Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative qui vit de ses abonnements et ventes au numéro.
Pensez à vous abonner sur notre librairie en ligne, c’est grâce à cela que nous tenons bon !
,

Revue de presse du 23 janvier 2022

Semaine chargée. La énième vague se poursuit, et le ministre commence à perdre quelques plumes. L’éducation s’infiltre doucement dans la présidentielle. La période d’inscription sur Parcoursup débute et des interrogations diverses sur l’orientation se font jour. Et dans le Supérieur, la ministre s’agite. On terminera par quelques ressources. Bonne semaine à toutes et à tous.

Covid

La semaine a été marquée à nouveau par un mouvement programmé pour le jeudi. Appel à une «nouvelle journée d’action» dans l’Education nationale jeudi. “Selon les sept organisations qui appellent à cette mobilisation dans les écoles, les collèges et les lycées, la colère des personnels et des parents «n’est pas retombée». Une nouvelle journée d’action en attendant la grève nationale du 27 janvier pour les salaires.” Après son “interdiction”, La manifestation des enseignants prévue jeudi à Paris interdite après une demande trop tardive, elle est Déclarée hors délai, la manifestation des enseignants à Paris ne sera pas « empêchée » jeudi. Finalement, concernant cette Grève des enseignants : le ministère de l’éducation annonce moins de 2 % de grévistes

Le dessin de Jules

Pendant ce temps, l’Éducation nationale cherche profs retraités désespérément. “Depuis début janvier, pour pallier les absences, les rectorats contactent d’anciens enseignants pour leur proposer de faire des remplacements. Une opération qui risque de faire un flop, à en croire les réactions des premiers intéressés.” Et on négocie à propos du Bac : les scénarios sur la table pour les épreuves de spécialité. “Les syndicats ont été reçus au ministère de l’Education nationale ce vendredi après-midi pour débattre d’un éventuel report des épreuves de spécialité des lycéens de terminale. Plusieurs d’entre eux réclament un décalage en juin. Les représentants des proviseurs plaident plutôt pour mai, tandis que les élus lycéens défendent le maintien des épreuves mi-mars avec des aménagements.”

Blanquer

Il a passé une mauvaise semaine, et les médias se retournent après l’avoir encensé.

Dans une Chronique, Jean-Baptiste Fressoz, Historien, chercheur au CNRS, rappelle que « Le colloque en Sorbonne adoubé par Jean-Michel Blanquer était à mille lieues des conventions universitaires ». “Début janvier, une conférence contre la « déconstruction », introduite par le ministre de l’éducation nationale, était organisée en Sorbonne. Dans sa chronique, Jean-Baptiste Fressoz dénonce l’ignorance scientifique et les « vociférations » de ses intervenants.”

Mediapart” a révélé ce lundi que le ministre de l’Éducation nationale était à Ibiza, en vacances, lorsqu’il a révélé le protocole sanitaire la veille de la rentrée scolaire. Une information confirmée par le ministère.” Médiapart a rassemblé ses derniers articles à propos de Blanquer sur cette page : Blanquer, l’école à la renverse. “Elément indéboulonnable des gouvernements Philippe puis Castex, le ministre de l’éducation nationale voulait révolutionner l’école. Mais sa gouvernance autoritaire, ses réformes ou sa politique face à la crise sanitaire, tendent surtout à accroître les inégalités qui minent le système éducatif.”

Anna Cabana et le cas Jean-Michel Blanquer, un manque de transparence dont on se serait passé. Article réservé aux abonnés. “La journaliste Anna Cabana a animé un débat sur Jean-Michel Blanquer, hier soir sur i24News, sans préciser qu’à la ville elle est depuis peu l’épouse du ministre de l’Education nationale. Ou comment ajouter du discrédit à une profession qui n’en demandait pas tant.”

Et puis on attend sa réaction : Des ateliers de méditation dans des collèges signalés au ministère de l’Education comme “risqués” pour “le développement psychique des enfants. “Une quinzaine d’associations et de syndicats ont écrit à Jean-Michel Blanquer pour lui demander de mettre fin à ces ateliers de méditation de pleine conscience, jugeant qu’ils comportaient des risques importants“.”

Présidentielle

Quelques thématiques éducatives s’introduisent dans la présidentielle.

