Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative qui vit de ses abonnements et ventes au numéro.
Pensez à vous abonner sur notre librairie en ligne, c’est grâce à cela que nous tenons bon !
,

Revue de presse du 22 mai 2022

Semaine chargée, revue chargée ! L’attente dura jusqu’à vendredi. Jusque-là le départ de Blanquer fut accompagné de nombreux articles, et celui de Vidal se fit dans un silence lourd médiatique. Et depuis les nominations, c’est l’emballement. Celle au MEN est particulièrement commentée. L’extrême-droite se déchaîne et crie au wokisme. Espérons, au contraire, que ce nouveau ministre restera éveillé et attentif aux nombreux problèmes que les médias ont rappelé tout au long de cette semaine.

Les messages se multiplient sur les réseaux sociaux à propos du décès d’André Antibi. Il a créé un choc et mis à mal l’évidence de l’évaluation en France avec sa conception de la constante macabre. Voir sur Youtube une de ses conférences à ce propos. André Antibi – Évaluation scolaire : comment ne pas tomber dans la “Constante macabre” ? ainsi que cet article sur Antibi sur le site des Cahiers, La constante toujours macabre.

Politique

On pensait que le coup des maths était son dernier coup avant de quitter le ministère, mais non, Jean-Michel Blanquer lance l’opération “Un livre pour les vacances” 2022. “Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, s’est rendu le jeudi 12 mai à l’école de la commune de Sourdun pour lancer la distribution de la version 2022 des fables de la Fontaine.”

Et du coup, Le ministre Jean-Michel Blanquer en visite en Seine-et-Marne. “Une classe de CM2 de l’école de Sourdun (Seine-et-Marne) a reçu la visite du ministre de l’Éducation nationale. Il leur a remis un exemplaire des fables de La Fontaine.”

Noémie Bonnin pour FrancInfo propose un bilan : Cinq ans de réformes et quelques couacs… Le bilan de Jean-Michel Blanquer au ministère de l’Éducation nationale.Jean-Michel Blanquer fait partie des rares ministres à être restés à leur poste sur l’ensemble du quinquennat d’Emmanuel Macron. Il a marqué le monde de l’éducation par ses réformes multiples, mais aussi par un désamour de plus en plus fort d’une bonne partie des enseignants.” Et pour Sonia Princet et Xavier Demagny toujours sur FranceInfo : Réforme du bac, classes dédoublées, Covid, boulettes et tensions : c’était Jean-Michel Blanquer. “Il est celui qui sera resté le plus longtemps au ministère de l’Éducation nationale. Que retenir du bilan de Jean-Michel Blanquer ? Résumé des cinq dernières années.”

Bien sûr on s’interroge, Ministre de l’Education nationale : Blanquer, Attal… Qui est pressenti pour le ministère ? GOUVERNEMENT. Alors que le gouvernement est en pleine recomposition, les ministères les plus importants sont convoités. A l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer ne devrait pas être reconduit et dans les couloirs on souffle le nom de Gabriel Attal.” Ainsi que du côté du supérieur.  Remaniement: les universités vont-elles garder leur ministère? Article réservé aux abonnés de Libération. “Avant chaque nouveau gouvernement, les universitaires craignent de perdre leur ministère. La période ne fait donc pas exception, d’autant plus qu’a été annoncé un exécutif «resserré». Tour d’horizon des différents scénarios.”

En attendant, on rappelle les promesses d’Emmanuel Macron. “Lors de sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait longuement présenté son programme et notamment le volet concernant l’éducation. Voici les propositions que le président réélu pourrait mettre en œuvre.” Les syndicats éducation présentent à E. Borne les « priorités à engager dès le début du quinquennat » publié par Elsa Doladille sur Nousvousils.“Une intersyndicale a envoyé un courrier à la Première ministre Elisabeth Borne pour que des mesures soient prises « de toute urgence » pour l‘éducation.” Et “Christian Couturier, secrétaire national du SNEP-FSU, revient sur la situation de l’EPS aujourd’hui et évoque ses attentes concernant le futur ministre de l’Education.” « Le futur ministre de l’éducation devra revenir sur tous les dysfonctionnements introduits par Blanquer ».

