaient saisi la justice pour faire annuler le bulletin scolaire de leur fille pour le premier trimestre de l’année 2021-2022, raconte L’Orne-Hebdo . En cause, l’appréciation générale laissée sur le bulletin. Cette dernière n’était pas au goût des parents qui avait demandé au proviseur de l’établissement de la changer en décembre 2021, avant de saisir la justice en avril 2022, après son refus.”
Un patron exige un CV pour le stage de 3e de son fils, la maman s’en charge et c’est très drôle ! (francelive.fr). “C’est l’histoire d’un CV devenu viral sur les réseaux sociaux. Il est l’œuvre d’une maman un tantinet déconcertée : son fils de 14 ans devait rédiger un Curriculum Vitae en vue d’un stage d’observation de 3e. Jugeant la démarche ridicule, elle a “fait le boulot” à la place du collégien, avec un certain talent…”

“Je ne veux pas que mes amis sachent que je vis dans la rue” : face au manque d’hébergements d’urgence, de plus en plus d’enfants sans abri (FranceInfotv)
“Environ 2 000 enfants scolarisés sont contraints de dormir dehors en France, faute de places en hébergement d’urgence. Un collectif d’associations et des élus se mobilisent ce lundi pour interpeller les autorités sur cette situation qui s’aggrave, comme ici à Lyon.”

Enseignement supérieur

Transition écologique : l’enseignement supérieur prépare sa mue (lemonde.fr). “La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche a annoncé, jeudi 20 octobre, le caractère obligatoire de formations à la transition écologique pour être diplômé du premier cycle universitaire. Un socle de compétences et de connaissances pluridisciplinaires doit être défini en 2023.” Par Soazig Le Nevé

Transition écologique dans l’enseignement supérieur: «Les établissements doivent s’impliquer» – Invité France (rfi.fr). Stéphane GenesteSuivre. “À la suite du rapport remis par Jean Jouzel et Luc Abbadie, « Sensibiliser et former aux enjeux de la transition écologique et du développement durable dans l’enseignement supérieur », la ministre Sylvie Retailleau a annoncé hier que le gouvernement veut une formation obligatoire à la transition écologique pour tous les étudiants en 2025. Les explications de Jean Jouzel, climatologue et ancien président du conseil scientifique du GIEC, auteur d’un rapport avec Luc Abbadie sur la sensibilisation et la formation aux enjeux de la transition écologique et co-auteur avec Baptiste Denis de « Climat, parlons vrai », éditions François Bourin.”

Au Canada, un système d’enseignement supérieur spécifique et diversifié – L’Etudiant (letudiant.fr). “Le Canada est la destination préférée des étudiants français pour poursuivre leurs études après le bac. Mais son système d’études supérieures est très différent de ce que nous connaissons en France. Le Québec présente même certaines spécificités.”

Ressources

Compétences psychosociales : publication d’un référentiel sur l’état des connaissances scientifiques et théoriques (santepubliquefrance.fr). “Dans le cadre d’une stratégie multisectorielle interministérielle pour déployer les compétences psychosociales des enfants et des jeunes, Santé publique France publie un rapport complet sur les CPS en s’appuyant sur l’état des connaissances actuelles. Ce document s’adresse aux décideurs, professionnels de terrain et universitaires et constitue un premier cadre de référence théorique.” UN document de 135 pages à télécharger.

Essayer c’est avancer – Les Cahiers pédagogiques (cahiers-pedagogiques.com). “Enseignante d’histoire-géographie, Alexandra Rayzal tente, expérimente en permanence dans ses classes de collège et en tant que professeure-relai au Musée Carnavalet de Paris. Son gout de la créativité et du collectif, elle les partage au sein du CRAP-Cahiers pédagogiques, un atout précieux à l’heure où la survie de l’association est en jeu.” Dans la série Histoires de crapistes

Hugues Draelants : Manuel de sociologie de l’éducation (cafepedagogique.net). “Peut-on réconcilier les enseignants avec la sociologie ? C’est tout le pari du “Manuel de sociologie de l’éducation” (édition de Boeck supérieur) que publient Hugues Drealants et Branka Cattonar. Pour eux il est clair que la sociologie peut apporter beaucoup aux enseignants. Pas seulement des connaissances théoriques. Mais un savoir utile au quotidien dans la classe. Et pour le démontrer leur ouvrage ne se limite pas à 12 solides chapitres sur l’école, les élèves, les inégalités et le métier enseignant. Chaque chapitre propose des conseils pratiques qu’ils n’hésitent pas à nommer des “ficelles” pour expérimenter et réfléchir. C’est vraiment une  nouvelle façon d’aborder la sociologie de l’éducation. Et si vous devez emporter un seul livre de sociologie, n’hésitez pas c’est celui là !

Géraldine Duboz, avec l’aide de Bernard Desclaux

N° 579 – RESPECT

Coordonné par Julien Garric et Françoise Lorcerie, septembre-octobre 2022

Enseignants, élèves, parents : dans les établissements scolaires aujourd’hui, chacun peut se plaindre du manque de respect. Le ministère de l’Éducation nationale a d’ailleurs fait de « respecter autrui » l’un des quatre savoirs fondamentaux à transmettre à nos élèves. Comment apprend-on à respecter autrui ?

 

  N° 578 –  ÉCRIRE POUR ÊTRE LU

Coordonné par Ben Aïda et Jean-Michel Zakhartchouk, juin 2022

Ce dossier s’inscrit dans une réflexion critique menée sur les « fondamentaux » à l’école énoncés dans les discours injonctifs (« lire, écrire, compter, respecter autrui »). Il s’agit de s’interroger à la fois sur le sens à donner à l’écriture des élèves (qu’écrivent-ils, pourquoi, pour qui ?) et sur l’apprentissage du geste.