Nous avions invité Boris Seguin, enseignant en collège ZEP à Pantin, auteur de Crame pas les blases, Les céfrans parlent aux français, et président de l’association « Les Engraineurs » qui travaille à la création artistique (vidéo, court-métrages et documentaires) avec des habitants du quartier des Courtillières à Pantin. Nous nous sommes retrouvés à une dizaine pour échanger sur le thème proposé – est-ce un hasard si plusieurs participants étaient enseignants de maths ? Après un état des lieux des difficultés de nos élèves pour manier les codes scolaires, à l’oral comme à l’écrit, et des risques de ruptures entre « eux » et « nous », nous avons évoqué des pistes pédagogiques possibles. Par exemple l’effort pour expliciter (décoder les consignes, se méfier des fausses évidences), mais aussi pour aider à donner du sens. Une collègue de maths a par exemple témoigné de l’intérêt de la « narration de recherche » et plusieurs participants ont plaidé pour plus d’interdisciplinarité, notamment autour du langage.

D’autres rendez-vous sont prévus pour l’an prochain, dont un avec Carole Diamant, auteur de École, terrain miné (Liana Levi, 2005). Le café des Cahiers : un espace de débat sur l’école ouvert à tous !