Le Café Pédagogique avait rappelé le Plan maths : Un programme politique menacé d’enlisement…Les objectifs du plan, très ambitieux, ne sont pas encore atteints. La proportion de professeurs des écoles formés est, dans la plupart des académies, en deçà des attentes initiales ; l’impact sur les pratiques d’enseignement, sur le travail collectif des enseignants, et, en fin de compte, sur les apprentissages des élèves, est encore modeste“. Le rapport des inspecteurs généraux Ghislaine Desbuissons et Oilivier Sidokpohou montre comment le plan maths s’enlise dans les réalités de l’éducation nationale. Alors que JM Blanquer quitte l’éducation nationale, les objectifs sont loin d’être atteints. Et l’avenir du plan maths loin d’être assuré.”

Le Café pédagogique a présenté les objectifs du NUPES : Un programme contre les inégalités scolaires. “Nous affirmons très clairement qu’il doit y avoir zéro décrocheur et que pour avoir un service public de qualité il est indispensable de recruter des personnels en nombre et de réduire le nombre d’élèves par classe“. C’est Marie Jeanne Gobert, responsable des services publics au PCF, qui a présenté le 19 mai la partie du programme de Nupes, l’alliance des gauches, concernant l’Ecole. Le programme fixe trois priorités : lutter contre la ségrégation scolaire, renforcer l’enseignement professionnel et revaloriser les personnels Education Nationale. Il est nettement en rupture avec celui d’E Macron.” Jean-Pierre Veran, formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université, interroge, Projet éducatif de la NUPES : et la politique des savoirs ?Le programme de la NUPES ne manque pas de propositions utiles pour réduire l’impact des origines scolaires sur les destins scolaires. Mais en dehors de nouveaux enseignements pratiques, il ne modifie pas l’équilibre actuel des savoirs enseignés, qui est un facteur actif de ségrégation scolaire.”

 

Finalement ce vendredi le Café pédagogique annonce, Pap Ndiaye ministre de l’Education nationale. “C’est une nomination surprise, un tournant et pourtant une continuité. La nomination de Pap Ndiaye à l’éducation nationale et à la jeunesse est une surprise. Il ne figurait pas dans les noms qui revenaient pour ce ministère et ce n’est pas un politique. Un tournant car il va rompre avec le populisme anti wokisme agité par JM Blanquer. Une continuité car il aura à appliquer la politique décidée par E Macron, c’est à dire continuer ce qui avait été dessiné dès 2017.” Cécile Blanchard l’avait interviewé dans un article publié le 1 avril 2022 pour les Cahiers pédagogiques : « Les musées ne font pas à eux seuls l’histoire ». “Dans l’actuelle période électorale, il n’est pas forcément facile, pour un établissement culturel, de trouver sa place. Rencontre avec Pap Ndiaye, directeur général du Palais de la Porte dorée, à Paris, qui abrite le Musée national d’histoire de l’immigration et un aquarium tropical.”

