Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Neurosciences et pédagogie


Conférence

Neurosciences et pédagogie

Catherine Rossignol

31 mai 2016

Samedi 28 mai, les Savanturiers, le CRI (Centre de recherches interdisciplinaires) et le CRAP-Cahiers pédagogiques organisaient une matinée de conférences sur les neurosciences et la pédagogie. Voici ce qu’en a retenu une enseignante d’histoire-géographie en collège.


Tu sais, Patricia, j’ai assisté samedi dernier à un colloque sur les neurosciences et la pédagogie, organisé par le CRI et le CRAP. J’aurais tellement aimé que tu sois là, pour lancer avec moi un nouveau projet dans nos classes !

Les neurosciences, tu sais ce que c’est ? Ce sont les études scientifiques du système nerveux, en particulier du cerveau. Donc neuro (comme neurones) et sciences, car cette discipline croise l’apport de plusieurs sciences : de la neurobiologie (biologie, maths, chimie) mais aussi de la psychologie cognitive et leurs applications en sciences humaines.

Pascale Toscani, chercheure en Psychologie cognitive, nous a présenté son laboratoire de recherches, le GRENE (Groupe de REcherches en NeuroEducation), qui regroupe ces différentes sciences. Le GRENE forme des enseignants aux neurosciences. En général, la demande vient d’un enseignant qui souhaite mener une recherche avec le GRENE. Ils partent d’une question ou d’une réflexion négative comme « les élèves n’ont plus de mémoire ». Avec sa classe et un chercheur, ils vont ensuite réfléchir trois ans sur la mémoire, avec une remise en cause des représentations, une formation et des expérimentations.

Issu d’une telle formation, Néo, élève de Seconde, nous a raconté ce qu’il avait retenu et utilisé d’un atelier vécu en sixième et qui lui a permis ensuite de s’adapter à une école internationale et à un enseignement tout en anglais.

Neuromythes

On trouve d’autres champs d’investigation : les biorythmes, le stress, l’inhibition cognitive, le statut de l’erreur… Les neurosciences remettent en cause des concepts erronés, les simplifications, les raccourcis des médias. Les neuromythes, quoi !
Le CRI (Centre de recherches interdisciplinaires) propose une démarche proche. A l’origine, le chercheur François Taddei est venu dans la classe d’Ange Ansour pour faire réfléchir des élèves, naturellement curieux et avides de comprendre, comme de véritables chercheurs. Aujourd’hui, cette démarche se poursuit dans l’aventure des Savanturiers.

Baptiste Melgarejo, enseignant en ULIS en lycée professionnel, s’est lancé dans l’aventure avec ses élèves qui présentent des troubles des fonctions cognitives. Il rappelle que ces enfants sont orientés sur la base de tests de QI datant de 1905. Et que seules deux formes d’intelligences (sur huit) sont reconnues à l’école. On voit ses élèves en action, leurs capsules vidéos, leur fierté d’être des Savanturiers de la science.

Albert Moukheiber nous donne son point de vue de chercheur qui, face à des enfants, doit trouver un langage accessible. Simplifier, tout en respectant la complexité. Avec, en prime, d’adorables représentations du cerveau par des élèves, que tu pourras retrouver dans le storify de la matinée.

JPEG - 50.7 ko
Albert Moukheiber et une représentation des huit émotions

Nous avons terminé par un mini-débat qui nous a permis de repérer les biais cognitifs. C’était drôle ! Tous ces faux arguments qu’on utilise pour arriver à nos fins. Pas facile d’être honnête et d’utiliser des arguments sains. Ça mériterait un autre article. Ou une formation complète !

Pour aller plus loin...

En attendant, tu peux lire le numéro 527 des Cahiers pédagogiques. On y retrouve certains intervenants de cette matinée qui ont écrit des articles dans un dossier qui invite à réfléchir aux liens entre neurosciences et pédagogie. Leurs relations sont complexes. Doit-on inclure les neurosciences à la formation des enseignants ? Les expérimentations sur le terrain sont fertiles mais la prudence reste de mise. Attention aux dérives et aux neuromythes que je citais plus haut !

JPEG - 50.2 ko

On peut aussi s’inscrire à un MOOC, une formation en ligne, initié par les Savanturiers. C’est Fabien Hobart qui nous l’a présenté. Intitulé « Neurosciences à l’École », ce MOOC propose 4 niveaux : auditeur, compagnon, contributeur et ambassadeur, selon son degré d’implication. Il y a déjà beaucoup d’inscrits et ça me tente bien moi aussi. Et toi, partante pour la rentrée ?

Ta collègue, Catherine

Le MOOC des Savanturiers commencera le 6 octobre 2016 ; pour s’inscrire, c’est par ici.

Un autre compte rendu à travers le storify de la matinée, fait à partir des tweets qui contenaient la balise #Neuroedu.

Le cercle des Cahiers pédagogiques, pour partager et échanger sur des pratiques.

Sur la librairie

 

Neurosciences et pédagogie
Les neurosciences provoquent des polémiques. Pour certains, elles représentent une menace pour une vision humaniste de la pédagogie. Pour d’autres, elles produisent des résultats évaluables qui feraient office de preuves. Est-on condamné à cette logique binaire ?