Le journal Libération traverse une grave crise qui met en péril son avenir. La disparition de ce titre, dont on a pu apprécier les contributions aux débats sur l’école, serait un coup dur pour la liberté et la pluralité de la presse ainsi que pour la démocratie. Une Société des Lecteurs, à laquelle on peut adhérer, vient d’être constituée.