Enseignement moral et civique, vers une nouvelle réforme ? “Suite aux recommandations du rapport Bronner, Emmanuel Macron a annoncé la semaine dernière être enclin à « un nouvel enseignement civique ». Élus, professeurs et anciens élèves demandent le renforcement des heures dédiées à cette matière.” par Marion Durand

Présidentielle : comment les candidats veulent réformer l’université. “Emmanuel Macron a dénoncé, la semaine dernière, le « gâchis intolérable » de « l’échec » en licence. Il propose davantage de formations professionnalisantes. La plupart des candidats à la présidentielle insistent sur la question clé de l’orientation et certains soulignent l’importance de l’accompagnement social des étudiants.”

Supprimer Parcoursup? Ce que proposent les candidats. “L’inscription à la plateforme pour les formations de l’enseignement supérieur a débuté jeudi. Les aspirants à l’Elysée pointent du doigt une méthode de sélection «injuste», mais tâtonnent encore pour trouver une alternative.”

La farandole ultra-droitière d’un ministère de « l’Instruction publique » par Claude Lelièvre. “Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d’un grand ministère de l’Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d’« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l’UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l’aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.”

Orientation

Le marathon Parcoursup se poursuit avec son ouverture.

Parcoursup, lancement de la saison 5. Par Claire Conruyt et Sophie de Tarlé. “C’est le grand jour pour les lycéens: ce jeudi, la plateforme Parcoursup s’ouvre aux inscriptions. Pour la cinquième année consécutive, les élèves de terminale et les personnes en réorientation vont pouvoir formuler leurs vœux en vue de la poursuite de leurs études. Le système, lancé au début du quinquennat d’Emmanuel Macron, est désormais rodé. Mais, en introduisant une forme de sélection dès l’entrée, il a introduit une petite révolution à l’université.”

Parcoursup et Covid-19 : “Toute notre orientation se joue à ça, on est un petit peu perdus“, confient les lycéens. “Dès jeudi, les élèves de terminale peuvent formuler leurs vœux d’études supérieures sur la plateforme. Mais cette année, il y a, en plus du stress, cette difficulté nommée Covid.” Article rédigé par Noémie Bonnin – franceinfo.

Parcoursup : “Du stress, un contexte difficile à vivre”, car les lycéens ne sont “pas informés sur l’orientation”, dénonce un syndicat lycéen. Les lycéens ont “extrêmement peur pour leur avenir“, confie sur franceinfo Colin Champion, président de La voix lycéenne.”

Parcoursup : fin de partie pour 2022 ? Par Alban Mizzi, Doctorant en sociologie, Université de Bordeaux

…presque cinq ans après la mise en place du plan Orientation et Réussite des Étudiants en 2018, il semblerait que les critiques adressées à Parcoursup soient les mêmes que celles qui visaient Admission Post-Bac, à tel point que l’application Parcoursup s’invite d’ores et déjà dans la campagne présidentielle. En cela, l’analyse du discours autour de l’outil est de rigueur.”

Brise vocation“, “Koh Lanta de l’orientation” : faut-il supprimer Parcoursup ? Par Sonia Princet. “Si les candidats à la présidentielle sont nombreux à critiquer la plateforme d’orientation post-bac Parcoursup, l’équation n’est pas si simple.”    

Et puis rien ne va plus dans le cinquième arrondissement, à Paris, et les agences immobilières sont aux abois ! Les lycées Louis-le-Grand et Henri-IV ne recruteront plus leurs élèves parisiens sur dossier. “Les deux établissements d’élite entrent dans la procédure d’affectation des élèves de troisième dans les lycées parisiens, alors que des premiers effets de la réforme conduite depuis 2020 se font sentir sur la mixité sociale et scolaire.” Par Sylvie Lecherbonnier

Les collégiens privés de stages de troisième à cause du télétravail. Les 800 000 collégiens en classe de troisième se retrouvent à nouveau affectés par la pandémie. Le retour massif au télétravail en entreprise compromet leurs projets de stages. Certains établissements proposent ainsi des stages en ligne. Pas forcément l’idéal.”

 

 

Le dessin de Fabien Crégut

Orientation : la Région choisit la réalité virtuelle pour compléter les outils à disposition des jeunes. “Jeudi 6 janvier 2022, la Vice-Présidente de la Région en charge des lycées, de l’offre de formation, de l’apprentissage et de l’orientation, Océane Charret-Godard, a profité d’une visite au lycée Parc des Chaumes d’Avallon (Yonne), pour présenter les casques de réalité virtuelle dédiés à la découverte des métiers. Financés dans le cadre du Plan d’Accélération de l’Investissement Régional, ces derniers complètent les outils proposés aux élèves pour leur orientation et viennent diversifier les approches en prenant appui sur les nouvelles technologies.”

