« Entrer dans l’écrit, c’est être capable de transformer les contraintes de la langue en ressources pour la pensée. »
Philippe Meirieu

 

Dans cet esprit, depuis plusieurs années, le Centre d’études supérieures pédagogiques du Hainaut propose des modules de formation intitulés « chantiers d’écriture réflexive ». Ces modules s’adressent à des enseignants de l’école maternelle et primaire engagés dans un processus de développement professionnel.

L’idée est à chaque fois d’engager les participants dans un processus de questionnement vis-à-vis de leurs propres pratiques en regard d’une problématique ciblée (c’est ainsi qu’ont été abordées des problématiques comme le métier d’élève ou le temps d’apprendre), pour les amener ensuite à expérimenter une démarche, un outil, un matériel, un dispositif, et à mettre par écrit ces essais, dans un processus d’écriture coopérative. Chacun produit un compte-rendu personnel, mais s’appuie sur le regard des autres pour enrichir son texte et le rendre plus clair, plus lisible et aussi plus explicite : c’est aussi à plusieurs qu’on écrit tout seul ! Dans cette démarche de formation, l’écrit est à la fois le support de la pensée et le moyen de partager ce que l’on a expérimenté.

Démarche et thématique

Si la thématique traitée change d’une année à l’autre, la démarche de formation suivie est cependant toujours identique : au départ d’un état des lieux de ce que chacun vit au quotidien dans sa classe, une phase de questionnement sert de déclencheur et provoque l’envie d’aller plus loin en trouvant des éléments de réponse et de réflexion aux questions posées. Ces éléments, chacun peut les glaner au fil de ses lectures (un portefeuille de différents articles est proposé pour nourrir la réflexion et enrichir les perspectives) mais aussi en prenant connaissance des points de vue développés par un panel d’ « experts » qui ont accepté d’apporter leurs propres réponses aux questions des enseignants.

L’année dernière, nous nous étions focalisés sur la personnalisation des apprentissages. De nombreux experts interrogés ont souligné que la personnalisation, bien éloignée de l’individualisation, était indissociable de la coopération au sein de la classe. C’est la dimension coopérative des apprentissages qui fait cette fois l’objet de notre questionnement, de nos réflexions et de nos tentatives d’améliorer le quotidien de nos classes.

Ce sont ces questions et ces éléments de réponses que vous trouverez dans ce dossier en téléchargement.

c_est_a_plusieurs_qu_on_apprend_tout_seul_-_paroles_d_experts.pdf

Christian Watthez
Maître-Assistant au département pédagogique de la HELHa (Haute école Louvain en Hainaut), à Leuze-en-Hainaut


À lire également sur notre site :

L’élève est une personne, par Christian Watthez

Prendre le temps d’apprendre, par Christian Watthez