higounet2.jpg

Saura-t-on tirer parti des nouvelles relations aux autres favorisées par internet, davantage horizontales que verticales, ouvrant la possibilité d’une intelligence collective ? Un outil numérique collaboratif comme Voicethread peut aider à avancer vers cet objectif.

Voicethread (littéralement trainée de voix) est un logiciel en ligne qui permet d’enregistrer des commentaires écrits au clavier, enregistrés avec un micro ou une webcam, sur des textes, des images, des extraits sonores ou des vidéos, pour aboutir à un diaporama multimédia.
higounet2.jpg

Document Voicethread (diaporama : images et vidéo) sur lequel apparaissent les avatars des élèves de la classe. Les commentaires laissés répondent au questionnement proposé sur la différence de fonctionnement des dispositifs.

Il est possible de faire participer 28 élèves sur une même création. Grâce à son usage intuitif, les élèves peuvent s’entraîner à des exposés oraux ou des présentations à des pairs en différé. C’est également un outil précieux dans un contexte de correspondance scolaire.

De manière générale, l’intégration de cet outil permet au quotidien des collaborations et des échanges interindividuels dans lesquels l’aspect métacognitif est non ent plus éclairant de disposer d’une information reformulée par un pair que par un expert. De fait l’appropriation des propos échangés et des restitutions individuelles sont de manière générale plus stables, structurés et riches.

Ce logiciel en ligne utilisé sur le long terme dans certains établissements permet de redynamiser des champs de la scolarité redoutés comme par exemple la révision des leçons ou le retour sur les apprentissages de classe hors temps scolaire.
higounet2.jpg

Un exemple au cycle 3 : L’étude des notions de transmission de mouvement.

Pouvoir poster des images et vidéos de la situation vécue sur le support Voicethread en demandant aux élèves de commenter la transformation de mouvement met en jeu diverses activités cognitives.

  • Une remise en mémoire activée par le support visuel
  • Une prise d’appui constante sur les commentaires préalablement enregistrés par les autres élèves : pour certains élèves le fait de disposer de commentaires aide à enclencher la réflexion et de ne pas démarrer à vide.
  • Une élaboration collective du contenu : les élèves s’inspirent des commentaires du collectif pour bâtir leur réponse.
  • Une remise en question et en perspective de ses propres commentaires via un dialogue engagé en différé sur la plateforme.
  • Une réactivation des données en temps limité : demander aux élèves de revenir sur la notion plusieurs semaines après l’étude initiale permettra une remémoration collective, rapide et efficiente du fait de la diversité des supports utilisés (audio, texte, vidéo).

Il se construit donc ainsi des apprentissages collectifs sur des temps différés permettant la « digestion » des données postées et restituées. Il s’agit de donner la possibilité à chacun d’interagir avec d’autres intelligences, en se remettant en question et en augmentant ainsi sa capacité à résoudre les problèmes les plus divers. Dans tous les cas, l’intention pédagogique passe avant la technologie.

Julie Higounet
Pedagogical Director au lycée international de Los Angeles

À l’aise avec l’information numérique

 

Le DIF (digital information fluency), extrait des programmes nationaux américains, est un modèle structuré autour de cinq grandes compétences :

  • Quel est mon besoin d’information ? Apprendre à cerner le sujet
  • Où trouver l’information ? Apprendre à chercher
  • Comment y accéder ? Apprendre à sélectionner
  • Comment la valider ? Apprendre à prélever – sélectionner
  • Comment la prélever de façon éthique ? Apprendre à traiter

Chaque compétence comprend des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être à maitriser. Comment les mettre en application dans le quotidien de la classe ? Qu’est-ce que cela peut signifier pour chacune de ces compétences ?

Par exemple, pour « apprendre à cerner le sujet », on peut procéder à un « brain storming » agencé en carte heuristique sur laquelle les élèves continueront à intervenir tout au long de la recherche. Cette forme de schématisation non linéaire s’apparente visuellement au système de recherche sur internet et pourra aider certains à ne pas se perdre dans le dédale de la toile.

Pour « accéder à l’information », il peut être intéressant de lancer la classe sur l’utilisation systématique de deux moteurs de recherche différents afin de comparer la pertinence des informations trouvées. Un type Google, qui trace les recherches par des cookies ; un second type DuckDuckGo, dont la philosophie est de préserver la vie privée en ne stockant aucune information personnelle concernant les utilisateurs et d’enrichir les recherches traditionnelles en améliorant la pertinence par l’utilisation des informations de crowdsourcing provenant d’autres sites.