Les régions entre stupéfaction et implication. Sur mon blog.

Apprentissage, l’excellence en trompe l’œil ? Par Christian Sauce. “L’apprentissage est souvent vanté comme une voie d’excellence, permettant aux jeunes de trouver un emploi à coup sûr. Mais c’est surtout une formation qui est « excellente » pour les enfants des autres, qui pour certains devrait même être une orientation décidée par les conseils de classe et non les jeunes. Elle n’est peut-être pas si merveilleuse. En tout cas il y a quelques accrocs dans le tableau, décrits ici dans un « coup de gueule ».” Sur les Cahiers pédagogiques.

Choix d’études, orientation professionnelle : « Donnons aux jeunes le droit de se tromper » par Camille Peugny, Professeur de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) – Université Paris-Saclay et Aurélie Djavadi, Cheffe de rubrique Education, The Conversation France.

“La crise du Covid a multiplié les obstacles dans la vie des 18-25 ans. Fermeture des salles de cours, suspension des rencontres entre amis, pertes de jobs étudiants… Tout cela a eu des répercussions immédiates, exacerbant les problèmes de santé mentale, les situations de précarité, et révélant les inégalités au sein de la jeunesse, comme nous l’a expliqué le sociologue Camille Peugny, dans le podcast « Peut-on vraiment parler de “Génération Covid” ». À l’occasion de la parution le 21 janvier 2022 de son ouvrage Pour une politique de la jeunesse aux éditions du Seuil, nous vous proposons de relire un extrait de cet entretien.”

Revivez le dernier #RDVdelOrientation#Onisep avec Aziz Jellab 🎧 Écoutez ou réécoutez son intervention : http://ow.ly/84wW50Hzyup

Divers

Explosion du nombre de gestes suicidaires chez les adolescentes en 2021. “Alors que plusieurs indicateurs montrent une hausse des gestes suicidaires chez les jeunes, des données obtenues par «Libération» indiquent que ce phénomène inquiétant est presque exclusivement féminin.”

Discriminations : un “monopoly des inégalités” pour prendre conscience des injustices. “C’est une extension au célèbre jeu de société que dévoile aujourd’hui l’Observatoire des inégalités. L’association a créé le “Monopoly des inégalités”. Comme dans la vie, les joueurs ne débutent pas tous la partie au même niveau et tous n’expérimentent pas les mêmes discriminations. Rappel : sur le site Ministère, Ressources nationales et européennes pour l’égalité entre les filles et les garçons.

« Le concept d’éducation prioritaire, au départ porteur de valeurs républicaines fortes, a participé à ancrer des idées préconçues ». “Radouan Raoui, agrégé de mathématiques, montre, dans une tribune au « Monde », comment les zones d’éducation prioritaire, nées dans l’esprit de professeurs passionnés, ont progressivement été dévoyées” Article réservé aux abonnés.

Supérieur

Les droits d’inscription à l’université ne vont pas augmenter, a annoncé Frédérique Vidal.

CheckNews de Libération : Est-il vrai que «50% des étudiants ne se présentent pas aux examens» comme l’a dit Emmanuel Macron ?Le ministère de l’Enseignement supérieur cite une étude sur le «taux d’assiduité» d’une catégorie d’étudiants de L1, mais celle-ci ne suffit pas à conclure la généralité prononcée par le président lors du 50e anniversaire du congrès de la Conférence des présidents d’universités.”

L’insolente santé de l’enseignement supérieur privé. “Le secteur est en pleine croissance et joue sur l’image dégradée de l’université. La réforme de l’apprentissage, qui a accru le soutien financier de l’Etat à ce mode d’études, a été un booster pour ces établissements.” Par Jessica Gourdon.

Frédérique Vidal salue la présentation par la Commission européenne d’une communication sur la stratégie européenne en faveur des universités. “Pour assurer la mise en œuvre de cette stratégie, la proposition de recommandation du Conseil identifie des actions à mettre en œuvre par les États membres et la Commission afin de parvenir à une coopération européenne approfondie. 

La France estime que ces propositions constituent un pas important vers le développement d’un diplôme européen, le soutien renforcé aux « Universités Européennes » et le déploiement de la mobilité européenne.”

