La rentrée 2021 se fait encore sous le signe de la pandémie, mais aussi surtout sous le signe de la polémique. Polémiques multiples (laïcité, allocation de rentrée scolaire, recrutement des enseignants). On parle aussi de méritocratie et du métier d’enseignant.

Rentrée

Comme l’an dernier, c’est une rentrée marquée par la pandémie et le protocole sanitaire. La nouveauté ? La vaccination.

Le dessin de Fabien Crégut

Vaccination et rentrée: comment ça se passe pour l’enseignement? “Le retour dans les collèges, lycées et centres d’apprentissage s’est fait, pour certains dès ce mercredi matin. En attendant le gros des troupes, les administrations des établissements d’enseignement comptent les vaccinés et remettent en place les mesures sanitaires.” La Voix du Nord
Rentrée scolaire et Covid-19 : « On part pour une année perturbée dans l’enseignement primaire »
“En ce jour de prérentrée des enseignants, notre journaliste Violaine Morin, spécialiste d’éducation, a répondu à vos questions sur le protocole scolaire face au Covid-19.” Le Monde

La nouveauté étant l’éviction des cas contact non vaccinés dans le secondaire, le ministère annonce aux parents l’enseignement à distance pour ces élèves. Les enseignants se demandent bien comment ils pourraient être au four et au moulin en même temps. L’académie de Bordeaux y croit.
Gironde : les enseignants incités à faire cours en même temps pour les présents et les absents
“Depuis le Covid, l’usage du numérique bouscule l’enseignement. « Les enseignants devront faire cours en “hybride synchrone” : à la fois pour les présents et pour ceux en distanciel », indique l’académie de Bordeaux. Ce ne sera pas vraiment une révolution. Disons plutôt que les enseignants de l’académie de Bordeaux seront incités, dès cette rentrée 2021, à transformer l’essai. Celui du numérique à l’école. Avec la crise sanitaire, ils ont dû, comme la majorité des professions, s’adapter à de nouveaux usages, imposés par la pandémie.” Sud-Ouest

La rentrée c’est aussi comme chaque année l’inquiétude pour les parents d’enfants handicapés.
Handicap : les familles en colère contre le manque d’enseignants dans les instituts médico-éducatifs
“L’Unapei, la principale association de familles de personnes avec handicap intellectuel ou psychique, a recueilli 675 témoignages.” Le Parisien

Laïcité

Un sujet récurent pour l’éducation nationale car l’un des “chevaux de bataille” du ministre, la laïcité fait polémique en cette rentrée. Ou plutôt la campagne du ministère pour promouvoir cette laïcité à l’école. Elle semble faire l’unanimité contre elle, dénoncée notamment par les syndicats, la Vigie de la laïcité, les enseignants, etc.
Pour comprendre, cet article complet de France Inter. “Hors-sujet”, “confusion”, les affiches du ministère de l’Éducation sur la laïcité très critiquées “Le ministère de l’Éducation nationale a publié une nouvelle campagne de communication sur la laïcité. Des syndicats enseignants s’offusquent. La Vigie de la Laïcité (association fondée par les anciens membres de l’Observatoire de la laïcité) la juge maladroite. Le ministre se défend.”

Une des réactions syndicales : celle de la FSU. La laïcité ne peut se réduire à des images stéréotypées du « vivre ensemble »
“La FSU a régulièrement affirmé son profond attachement à ce que les principes fondamentaux de la laïcité ne puissent pas avoir d’autres visées que de garantir la liberté de conscience. Une telle finalité exclut un usage instrumentalisé par des visées idéologiques partisanes. La neutralité du service public, la séparation des Églises et de l’État en sont des conditions nécessaires et absolues mais elles ne peuvent servir de prétexte à l’imposition d’une vision gouvernementale.”

Un complément historique par Claude Lelièvre. Blanquer : un champion des affichages pour l’Ecole
“Après la décision de principe dans la loi de février 2019 de l’affichage dans chaque classe des drapeaux tricolore et européen, de la devise de la République et des paroles de la Marseillaise, une autre campagne d’affichage doit s’ouvrir en cette rentrée dans les établissements scolaires : huit affiches censées promouvoir la laïcité à déployer.”

