Accueil > Ressources > Nous avons lu > L’enseignement moral : une pratique de classe


L’enseignement moral : une pratique de classe

Anne Lalanne, L’Harmattan. 2020

15 mai 2020

C’est bien « pratiques de classe », le mot important du titre de cet ouvrage consacré à la partie « morale » de l’Enseignement Moral et Civique, l’enseignement de la morale étant certes envisagé sous l’angle de la transversalité. Pour être au clair sur les objectifs, on part des programmes et, surtout, des enjeux de chacun des domaines du programme d’EMC. Des progressions année par année sont proposées pour les cycles 2 et 3, certes adaptables mais qui aident à traiter chaque domaine (la sensibilité, le jugement, la règle et le droit, l’engagement) de façon complète et cohérente. Chaque fois, les notions sont définies, illustrées ensuite d’exemples empruntés à la vie (de l’école surtout) et accompagnées de propositions d’activités. Des liens sont faits entre les domaines : celui du jugement est en effet fréquemment en relation avec l’un des trois autres et joue un rôle de pivot.

L’auteure donne aussi aux PE des éléments de méthode : par exemple, quelle différence entre un « débat argumenté » et une « discussion réglée » ? à quel type d’objectif l’un ou l’autre est-il adapté ? Comment le maître peut-il préparer une discussion pour lui, à son niveau de réflexion, (car si, cela se prépare, il ne s’agit pas seulement d’écouter les élèves en distribuant la parole) ? Quel type de guidage mettre en œuvre pendant la discussion ? Quelle trace écrite ? L’insuffisance dans certains départements d’une formation continue accompagnant la mise en œuvre des programmes d’EMC rend cet aspect méthodologique fort utile à ceux qui les enseignent quasiment en autodidactes : il est précis et concret. Les exemples, même si ce n’est pas leur but premier, aident à clarifier des notions voisines, ou facilement confondues, ainsi les notions de respect, de tolérance et de politesse.

Mais l’essentiel de l’ouvrage est consacré à l’étude détaillée de plusieurs problématiques importantes. On y retrouve la marque de fabrique de l’auteure : un guidage pas à pas du praticien, guidage toujours fondé sur la mise en relation des objectifs avec les enjeux puis les pratiques. Ainsi sont abordées la liberté, l’égalité, la règle, la posture d’élèves, etc. Il ne s’agit pas vraiment de « fiches » prêtes à appliquer parce que chaque fois, une étude des notions ou une brève réflexion philosophique transmettent une information de fond au lecteur et fondent les pratiques proposées. Mais on passera très facilement des propositions d’activités à une préparation de séquence.

La partie la plus novatrice, largement illustrée en annexe par des photos d’affichage en classe et de cahiers d’élèves, concerne la trace écrite. L’auteure y attache une grande importance, remarquant que l’idée d’un cahier d’EMC peine à s’imposer, les élèves utilisant des supports/outils différents pour les quatre domaines du programme quand ils font des traces écrites. L’outil unique, que l’auteure préconise de cycle, voire unique pour les cycles 2 et 3, permettrait de mettre en valeur la cohérence de l’enseignement moral. Il a pour rôle est « d’articuler savoirs, valeurs et pratiques ». On trouvera des suggestions pour son organisation, sur la façon d’aider l’élève à se l’approprier et sur son utilisation dans la vie de la classe puisque la morale laïque se vit au quotidien et pas seulement pendant l’horaire où elle est objet d’apprentissage.

De nombreux tableaux synthétisent les points essentiels et permettent de retrouver facilement une information ; les annexes présentent différents outils pour l’élève ou pour le maître, autour de l’élaboration des règles de vie (domaine « règle et droit »), de la laïcité (domaine du jugement), du conseil de vie de classe (domaine de l’engagement), du message clair (domaine de la sensibilité) et ceux à qui elle aurait échappé trouveront même un modèle de la roue des émotions. Au final, un ouvrage clair et pratique qui accompagnera utilement les débutants et tous ceux qui, plus expérimentés, se posent néanmoins des questions sur la façon d’aborder l’un ou l’autre des quatre domaines visés par les programmes.

Elisabeth Bussienne