Alain Bollon critique « une vision réductionniste des compétences ». Il poursuit : « En fin de scolarité obligatoire, certaines pourraient ressembler à “produire un message écrit qui ait du sens”, “produire un objet technique”, “produire un objet culturel”, “présenter avec deux autres élèves un projet collectif”, “présenter à des adultes deux choses apprises récemment et qui semblent essentielles…” L’important est que les compétences évaluées portent parfois sur l’écrit, parfois sur l’oral, qu’elles soient parfois présentées individuellement, parfois collectivement, et qu’elles reposent toujours sur plusieurs disciplines. »
La suite est réservée aux abonnés de ToutEduc, mais il est possible de s’abonner gratuitement pour deux mois à titre d’essai.