Chaque établissement a envoyé un nombre très conséquent de professeurs à la formation. Ces représentants d’établissements ont pu ainsi à la fois réagir aux apports du formateur, travailler sur des situations concrètes auxquelles sont confrontés les évaluateurs que nous sommes au quotidien, et surtout élaborer de nombreuses propositions destinées à être mises en ligne sur le plan académique. Des ateliers étaient ainsi deux fois par jour animés par des formateurs ou des IPR, afin de rendre le travail plus efficace et de respecter un planning serré, mais fécond au vu des documents produits.

Jean-Michel Zakhartchouk

Jean-Michel Zakhartchouk

Les enseignants ont ainsi pu discuter des manières d’impliquer davantage les élèves dans leur évaluation, leur permettre de prendre du recul par rapport à des notes qu’il convient de « désacraliser », de tenir compte des différences dans la classe. Des questions se sont posées aussi sur la manière d’évaluer le travail de groupes, d’éviter les « usines à case ». On a aussi pu voir un IPR promouvoir le modèle de l’épreuve expérimentale de sciences physiques au bac, basée sur le travail par compétences et une autre montrer l’intérêt des tentatives de « classes sans notes ».

 

Un constat encourageant : peu de réticences à entrer dans une logique de compétences, même si les obstacles restent nombreux : cela peut être chronophage, surtout au début, cela demande un accompagnement, des textes officiels plus clairs, des exigences raisonnables, etc. Mais la notation traditionnelle, fortement mise en question dans l’exposé de l’animateur, n’a pas eu beaucoup de défenseurs, même si sa disparition ne parait pas concevable à beaucoup.
Bien sûr, des résistances existent, la « constante macabre » guette toujours, y compris chez les plus convaincus de l’importance de ne pas rester prisonniers de la « société de défiance », l’obstacle de parents traditionalistes est souvent mis en avant, l’insistance sur des effets pervers possibles reste paralysant (et on sait que c’est un des fondements de la pensée conservatrice, selon Albert O. Hirschman).

Dessin : Jack http://dangerecole.blogspot.fr/

Dessin : Jack http://dangerecole.blogspot.fr/

Mais ce genre de formation est stimulant et devrait, sous des formes diverses, se répandre, seule façon d’accompagner une vraie refondation. Le Ministre déclare qu’il a bien fallu s’attaquer d’abord à la formation initiale, mais avec quelques moyens, pas si considérables, on peut aussi dès maintenant rétablir des journées qui ne soient pas des grands messes descendantes, mais des occasions d’échanges et de productions collectives. Le CRAP-Cahiers pédagogiques est prêt pour sa part à contribuer à cette mise en œuvre indispensable.