Sud-Ouest s’interroge : Comment Jean-Michel Blanquer, rigide et clivant pilier de la macronie, a fini par tomber.Longtemps apprécié de la macronie et titulaire du record de longévité au ministère de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer quitte le gouvernement au terme de cinq années qui ont vu son étoile pâlir.” Sud-Ouest et l’AFP. De même que Claude Lelièvre. Pap Ndiaye à la tête du MEN : surprise et continuité ? Une surprise : personne ne l’annonçait, et il a un passé au rebours de Blanquer. Une continuité dans sa catégorie de nomination : il est le onzième ex-professeur nommé à la tête du MEN, et ses dix prédécesseurs ex-enseignants ont tous été comme lui agrégés. Une continuité problématique : le sens que peut avoir cette nomination pour Macron couplée à son projet de « refondation » de l’Ecole…Libération propose quelques réactions. Nomination de Pap Ndiaye : «L’Education nationale ne se gouverne pas uniquement à coups de symboles». “Les enseignants, échaudés par cinq années de Jean-Michel Blanquer, sont satisfaits de constater une rupture dans le choix de l’historien nommé rue de Grenelle, mais n’oublient pas qu’il sera chargé d’appliquer la politique libérale d’Emmanuel Macron.“ Le Monde fait son édito : Pap Ndiaye ministre de l’éducation nationale, le poids d’un symboleEt pour le Figaro, Pap Ndiaye à l’Éducation nationale : la droite fulmine, l’extrême gauche s’incline. La CHRONIQUE de Alain Mabanckou, Ecrivain dans l’Obs, Pap Ndiaye et l’éducation française. “Pour l’écrivain de « Black Bazar » et du « Sanglot de l’homme noir », lauréat du prix Renaudot en 2006 et enseignant à l’université Ucla de Los Angeles, une tâche rude attend l’historien Pap Ndiaye au ministère de l’Education nationale.” Et je ne cite pas tous les médias qui publient le portrait de ce nouveau Ministre de l’Education nationale et de la jeunesse. Un exemple, Les Echos. Gouvernement Borne : avec Pap Ndiaye à l’Education nationale, un changement radical de profil. “Le nouveau ministre de l’Education nationale va devoir s’atteler au « chantier majeur » dessiné par Emmanuel Macron pendant la campagne. Plusieurs réformes particulièrement sensibles sont sur la table.”

 

Côté supérieur, une nouvelle ministre est également nommée. Qui est Sylvie Retailleau, nommée ministre de l’Enseignement supérieur ? Par Emma Ferrand • Wally Bordas. “La présidente de l’université Paris-Saclay est la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur. C’est la première fois qu’elle fait son entrée au gouvernement.” Avec Sylvie Retailleau, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche change de tête, pas de ligne.Après Frédérique Vidal, c’est encore une ancienne présidente d’université qui prend les rênes du ministère. Une continuité sur la forme qui annonce une continuité sur le fond.” Les syndicats étudiants s’inquiètent. Sylvie Retailleau à l’Enseignement supérieur : “C’est un changement de tête qui n’est pas un changement de cap”, s’inquiète l’Unef “De son côté, la Fage, premier syndicat d’étudiants, alerte sur “l’urgence d’agir concrètement et durablement pour les jeunes.” sur Franceinfo. Sylvie Retailleau, présidente de l’université Paris-Saclay, à la tête du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Cette physicienne a porté l’établissement qu’elle dirige au 13e range du classement de Shanghaï. La nouvelle ministre incarne la réussite d’un certain modèle d’université de recherche intensive qui ne convainc pas toute la communauté enseignante.” Par David Larousserie et Soazig Le Nevé pour Le Monde.

Enseignants

Quelques menus problèmes côté enseignants attendent toute l’attention du nouveau ministre. Et d’abord une grosse inquiétude : le recrutement !

Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école. “La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.” par Paul DEVIN, Syndicaliste, Paul Devin a été inspecteur de l’Education nationale et secrétaire général du SNPI-FSU. Il est actuellement le président de l’Institut de Recherches de la FSU.

Manque d’enseignants : les chefs d’établissements très inquiets pour la rentrée 2022 par Sonia Princet. “À l’heure de clore une nouvelle année scolaire éprouvante, marqués par les absences d’enseignants liées au Covid-19, les chefs d’établissements redoutent déjà la prochaine rentrée. Y aura-t-il un enseignant devant chaque élève ? Ce n’est pas garanti, selon le SNPDEN principal syndicat.”

