Avant-propos du n° 569, « Enseigner la créativité ? »

Les Cahiers pédagogiques ne s’étaient encore jamais penchés sur la créativité. Pourquoi ? Trop aléatoire ? Insaisissable ? Perturbatrice ? En quoi dérange-t-elle les apprentissages à l’école ? Pourquoi met-elle si mal à l’aise certains enseignants et en enthousiasme tant d’autres ? Son rôle n’est-il pas assez défini ? Elle est omniprésente et revendiquée dans beaucoup de domaines, mais l’Éducation nationale semble avoir de la difficulté à la prendre au sérieux.

L’idée du dossier est née lors d’un atelier que nous avons animé lors des Rencontres d’été du CRAP-Cahiers pédagogiques. Centré sur la créativité, il a fait émerger différents questionnements basés sur l’ambigüité de la relation que certains enseignants entretiennent avec elle, à la fois revendiquée mais souvent peu expérimentée pédagogiquement. La question des outils, des dispositifs, du manque de formation était centrale. La peur de se lancer, le manque de confiance en soi ou encore le regard des pairs faisaient partie des sources de blocages.

Les retours d’expériences se rejoignent pour reconnaitre le rôle positif joué par la créativité dans la découverte de soi, et la joie de vivre une expérience forte au sein du groupe. Le lâcher prise et l’ouverture d’esprit sont des facteurs essentiels pour libérer la part de créativité présente en chacun mais trop souvent empêchée. Dynamisante, permettant l’irruption de la sensibilité et de la subjectivité, elle enrichit autant les élèves que les professeurs.

Nombre d’auteurs ont proposé leur définition de la créativité, permettant d’en saisir les nuances. Entre liberté et cadre, elle est souvent située du côté de l’imaginaire, mais doit être réfléchie et organisée de façon méthodique si on veut l’enseigner. Elle navigue aux frontières de la dimension individuelle et de la nécessité de l’échange collectif, car elle a besoin du regard critique des autres pour évoluer.

Certains articles permettent de comprendre la perception de la créativité au fil du temps. Au regard des difficultés que nos sociétés connaissent, il est urgent de former des esprits créatifs, capables de trouver des solutions aux problèmes inédits qui mettent en danger notre futur. Certains de nos élèves accèderont probablement à des métiers qui n’existent pas encore et leur demanderont flexibilité et inventivité.

Notre attention s’est surtout portée sur la créativité des élèves tout en reconnaissant le rôle privilégié des enseignants pour la révéler et lui permettre de se déployer. Des analyses de pratique mettent en lumière la nécessaire acceptation de l’erreur et l’abandon de la zone de confort pour expérimenter d’autres voies.

Les ressentis des élèves et des professeurs de la maternelle à l’université mettent en exergue le rôle joué par la créativité dans l’émergence de la prise d’autonomie et le développement de la réflexion. La question de l’évaluation est abordée par plusieurs auteurs qui s’interrogent sur la façon de la prendre en compte de la façon la plus juste possible.

La créativité n’est pas chose facile, mais à force de persévérance, tous progressent. Elle interroge le fonctionnement actuel de l’école, notamment par le manque de transversalité et transdisciplinarité. Ces liens sont pourtant indispensables, car ils nourrissent la créativité et donnent davantage de sens aux apprentissages.

Caroline Elissagaray
Enseignante en STD2A (sciences et techniques du design et des arts appliqués) dans l’académie de Créteil
Angélique Libbrecht
Institutrice en primaire, Belgique

Sur la librairie

JPEG

 

Enseigner la créativité ?
L’injonction à la créativité est répandue dans le monde du travail, mais à l’école, elle semble souvent réservée aux petites classes ou aux filières artistiques. Dans ce dossier, nous envisageons cette notion comme compétence à développer et comme levier pour les apprentissages à tous les âges et dans toutes les disciplines.