Il semblerait, aux dernières nouvelles, que la campagne ait disparu du site du ministère.

Le dessin de Jules Thommen

Ecrans plats

L’autre polémique de la rentrée est la déclaration du ministre sur l’utilisation de l’allocation de rentrée scolaire qui serait utilisée pour acheter des “écrans plats”. Déjà l’expression elle-même montre que c’est une vieille polémique qui ressort. La campagne pour les présidentielles est lancée, dirait-on.

Un bon résumé de l’affaire par France Inter. Allocation de rentrée et “écrans plats” : les approximations de Jean-Michel Blanquer en trois temps. “Le ministre de l’Éducation nationale est revenu sur ses propos tenus sur France 3 et Brut ces derniers jours, où il reprenait une fausse information récurrente sur les “achats d’écrans plats plus importants au mois de septembre”. Jean-Michel Blanquer a tenté de clarifier ce mercredi matin sur France Inter.”

La vérification de l’info par BFM. L’allocation de rentrée scolaire fait-elle bondir les ventes d’écrans plats?
“Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale de la Jeunesse et des Sports, a laissé entendre dimanche sur France 3 que l’allocation de rentrée scolaire était parfois utilisée pour des achats plaisirs.”

Jean Castex aujourd’hui met fin à la polémique en recadrant son ministre de l’éducation. Allocation de rentrée scolaire : Jean Castex recadre Jean-Michel Blanquer
“Jean Castex a assuré dimanche qu’il n’était pas dans “l’esprit” du gouvernement de “contrôler” l’utilisation de l’allocation de rentrée scolaire. Il sonne ainsi la fin de la récréation après des propos polémiques du ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer.” Europe 1

Enseignants

L’annonce faite par le président à Marseille sur le recrutement d’enseignants par les directeurs d’écoles fait lui aussi polémique.

A lire sur Francetv. Marseille : trois questions sur la volonté d’Emmanuel Macron de permettre aux directeurs d’école de choisir les enseignants de leur équipe
“Destinée à obtenir “plus de résultats” dans les quartiers défavorisés, cette future sélection suscite la colère des syndicats du primaire. Il veut faire de Marseille “un laboratoire” éducatif. Emmanuel Macron a annoncé, jeudi 2 septembre, que certaines écoles de la cité phocéenne allaient expérimenter un projet d'”école du futur” accordant plus de liberté aux directeurs, “dès la rentrée 2022-2023”. “Il faut que ces directeurs d’école puissent choisir l’équipe pédagogique”, a-t-il notamment esquissé, chiffrant à 50 le nombre d’établissements populaires qui seront progressivement inclus dans le dispositif. Voici ce que l’on sait, à ce stade, de cette initiative.”

Faut-il recruter les professeurs autrement ?
“DISSENSUS. L’école de la République manque de profs. Le système actuel n’incite pas les jeunes générations à rejoindre le navire de l’Education nationale. Ne faudrait-il pas donner aux principaux des collèges et aux proviseurs des lycées le soin de recruter les enseignants sur entretien ? Le débat est ouvert entre Sophie Venetitay, secrétaire générale du syndicat Snes-FSU, et Marc Vannesson, secrétaire général du think tank Vers le Haut.” abonnés

La rentrée est aussi l’occasion de parler du métier d’enseignant.
De la zone à la salle des profs : des enseignants issus de quartiers racontent
“En ce jour de rentrée scolaire, Jasmine Touitou a décidé de faire témoigner trois professeurs dont l’origine sociale ne prédestinait pas forcément à devenir enseignant. Trois destins issus de quartiers populaires, qui pas volonté politique ou la force des choses se sont retrouvés face à des élèves qui leur ressemblent. Témoignages.” Le Bondy Blog

