Dans l’école de nos rêves, le pédagogue idéal est celui qui n’aurait pas besoin de punir : sanctionner laisse souvent un sentiment d’échec. Pourtant c’est une dimension de notre métier d’éducateur, et nous devons nous y préparer, aussi soigneusement que pour le reste. Mais c’est en lien avec tout le reste de notre travail éducatif , car personne ne prétend résoudre les problèmes par la sanction magique, celle qui permettrait de soumettre les élèves aux volontés de l’enseignant. Il y a donc une place nécessaire à faire à la parole, aux mots qui se substituent aux coups, qui font advenir une démarche raisonnée. Parler, c’est dépasser les tentations répressives, si fortement présentes actuellement dans les discours médiatiques et à l’école. Les éducateurs doivent se former pour sanctionner de façon professionnelle, et les sanctions qu’ils décident doivent avoir un caractère pédagogique : des actes imposés aux élèves pour donner du sens aux contraintes de la vie en collectivité, et pour qu’ils y prennent leur place. On en trouvera maints exemples dans ce dossier qui se veut ancré dans les pratiques du quotidien comme dans la nécessaire réflexion sur le métier.