Accueil > Publications > Articles en ligne > Une « culture technologique » dans le XXIème siècle : le talent et le cœur à (...)


N°455 - Dossier "La technologie"

Une « culture technologique » dans le XXIème siècle : le talent et le cœur à l’ouvrage chez les Compagnons du Tour de France

Par Dany Sénéchaud

La France est depuis longtemps terre de tradition compagnonnique. Chaque année, plusieurs centaines de jeunes choisissent d’exercer leur métier en intégrant les Maisons de Compagnons. Ils sont mécaniciens, tailleurs de pierre, plâtriers, serruriers, charpentiers... Qu’est-ce qui fait la spécificité de cette formation ?
Ce texte est la version intégrale de l’article paru sous une forme plus brève dans notre dossier « papier » 455.

Trois sociétés fédèrent aujourd’hui le mouvement : l’Association Ouvrière des Compagnons (6500 apprentis), l’Union Compagnonnique (1500) et la Fédération Compagnonnique (800), avec une structure commune : le musée du Compagnonnage à Tours, de réputation internationale.
Chaque année plusieurs centaines de jeunes choisissent d’exercer leur métier en intégrant les Maisons de Compagnons. Ils sont mécaniciens, tailleurs de pierre, plâtriers, serruriers, charpentiers, etc. Chaque Maison accueille donc des jeunes itinérants désireux d’apprendre et de voyager selon la tradition des Compagnons. Du domaine technologique à la maîtrise du métier il y va d’un parcours qui promet déjà à un bel avenir. Grand angle :

« Aie l’esprit curieux et voyage intelligemment ! »

Le voyage entrepris à travers la France (et parfois aussi à l’étranger) est riche d’expériences professionnelles, de rencontres et de liens à tisser. Pleinement vécu, il est un tremplin pour « grandir », se former et s’exercer aux techniques menant à la Maîtrise, au « vivre ensemble » et au travail réalisé en parfaite autonomie comme en équipe et, au final, devenir un responsable recherché, respecté dans le métier choisi. Le Compagnonnage, c’est le voyage et le métier. Toutefois, le perfectionnement ne peut se résoudre simplement à l’acquisition de techniques par la pratique du métier. L’ouverture aux autres et sur le monde qu’offre le voyage, le partage d’un état d’esprit, le sens du bien commun, sont autant de chemins à emprunter. En somme, mieux comprendre, vivre et transmettre les valeurs du Compagnonnage.
La vie dans les Maisons des Compagnons est communautaire. Chaque changement de ville, l’arrivée d’un apprenti ou d’un stagiaire, en modifie l’équilibre, chaque année une nouvelle équipe se forme, riche des différences des personnes qui la composent. De nouveau, il faut apprendre à se connaître, à partager et à s’unir.

Vie communautaire

À l’image de la famille, la vie communautaire chez les Compagnons demande attention et développe les vertus de fraternité, de générosité et de discipline. Identique dans chaque Maison, une règle de vie formalise l’état d’esprit qui anime cette confrérie : la Règle de la communauté des Compagnons, lue à haute voix devant l’assemblée lors de l’Adoption de tout nouvel arrivant. Le Compagnon Tailleur de pierre Jean Bernard, « La Fidélité d’Argenteuil », initiateur de l’Association Ouvrière des Compagnons, l’avait défini en ces termes : « Regrouper des jeunes motivés par le souci d’acquérir un métier sous un même toit et les accompagner d’une structure sous forme de famille, nous fait penser à une éducation saine et permettant d’envisager un certain avenir. Transmettre les valeurs de l’homme en utilisant le support du métier, cultiver l’esprit de partage familial et l’esprit du travailleur manuel, toutes ces valeurs s’inscrivent dans un Ordre, celui du Compagnonnage. »

Règle de la Communauté des Compagnons
(extraits)