L’enquête. Rentrée : les jeunes profs épuisés de plus en plus nombreux à démissionner
“Depuis une petite décennie, les enseignants français démissionnent de plus en plus, et de plus en plus jeunes. L’augmentation est lente, mais constante. Comment expliquer ces départs hâtifs, parfois avant même leur titularisation ?” Les Echos
SOS Profs. Démission : y a-t-il une vie après l’enseignement ?
“Claquer la porte : beaucoup de profs en rêvent sans doute, mais peu franchissent le pas, tant les débouchés sont difficiles à trouver
« Trois…quatre… Oui c’est bien ça, cinq ». Margaux refait rapidement ses comptes, mais il n’y a pas d’erreur : elles étaient neuf copines à passer ensemble le concours de professeure des écoles à Paris en 2013 ; elles ne seront que quatre à faire la rentrée cette année. Les cinq autres sont parties vers d’autres horizons. Provisoirement pour deux d’entre elles, qui se sont mises en disponibilité. Définitivement pour les trois autres, qui ont purement et simplement démissionné de l’Education nationale.” Alternatives économiques

L’armée des profs contractuels fait sa rentrée scolaire
“Jeunes diplômés, candidats malheureux au concours, ex-salariés du privé en reconversion… Les professeurs contractuels sont désormais incontournables au sein de l’éducation nationale. Mais, dénonce un sénateur de droite, l’institution les traite comme de la « chair à canon ».” par Denis Peiron (La Croix)

Être prof, c’est (aussi) être contesté
“« Je tire la sonnette d’alarme », « On s’autocensure », « plus moyen d’enseigner ces sujets »: à l’approche d’échéances électorales nationales, espérons que le moins de collègue possible accepte cette année de se déverser dans les colonnes des journaux les plus réactionnaires. L’école démocratique, républicaine et publique fait face à de réelles menaces… qui ne sont pas ses élèves.” Médiapart

Divers

Claude Lelièvre revient sur la polémique Blanquer de l’été. De la « gymnastique » à l’« EPS » : l’école doit-elle former des champions ?
“ENTRETIEN. L’historien de l’éducation Claude Lelièvre revient sur le débat suscité par le basketteur Evan Fournier, qui réclame plus de sport à l’école.” Le Point

C’est mon aventure. Avec Yannis El Amraoui, fondateur du réseau écolo “Lycées en transition”
“Yannis El Amraoui, étudiant toulousain de 19 ans a lancé le projet “Lycées en transition”. L’idée ? Proposer aux lycéens de mettre en place des actions concrètes au sein de leurs établissements pour répondre aux enjeux bioclimatiques.” FranceInfo

Jean-François Cerisier : « Les élèves n’ont jamais été très demandeurs de numérique à l’école »
“Pour Jean-François Cerisier, chercheur en sciences de l’information et de la communication, la crise sanitaire et l’enseignement à distance ont « accentué la concurrence entre le numérique scolaire et le numérique personnel » chez les jeunes.” Propos recueillis par Séverin Graveleau dans Le Monde.

La sortie qui compte en cette rentrée, c’est celle du livre de Philippe Watrelot, “Je suis un pédagogiste”. On en parle :
«Je suis un pédagogiste» “Il a osé lui aussi ! A l’instar de Laurence De Cock dans son domaine socio-historique, Philippe Watrelot n’hésite pas à défier crânement ceux qui le provoquent dans son domaine à lui – la pédagogie – en reprenant à son compte dans son dernier livre l’expression dont ils entendent le stigmatiser : «pédagogiste !»” Claude Lelièvre
Philippe Watrelot : un manifeste pour la politique éducative post-2022
“La parole de Philippe Watrelot compte sur les débats éducatifs, pas seulement comme ancien président d’une association pédagogique renommée (le CRAP), mais aussi comme débatteur, influenceur.”

La méritocratie en débat.

“La méritocratie scolaire est une croyance plus qu’une réalité”
“Un collectif composé d’un sociologue, de la fondatrice de SynLab et de chercheurs en psychologie sociale plaident pour le “développement de pratiques pédagogiques génératrices de plus d’équité” à l’école.”
“”La méritocratie scolaire est une croyance plus qu’une réalité”, expliquent Florence Rizzo, cofondatrice de SynLab, Céline Darnon, chercheuse en psychologie sociale à l’université Clermont-Auvergne, François Dubet, sociologue, et Sébastien Goudeau, chercheure en psychologie sociale à l’université Paris-Descartes. Ils plaident pour “le développement de pratiques pédagogiques génératrices de plus d’équité”. Voici leur tribune : “La tradition française attribue un rôle clé à l’école dans la mobilité sociale. Pourtant, les enquêtes Pisa de ces dernières années rappellent que la France est l’un des pays les plus inégalitaires de la zone OCDE : le poids de l’origine sociale pèse davantage qu’ailleurs sur les résultats scolaires. Comment réduire cette fracture?” Le JDD

