-550.jpg

L’évaluation, tous en parlent : les enseignants, les élèves, leur famille. En dehors de l’école, c’est aussi à travers ce prisme que l’institution est regardée. Bien plus, l’impératif évaluatif imprègne toute la société. Pourtant, il s’agit de sortir de la modalité injonctive et de l’évidence, de questionner l’évaluation, sa raison d’être, son fonctionnement, ses implications, en s’intéressant à ce qu’elle apporte pour les apprenants, quel que soit leur âge. C’est l’objet de ce dossier.

Dans la première partie, des collègues témoignent d’une interrogation qui les a amenés à modifier leur pratique et observent l’impact de ce changement sur l’apprentissage, soit du point de vue de l’engagement et de l’investissement, soit du point de vue de l’explicitation des compétences visées, soit dans l’acquisition de nouvelles connaissances, soit encore du rapport des élèves à l’erreur, en particulier pour les élèves en grande difficulté. Certaines expérimentations sont proposées sous forme de fiches pour que vous puissiez les tester à votre tour en comprenant le contexte de leur mise en place et leurs limites.

Lorsque ces tentatives sont répétées ou menées collectivement, une analyse permet d’en tirer des principes, des aspects généraux de réflexion, en utilisant des cadres ou des points de vue différents. Ces retours réflexifs que vous trouvez dans la deuxième partie peuvent apporter des éléments de compréhension et nous aider à mieux définir les contraintes d’une évaluation pour l’apprentissage. Ils interrogent des collectifs incluant tous les acteurs. Ils questionnent la spécificité des disciplines mais aussi la nécessité d’une analyse réflexive menée par les élèves. Ils amènent aussi à interroger le rapport à l’évaluation que nos pratiques construisent chez nos élèves et donc le regard qu’ils porteront sur les pratiques évaluatives du monde extrascolaire.

Enfin, la recherche s’empare de cette question de l’évaluation, d’une part parce que l’institution attend des évaluations scientifiques des expérimentations, d’autre part parce que l’évaluation consiste avant tout à qualifier et donc demande des analyses descriptives. Ainsi, il est établi que les injonctions institutionnelles contraignent les enseignements, et que certaines pratiques dites innovantes ont un effet positif sur les apprentissages . L’analyse de l’activité de l’enseignant permet de mieux comprendre les ajustements effectués en lien avec l’interprétation qui est faite des résultats de l’évaluation. Les didactiques des disciplines étudient quant à elles l’évaluation, non pas de manière globale, mais en précisant sa validité didactique.

Mais avant de commencer votre lecture, il peut être utile de connaitre votre représentation de l’évaluation. Un test vous est proposé, il peut être refait ultérieurement pour prendre conscience de leviers ou de freins.

Sylvie Grau
Maitre de conférences en sciences de l’éducation, Inspé de l’université de Nantes
Isabel Pannier
Psychologue à Portbail (Manche)