Articles

Couper l’aide sociale aux familles : une mesure injuste et inefficace

Nous le savons déjà : réduire les ressources des parents après des actes délinquants commis par leurs enfants ne résout pas le problème de la violence, d’autant que cette mesure exonère de fait les jeunes des familles aisées. Il faudrait, au contraire, proposer une démarche coéducative, axée sur la prévention. L’école ne doit pas stigmatiser mais tendre la main aux plus fragiles, comme le montrent depuis des années les travaux de pédagogues et de sociologues.

« Parfois, engager parents et élèves dans un projet apaise un quartier tout entier. »

À rebours des discours catastrophistes et de certaines unes de journaux, on peut bel et bien enseigner dans les « banlieues » et y connaître de grandes réussites, sans en rabattre sur ce qu’on exige des élèves. Le livre Territoires vivants de la République. Ce que peut l’école : réussir au-delà des préjugés, paru en cette rentrée, est rempli de témoignages de ces enseignants qui aiment enseigner en banlieue et s’autorisent enfin à le dire ! Entretien avec deux des auteurs.

Parent méritant contre parent démissionnaire

Ah, les relations parents-école ! Pas loin de 135 ans de tensions ou d’incompréhension mutuelle malgré lois et décrets. C’est que l’histoire pèse lourd. L’histoire collective, avec la construction de l’école de la république, et l’histoire individuelle, avec des parents qui ont peur de retourner à l’école pour y parler de leurs enfants. Qui sont les « bons parents », qui sont les « mauvais » ? Existent-ils même ?