Une série de trois articles dans le Nouvel Obs, mais réservés aux abonnés. Faut-il sauver la méritocratie ? (1/3) « Le séparatisme social se construit d’abord dans nos écoles »
“Dans un entretien de rentrée foisonnant, le sociologue François Dubet et l’économiste Julien Grenet analysent l’impact de l’école sur les inégalités en France. Contre toute attente, l’institution destinée à donner une chance égale à chacun ne corrige plus les écarts mais les aggrave, selon eux. Interview croisée en trois parties.” entretien en trois parties.

Faut-il sauver la méritocratie ? (2/3) « Le gouvernement refuse de voir la ségrégation scolaire »

Faut-il sauver la méritocratie ? (3/3) « Les outils pour s’en sortir existent »

 

« Le mérite n’est pas qu’un idéal, c’est d’abord un enjeu de luttes » – Entretien avec Paul Pasquali
“Paul Pasquali est chercheur au CNRS en sociologie, spécialiste de la mobilité sociale. Il vient de publier Héritocratie. Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020), un ouvrage à propos duquel nous avons souhaité l’interroger.”

« Le mérite est un mode de justification des inégalités très commode », selon la sociologue Annabelle Allouch
“Chevillée au système scolaire, la notion de « mérite » telle que nous l’envisageons aujourd’hui est à même de fragmenter la société, explique la spécialiste des politiques éducatives Annabelle Allouch dans un nouvel essai dédié à ce concept.” Le Monde

Pour une école réellement inclusive
“« En France tout commence par un slogan, se poursuit par un protocole, et se termine avec un formulaire Cerfa. Les enseignants rangent alors dans un tiroir le N-ième imprimé… » Le constat d’Alexandre Ployé, maître de conférences à l’université Paris-Est Créteil, sur l’école inclusive en France n’est pas tendre. Intervenant le 18 aout aux Rencontres d’été du CRAP-Cahiers pédagogiques à Saint-Maixent-l’École, il a développé son point de vue et ses propositions pour les participants.”
“En France, « nous, les enseignants, sommes des héritiers d’une forme scolaire, née avec la Troisième république et d’un idéal méritocratique, avec une vision bourgeoise de l’école, selon laquelle les carrières prestigieuses et les filières longues étaient réservées à une élite. » Cela induit un système éducatif profondément inégalitaire, et c’est un frein à l’école inclusive.” Les Cahiers Pédagogiques

Massification scolaire : toujours plus ou autrement ?
François Dubet sociologue, professeur émérite à l’université de Bordeaux
“La massification scolaire amorcée dans les années 1960 a multiplié par près de six le nombre de bacheliers et d’étudiants. C’est incontestablement une bonne chose ; les études longues ne sont plus réservées aux enfants bien nés et à quelques héros ayant surmonté tous les obstacles. C’est un fait et tout retour en arrière vers un hypothétique âge d’or de l’école républicaine serait impossible et inacceptable.” Alternatives Economiques

Géraldine Duboz

Sur la librairie des Cahiers pédagogiques

N°570 – Apprendre dehors

Coordonné par Aurélie Zwang et Jean-Michel Zakhartchouk – Juin 2021

Après les confinements successifs, l’intérêt pour les pratiques d’éducation en plein air est grandissant. Inscrites dans l’histoire de la pédagogie, elles sont non seulement mises en œuvre à l’école, de façon régulière ou lors de sorties de terrain plus ponctuelles, mais aussi dans le périscolaire. Il s’agit dans ce dossier d’interroger ce qui s’apprend de spécifique dehors.

N°569 – Enseigner la créativité ? 

Dossier coordonné par Caroline Elissagaray et Angélique Libbrecht

mai 2021

L’injonction à la créativité est répandue dans le monde du travail, mais à l’école, elle semble souvent réservée aux petites classes ou aux filières artistiques. Dans ce dossier, nous envisageons cette notion comme compétence à développer et comme levier pour les apprentissages à tous les âges et dans toutes les disciplines