Frédérique Vidal : «L’objectif n’est pas d’avoir un enseignement supérieur uniquement privé en France», article réservé aux abonnés. “La ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, revient pour «Libération» sur un bilan controversé et sur les déclarations du Président sur le prix des études, assurant qu’il n’y a pas d’«agenda caché» pour augmenter les tarifs de l’université.”

Ressources

Sur le Café pédagogique, on trouvera : L’école primaire vue de ses coulisses. Les coulisses sont-elles le meilleur endroit pour apprécier la pièce ? C’est pourtant le choix fait par Aksel Kilic qui livre dans un ouvrage (L’école primaire vue des coulisses, PUF) le récit d’une ethnologue infiltrée dans deux écoles. En sa qualité de professeure des écoles elle échange avec ses collègues, en salle des maitres ou lors d’entretiens personnels, et en tire les grands traits de ce que serait une culture professionnelle cachée. De ces discussions de coin de table elle tire des conclusions qui ne vont pas toutes faire plaisir à ses collègues. Elle montre que l’adoption de la loi Rilhac n’est que le premier round d’un rejet bien ancré de la hiérarchie. Le second round aura lieu dans les écoles où les directeurs à autorité fonctionnelle auront toujours besoin de la bonne volonté des enseignants. Elle montre aussi la perméabilité des enseignants aux stéréotypes sociaux. A coté du militantisme social de quelques uns, de nombreux professeurs des écoles (PE) partagent les stéréotypes défavorables aux familles populaires. L’affirmation la plus controversée sera peut-être celle d’une catégorisation ethnique des élèves comme outil d’explication des difficultés scolaires. C’est dire que la laïcité, valeur originelle de l’école, est regardée aujourd’hui par les enseignants avec méfiance tellement son utilisation politicienne la rend suspecte. Selon A Kilic, ce “vide” pourrait être comblé par un projet de lutte contre les discriminations. On mesure les ambiguïtés du monde enseignant mais aussi de l’auteure, à la fois collègue et traitre…”

« L’école à l’épreuve des incertitudes » : un plaidoyer pour une institution juste, solidaire et mixte. Par Luc Cédelle, article réservé aux abonnés. “Le sociologue Aziz Jellab se livre bien à un « plaidoyer pour une institution émancipatrice », comme l’indique le sous-titre de son ouvrage, et non à l’esquisse d’un plan d’action qui, dans les conditions actuelles du débat politique sur l’éducation, entre un Jean-Michel Blanquer fragilisé et une surenchère « réac » des oppositions de droite, resterait hautement théorique. Loin des simplismes en vogue sur l’école, dont le point commun est généralement d’évacuer les profondes causes économiques et sociales qui entravent son bon fonctionnement, il s’attarde, au contraire, sur ces conditions et sur leur poids.”

Alain Lamassoure : « L’enseignement de l’histoire est un champ de mines pour les pays européens ». “Dans un entretien au « Monde », l’ancien ministre et eurodéputé explique qu’une des raisons de la réémergence, en Europe, de mouvements populistes et nationalistes tient, notamment, à une mauvaise qualité de l’enseignement. Il plaide pour que soient enseignées des valeurs de paix et de réconciliation.” Propos recueillis par Stéphanie Le Bars.

 

Bernard Desclaux

Sur la librairie des Cahiers pédagogiques

N° 574 – Ce qui s’apprend en EPS, janvier 2022

Dossier coordonné par SABINE COSTE ET JACKY WATTEBLED

Mal reconnue, bien qu’obligatoire à tous les niveaux, l’EPS contribue à l’acquisition du socle commun, donne accès à des pratiques motrices et à la culture physique, sportive et artistique, tient une place de choix dans l’entretien de la santé et du bienêtre, contribue à l’égalité entre les filles et les garçons et à l’inclusion.

existe aussi en offre spéciale

 

N° 573, Les maths, est-ce que ça compte ? décembre 2021

Dossier coordonné par BAPTISTE HEBBEN ET CLAIRE LOMMÉ

Tous les acteurs de l’enseignement se trouvent confrontés à la question des « bases » ou des « fondamentaux » : pour effectuer des choix dans les programmations, pour remédier aux difficultés d’élèves, pour proposer des évaluations. Quelles sont les mathématiques que l’on doit enseigner aujourd’hui ?

 

Découvrez aussi nos kits et nos offres spéciales