Éducation nationale : où sont passés les candidats des concours de recrutement des enseignants ?Le métier d’enseignant n’attire plus : tous les postes ouverts aux différents concours pour devenir professeur ne seront pas pourvus cette année, selon les premiers résultats publiés ces derniers jours.” Article rédigé par Xavier Allain – Noémie Bonnin

Dans Philomag, Frédéric Manzini interroge, Professeur est-il (encore) “le plus beau métier du monde” ? Le métier de professeur traverse aujourd’hui une crise profonde. Salaires qui stagnent, déclassement et manque de reconnaissance, conditions d’exercice difficiles, surtout dans les grandes villes : outre les démissions qui augmentent et les cas de professeurs non remplacés malgré le recours de plus en plus fréquent aux contractuels, la crise de vocation se traduit par une baisse frappante du nombre de candidats aux différents concours de recrutement. Cette année, il n’y a par exemple que 816 admissibles aux concours du Capes de mathématiques pour 1 035 postes à pourvoir ! Qui croit encore que la fonction de professeur est « le plus beau métier du monde » ? Retour sur une formule de moins en moins magique.”

« En mathématiques, les enseignants disposent de moins de temps pour transmettre un programme plus important » Tribune de Radouan Raoui, enseignant en mathématiques. “Radouan Raoui, enseignant en mathématiques, questionne, dans une tribune au « Monde », la place de sa discipline dans le tronc commun au lycée depuis la réforme de 2018. Et alerte sur l’accroissement des inégalités que celle-ci pourrait occasionner.”

Rentrée scolaire : le manque de candidats aux concours enseignants, signe d’une crise qui inquiète. “Manque de candidats admissibles en maths, en allemand, en lettres ou pour les postes de professeurs des écoles : les concours d’enseignants sont loin de faire le plein cette année, conséquence d’une réforme de leur organisation mais aussi d’une crise d’attractivité du métier.”

Les académies prennent les devants, ainsi on a beaucoup parlé de Versailles. L’académie de Versailles recrute 1300 professeurs contractuels pour la rentrée 2022. “Du 30 mai au 3 juin, l’académie de Versailles organise, avec Pôle Emploi et l’APEC, des journées de recrutement de personnels contractuels.” Et Job dating à l’académie de Versailles: quand l’école assume d’être à poil sur le recrutement. “L’organisation d’entretiens d’embauche express pour faire face à la pénurie massive de profs est le dernier avatar de la paupérisation de l’Education nationale et de la dévalorisation du métier d’enseignant.” Article réservé aux abonnés. Éducation nationale. Un job dating avec plus de 500 emplois à la clef dans le Val-d’Oie. “L’académie de Versailles lance une opération de recrutement pour la rentrée 2022. Professeurs, médecins scolaires, Aesh… plus de 500 postes sont à pourvoir dans le Val-d’Oise.” Et plus largement, Pénurie d’enseignants en Île-de-France : «À la rentrée, il y aura plus de postes vacants que d’habitude». “Asma Benhenda est chercheuse en économie spécialisée en éducation à l’University College London. Elle a analysé l’état de santé des enseignants dans son livre «Tous des bons profs – Un choix de société». Le manque de candidats cette année, notamment chez les professeurs des écoles, ne la surprend pas et traduit «un manque d’attractivité profond de la profession». Elle nous explique pourquoi.”

Près de 15 000 enseignants trop payés en 2021 : le grand bazar des fiches de paie des profs. Laurence Van Ruymbeke. “Le calcul des salaires versés aux enseignants n’est pas toujours correct: complexe, il ouvre la porte à une foule d’erreurs, en leur faveur ou en leur défaveur. Si les montants indus sont chiffrés, on ignore par contre ce qu’on leur doit.”

Les enseignants victimes du Bataclan broyés par l’Education nationale. “Le 17 mai, 122ème jour du procès, des victimes témoignent de l’attentat et de ses suites. Parmi eux, plusieurs enseignants. Ils tiennent le même discours. S’ils ont pu rencontrer au niveau rectoral du soutien, dans leur établissement les logiques bureaucratiques, jusqu’aux plus stupides, les ont broyés.”

