Journée de travail, et non succession de discours, puisque l’essentiel de la journée était consacrée à des moments d’ateliers. Le CRAP-Cahiers pédagogiques y a pris toute sa part et a notamment animé l’atelier sur la politique de la Ville et les zones prioritaires.
En entrée, Jean-Claude Guillebaud, dans une vidéo, invitait les participants à être plus confiants dans l’avenir en cette période de mutation, et s’inscrivait en faux contre les discours nostalgiques et pessimistes. Après les ateliers, et alors que défilaient les propositions élaborées en vidéoprojection, plusieurs orateurs ont ouvert des perspectives, depuis les syndicalistes jusqu’au président de la FCPE, en passant par des élus ou des associatifs. Et en final, une brillante conclusion de Philippe Meirieu, ouverte sur des suites qu’il faut maintenant mettre en œuvre.

Une journée pleine d’espoir donc, comme le dit Claude Lelièvre (membre du comité d’appui de ces Assises) dans son excellent blog :

« Selon les organisateurs, ces Assises nationales sont la première étape (pour l’essentiel réussie, si l’on tient compte en particulier de son caractère historiquement inédit) d’une “démarche patiente”, dont devraient émerger début 2010 les “lignes structurantes” d’un grand projet national éducatif alternatif qui puisse faire l’objet d’un quasi consensus parmi les “forces qui partagent un certain nombre de valeurs”.
Acceptons-en l’augure. Car cela devrait rencontrer l’écoute et la compréhension de ceux qui pensent qu’il n’y a rien de plus urgent que de “refonder” (à gauche ?) ; car cela devrait contribuer directement à cette refondation dans le domaine éducatif et scolaire (où la confusion, l’absence de ligne et le “profil bas” l’ont emporté depuis pas mal de temps déjà).»


Pour retrouver les Assises de l’éducation sur la Toile :
– le texte de l’Appel de Rennes
– le site dédié à l’actualité des Assises