Derrière un titre provocateur, après des constats plutôt rudes pour l’idée de laïcité partagée et d’adhésion à la République, les auteurs proposent que l’école œuvre à une « laïcité d’inclusion ».