Le système

Côté bac il y aura également du boulot.

Lycée : les chefs d’établissement opposés au retour des maths dans le tronc commun dès la rentrée. “« Pour nous, c’est un contresens absolu de mettre en place un dispositif comme celui-ci à la rentrée 2022. Non pas sur le fond, parce que l’idée de réformer la réforme et d’apporter quelques évolutions sur la place des mathématiques n’est pas un non-sens, mais le non-sens, c’est le timing », a déclaré Bruno Bobkiewicz, secrétaire général du principal syndicat des chefs d’établissement (SNPDEN), lors d’une conférence de presse.”

Baccalauréat : la massification scolaire ne fait pas l’égalité. Avec Elise Huillery et Camille Peugny. “La massification scolaire ne fait pas l’égalité. Au contraire, elle a aussi ses effets pervers. Elle accroît par exemple l’emprise des diplômes et favorise la reproduction sociale. Elle est aussi une des raisons d’un financement décroissant et inégalitaire de l’éducation et de l’enseignement supérieur. Malgré ses vertus, la massification scolaire oblige à repenser l’architecture de notre éducation.”

Enseignement dans le Grand Est : « Ce baccalauréat est le symbole d’un retour à la normalité ». “Avec la tenue des épreuves écrites de spécialité ces 11, 12 et 13 mai, c’est la première fois que le bac se tient sous sa forme « classique » depuis la réforme opérée en 2019. Avec l’ambition de mieux préparer les élèves au futur et de favoriser la réussite, fait savoir le recteur de l’académie Nancy-Metz, Jean-Marc Huart.”

Et puis la chronique de Philippe Watrelot : Le bac Blanquer a-t-il eu lieu ?Les épreuves écrites de spécialité du bac 2022 se sont déroulées dans tous les lycées. L’intérêt pour ce rituel institutionnel a été accentué par le fait que c’est la session du bac de la génération Covid : des élèves qui ont connu le confinement et les « demi-jauges », les absences parce qu’ils étaient cas contact ou que leurs enseignants ou eux-mêmes étaient malades.

C’est aussi la première session issue de la réforme du lycée et du baccalauréat, puisque l’an dernier seul le « grand oral » s’était tenu du fait de l’épidémie.

Alors, mission accomplie ? Le bac Blanquer a-t-il eu lieu ?

Formellement, oui. Mais, à y regarder de plus près, on voit que des aspects essentiels ont été escamotés. Et que ce bac n’est pas celui que le ministre avait imaginé.”

 

Côté primaire, Récréations, devoirs… Un rapport pointe les disparités d’enseignement dans les classes de CM1 et CM2. “Des récréations à rallonge, des horaires d’enseignement non respectés, des évaluations limitées… Dans un rapport de l’Inspection générale de l’éducation sur l’enseignement en cours moyen – c’est-à-dire le CM1 et le CM2 – des inspecteurs tirent la sonnette d’alarme. Ils dénoncent un enseignement très variable d’une école à l’autre et formulent des recommandations pour remédier à ces inégalités de traitement.” Céline Hussonnois-Alaya pour BFMTV.

 

Et sans oublier bien sûr Parcoursup : Un collectif enquête au près des enseignants relayée par le Cafépédagogique. “Dans cette grande enquête à destination des enseignant.e.s de lycée, le collectif Nos services publics cherche à évaluer l’impact réel de Parcoursup sur les élèves, l’enseignement et la société.” C’est là.

Supérieur

Quelles sont les spécialités et parcours possibles en BUT ? “Depuis la rentrée 2021, le BUT (bachelor universitaire de technologie) remplace le DUT. Pour mieux connaître cette nouvelle formation dispensée à l’université par les IUT sur trois années d’études après le bac, la rédaction de l’Etudiant a créé pour vous un outil pour vous permettre d’identifier les 24 spécialités que vous pourrez suivre en BUT. “

En fin de licence, une certification d’anglais obligatoire qui ne fait pas l’unanimité. “Depuis cette année, tous les étudiants en fin de licence, de DUT ou de licence professionnelle doivent passer une certification en anglais pour obtenir leur diplôme. Un examen lourd à mettre en place pour les universités, et qui favorise le recours à des organismes privés.” Par Cyrielle THEVENIN.

