Accompagnement éducatif et suppression du samedi matin à l’école primaire, voilà deux mesures qui obligent à s’interroger sur le temps : temps scolaire, temps périscolaire, temps éducatif, temps familial et donc temps de l’enfant. Notre numéro de décembre (N°458) est traversé par cette question du temps. Il propose en effet deux entretiens, le premier avec Jean-Michel Le Bail (coordonnateur de l’ouvrage L’accompagnement à la scolarité, collection Repères pour agir) Le temps périscolaire : un objet et des projets à partager , et le second avec Claude Lelièvre À la vitesse de la tortue, ainsi qu’un dossier dont le thème est Diriger un établissement scolaire. De cet ensemble, il ressort finalement la nécessité pour tout le monde d’être à l’heure. Contraintes économiques, frilosité des décideurs politiques et résistances, entre autres des enseignants sur l’organisation de leur service, empêchent toute réflexion de fond sur le temps. Et pourtant travailler en équipe, différencier sa pédagogie, échanger des services, monter des projets, mettre en place des partenariats ne peut être réalisé sans réflexion et aménagement du temps, sans se donner les moyens d’un nouvel horizon… Comme le dit très justement Guy Lavrilleux dans son Billet du mois, « ce sont ces moments d’élaboration à plusieurs -en dépit (ou grâce à) des moments de frictions constructives- qui font le substrat véritable de la profession. »
On notera enfin un intéressant dossier du Café pédagogique sur l’accompagnement scolaire, avec en particulier un entretien avec Dominique Glasman où le mot temps revient bien souvent, et qui s’intitule Du nouveau, vraiment ?
Et pendant ce temps le CRAP-Cahiers pédagogiques, lequel vient d’éditer un dossier complet sur la mise en oeuvre du socle commun, propose deux rendez-vous, deux temps pour réfléchir et proposer :
– un colloque intitulé Accompagner les élèves dans et hors de l’école le 30 janvier 2008,
– un mercredi des Cahiers pédagogiques consacré au travail collectif dans les établissements le 16 janvier.