Les textes incontournables de modernité du plus grand historien des arts, Élie Faure, dans Fonction du cinéma (1921-1937) Éd. Gonthier (ou gratuitement en ligne).

L’approche de l’indispensable vision surréaliste d’Ado Kyrou dans Amour, érotisme et cinéma, 1966.

L’intrigant Contre le cinéma de Guy Debord CNRS, 1964

Les approches essentielles, sémiologique, de Christian Metz Le signifiant imaginaire 10/18, 1977 ou, philosophique, de Gilles Deleuze L’image-mouvement Ed. de Minuit, 1983.

Mais encore, des ouvrages plus directement pédagogiques :

Bergala Alain «Initiation à la sémiologie du récit en images», Cahiers de l’audio-visuel (Ligue Française de l’Enseignement), 1977.

Vanoye Francis Récit écrit, récit filmique Ed. Nathan, 1989.

Gardies André, Bessalet Jean 200 mots-clés de la théorie du cinéma Ed. du Cerf, 1992.

Aumont Jacques, Marie Michel L’Analyse des films Ed. Nathan, 1999.

Ou, pour l’excellent choix des images illustratives, l’ouvrage grand public d’Emmanuel Toulet, Cinématographe, invention du siècle Gallimard Découvertes, 1988.

Aujourd’hui, bien sûr, il faut notamment compter sur le site Passeurs d’images aux très nombreuses références dont tout particulièrement celles renvoyant aux DVD de la collection L’Éden Cinéma dirigée naguère par Alain Bergala.

Sans oublier l’indispensable consultation régulière de Canopé, le site qui remplace depuis février 2014 le Scérén [CNDP-CRDP].

Et peut-être enfin, pour le plaisir, (re)découvrir deux des premiers ouvrages d’Edgar Morin Les stars (1957) et Le cinéma ou l’homme imaginaire (1958) ou encore, celui de la plus célèbre «potineuse» d’Hollywood, Pauline Kael, grâce à un titre qui est… tout un programme : I lost it at the movies, Bantam Book, 1965 !