Un témoignage dans Le Monde. « En fac de droit, j’étais vraiment la fille de paysan au milieu des bourgeois ». “« Premières fois » : récits de moments charnières autour du passage à l’âge adulte. Cette semaine, Florine, 28 ans, avocate, raconte ses débuts à la faculté de droit de l’université de Limoges, après une enfance à la campagne.” Par Florian Mestres, pour abonnés.

Parler pour enseigner, ça s’apprend. Par Magali Durrieu-Gardelle, Doctorante en sciences de l’éducation, Université de Bordeaux. “L’oral est de plus en plus valorisé, que ce soit avec la vogue des concours d’éloquence, la multiplication des comptes de vulgarisation sur YouTube ou encore la création d’un grand oral au bac. On attend du locuteur qu’il parle correctement, avec une syntaxe adaptée, de manière audible, en articulant et que ses propos intéressent les auditeurs. Mais avant d’être capable de s’exprimer et de défendre des idées dans de tels cadres, encore faut-il que les élèves un certain nombre de connaissances. Et pour accompagner, dans chaque discipline, les élèves dans cette activité réfléchie de la pensée, il s’agit de mettre en place dans la classe un oral de travail.”

Atmosphère

Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire. Par Jean-Pierre Veran, formateur, expert associé France Education International (CIEP), membre professionnel laboratoire BONHEURS, CY Cergy Paris Université. “Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.

Dans l’édition du Monde datée du 13 mai[1], un pleine page, sous le titre « Face à la pression scolaire, des lycéens en burn-out » est consacrée, comme l’indique le sous-titre, à « la hausse des phénomènes anxieux liés au contrôle continu et à l’orientation ». En bas de page, une spécialiste du burn-out scolaire, elle-même psychologue de l’éducation nationale à Rouen, parle d’ « incertitude maltraitante » pour les lycéen.ne.s, en évoquant la « sélection permanente » et en rappelant que « c’est notre système scolaire dans son ensemble qu’il faut interroger. Il a été historiquement pensé pour une élite ».”

Polytechnique, AgroParisTech, ENS… Quand les futures élites claquent la porte. “Après la vidéo virale des “ingénieurs qui bifurquent” d’AgroParisTech appelant leurs camarades à “déserter”, c’est au tour des Écoles normales supérieures de se mobiliser pour que “la pratique scientifique” s’aligne sur “les enjeux impérieux de ce siècle“, à savoir l’urgence écologique et sociale. Cette lame de fond déferle sur la plupart des grandes écoles. “Les futures élites intellectuelles disent stop“, commente un normalien.”

« Hallyu » : les étudiants français attirés par la vague sud-coréenne.Après un recul forcé dû au COVID-19, les étudiants ont de nouveaux les yeux rivés vers le pays du matin calme, pour partir y effectuer une année de césure ou même un séjour linguistique en Corée du Sud.”

Campus en ligne et réalité virtuelle : l’école du futur est arrivée. “Le saut technologique est une réalité dans le supérieur. De nouveaux outils font leur entrée, prêts à bouleverser nos manières d’apprendre.”

En classe Segpa : “Ceux qui jugent devraient tester, certains seraient mieux avec nous qu’en général. “Sorti le mois dernier, le film humoristique “Les Segpa” jette le discrédit sur ces collégiens en difficulté. Des enseignants, comme les élèves, contestent cette caricature. Un collège bourguignon nous ouvre ses portes, pour redorer l’image des Segpa.”

Collaborer et progresser : 4 compétences clés pour les femmes qui travaillent dans le domaine de la technologie. “Grâce à sa position de Strategy Managing Director chez Accenture, en Suède, Martina Wetterhorn connaît une ou deux astuces pour progresser dans l’univers de la technologie.” article sponsorisé par Accenture.

