Les multiples réformes ne doivent pas me faire sombrer dans l’immobilisme. Au contraire, c’est une occasion de plus pour me mettre en action, de créer de nouveaux dispositifs. Ces derniers sont mon interprétation de la demande institutionnelle de changement, à partir de ce que je suis et de mes pratiques professionnelles. J’ai là une marge de liberté pour agir, pour créer et encore plus en le faisant en équipe.

Je suis ainsi autonome : je me donne à moi-même ma propre loi. Tous les moyens sont bons :

  • faire exister une vraie démocratie dans ma classe ;
  • faire intervenir des stagiaires dans ma classe pour avoir de plus petits groupes de travail, mais surtout pour créer d’autres types de relations dans l’objectif de désamorcer la pression scolaire ;
  • la désobéissance : tant pis si je prends des risques, tant que le jeu en vaut la chandelle !
  • faire preuve encore plus d’ouverture.

Ceci donne du sens à mon métier, du même coup aux apprentissages pour mes élèves. Vient de là une source d’inspiration et de motivation pour construire des projets et une vie professionnelle épanouissante, voire palpitante !

Jeanne-Claude Mori
Professeure des écoles en maternelle