Nord : le gestionnaire d’une mosquée poursuivi pour blanchiment et escroquerie. “A la tête de l’association gérant la mosquée de Grande-Synthe, l’individu a été interpellé mardi 10 mai et devrait être jugé en juillet.” Par valeursactuelles.com

Ailleurs

Genève refuse la nouvelle réforme du cycle d’orientation. “C’est un tout petit non à la réforme du cycle d’orientation genevois. Le projet a été refusé ce dimanche par 50,83% des votants. Le scrutin s’est joué à 1731 voix d’écart. Le taux de participation, lui, s’est élevé à 40,81%. Face à un score aussi serré, les opposants ont poussé un ouf de soulagement. Pierre Nicollier, député PLR, membre de la commission d’enseignement du Grand Conseil.”

En Belgique, on s’interroge : Vers la fin de la distinction entre les primaires et les secondaires? Par Nina Dautrebande “Avec l’allongement du tronc commun jusqu’à la 3e secondaire à l’horizon 2028, le découpage actuel de nos écoles, entre maternelle, primaire et secondaire, est-il amené à disparaître? Les avis sont partagés.”

Un des principaux dirigeants talibans promet de «bonnes nouvelles» sur l’éducation des filles. Par Le Figaro avec AFP. “Le ministre de l’Intérieur du gouvernement nommé par les talibans, Sirajuddin Haqqani, a promis lundi 16 mai de «très bonnes nouvelles» pour «très bientôt» au sujet d’un retour des filles dans les écoles secondaires en Afghanistan, dans une rare interview avec la chaîne américaine CNN International.”

Réflexions, ressources

« Ce qu’il faut réformer à l’école dans les quartiers difficiles », une TRIBUNE de Stéphane Treppoz, Ex-PDG d’AOL et de Sarenza. “L’entrepreneur Stéphane Treppoz, qui a été PDG d’AOL puis de Sarenza, s’est rendu dans plus de 60 établissements scolaires, principalement en zones d’éducation prioritaires REP ou REP +. Il en a tiré quelques leçons.”

Sauver l’école pour sauver le pays. “Pascal Perri montre comment l’objectif, présenté comme idéal, d’avoir 80 % d’une classe d’âge dotée du baccalauréat, ainsi que la médiocre rémunération des enseignants, a conduit la France à des catastrophes en chaîne. Il n’y aura pas de salut économique sans salut scolaire.”

Les Cahiers pédagogiques : on en parle, on les lit et on y écrit, mais qu’est ce que c’est, au juste ?Cécile Blanchard, rédactrice en cheffe des Cahiers, nous ouvre son bureau au 10 rue Chevreul, à Paris.

Un nouveau webinaire : N°577 – “Que nous apportent les méthodes ?”5 mai 2022. Présentation par Jean-Charles Léon & Ben Aïda.

 

Bernard Desclaux

N° 577 – QUE NOUS APPORTENT LES MÉTHODES ?

Coordonné par Céline Walkowiak et Grégory Delboé, mai 2022

Dans quelle mesure la méthode s’impose-t-elle pour apprendre ou au contraire constitue-t-elle un obstacle voire une impasse ? Les méthodes, faut-il les transmettre ou les laisser se construire ? Et finalement, une éducation qui vise l’émancipation des sujets peut-elle se priver de méthodes ?

 

 

 

N° 576 – FORMER LES ÉLÈVES À LA COOPÉRATION

Coordonné par Sylvain Connac, Cyril Lascassies et Julie Lefort

Il ne suffit pas que quatre élèves travaillent ensemble pour qu’ils en tirent un bénéfice. Sans précautions spécifiques, la coopération peut même décourager les plus fragiles. Un des leviers pour que la coopération soit profitable à tous est la formation des élèves à la coopération, pour leur expliciter les attendus.