[...] Les Compagnons, la Mère ou la Dame-Hôtesse, le Prévôt, le Rôleur, le premier Aspirant, assument, chacun dans leur rôle une part de la transmission du Compagnonnage. Respectueux de la Règle qui en est issue, ils doivent veiller à ce que les membres de la communauté s’en pénètrent et l’applique sans réserve.
[...] Les Compagnons Aspirants et Stagiaires ont qualité de « Pays » ou « Coterie » selon leur métier. Les usages propres aux relations entre les membres de la communauté doivent être pratiqués par tous.
[...] Au travail, les Compagnons, Aspirants, Stagiaires, Apprentis doivent avoir à cœur de se perfectionner dans leur métier. Ils doivent respecter les personnes et les conditions établies à l’embauche.
[...] La bonne tenue des ateliers, salle de chefs-d’œuvre, chambres, bibliothèque, est confiée à la conscience de chaque membre de la communauté.
[...] L’acceptation des présents extraits de la Règle constitue pour tous les membres de la communauté un engagement en conscience de rechercher une attitude exemplaire, tant à l’intérieur de la Maison des Compagnons qu’à l’extérieur de celle-ci.
[...] Tout stagiaire aura à cœur d’être adopté Aspirant, de voyager, de parfaire ses connaissances professionnelles et culturelles pour être reçu Compagnon afin de retransmettre ses connaissances et les valeurs du Compagnonnage.

Adoption et travail de Réception

Les jeunes admis en apprentissage, après des tests auprès d’un patron, bénéficient du centre de formation en cours du soir pour les enseignements théoriques traditionnels : français, mathématiques, technologie (dessin technique principalement), « causeries » (autant sur la connaissance du métier que sur la vie locale historique ou culturelle), parfois anglais et ont surtout des heures de pratique en atelier chez un Compagnon. Il s’agit de préparer le travail d’Adoption ou encore le diplôme interne aux Compagnons : le Certificat de Perfectionnement Professionnel (C.P.P.), examen validant un niveau de perfectionnement situé entre les B.E.P., C.A.P. et le Baccalauréat Professionnel. A Poitiers, la coterie Jean Baridon, nous raconte ce travail d’Adoption, un moment fort de sa formation qu’il avait présenté l’année dernière : « j’ai passé 250 heures de travail, en dehors de ma semaine chez mon patron, sur la fabrication d’un four à pain traditionnel que j’ai ensuite construit chez la Mère à Labruguière près d’Albi. Après 4 années sur le Tour de France, j’aurai à accomplir un travail de Réception, le chef-d’œuvre, encore plus conséquent, mais qui me vaudra le titre mérité de Compagnon Itinérant ».
Au terme de son Tour de France le jeune en formation pourra atteindre en termes de compétences un Niveau III (B.T.S. - D.U.T.). Ainsi, même si le Compagnonnage s’impose toujours comme une excellente carte de visite auprès d’un patron, il y aura parfois une négociation nécessaire quant à la reconnaissance d’un niveau initial supérieur au Niveau V. Les instances de l’Association ouvrière des Compagnons admettent elles-mêmes qu’étant donné l’évolution récente, il devient important de revoir l’acception traditionnelle qui consiste à privilégier en premier lieu, dans le parcours du compagnon, l’acquisition de compétences avant la reconnaissance par l’obtention des diplômes.
Signalons un autre enjeu actuel, dû à l’évolution des pratiques et des mentalités : la place des jeunes femmes dans la pratique de métiers traditionnellement réservés aux hommes tendant à augmenter, elles devraient bientôt être aux environs de 10 à 15 % à tenter l’expérience du parcours long et contraignant du Compagnonnage et ceci au-delà de leur présence déjà effective chez les pâtissiers et les boulangers, les tapissiers et les selliers.

Compagnonnage et culture

Le ressort de la formation compagnonnique tient à la transmission des connaissances du maître d’apprentissage à son élève. Autant dire qu’ici, et ce pour les 25 métiers enseignés, les échanges transgénérationnels forment l’essentiel de l’exigence pédagogique chez le formateur. « la transmission ne peut se résumer au métier, mais le métier est vecteur de transmission », et c’est riche de sa réputation de « bâtisseurs de Cathédrales » qu’elle s’est donnée au cours du temps une structure commune, le musée de Tours, et des traces écrites importantes (voir bibliographie)

Dany Sénéchaud, Formateur 1999-2001, Maison de Poitiers.


Petit dictionnaire compagnonnique

- Apprenti : jeune dont l’objectif est d’apprendre les bases indispensables du métier. Certains apprentis partagent la vie de la Maison des Compagnons. Alors comme tout stagiaire, Aspirant ou Compagnon, il participe, à sa hauteur, à la bonne marche de la communauté. A l’issue de ses années d’apprentissage, il pourra s’investir plus avant et partir sur le Tour de France.
- Aspirant : Adopté par la communauté, il est désireux de parfaire ses connaissances professionnelles et culturelles par le biais du Voyage. Comme son nom l’indique, il aspire à devenir Compagnon. Le Premier Aspirant seconde le Rôleur dans sa mission de coordination et d’animation de la communauté.
- Compagnon itinérant : Aspirant qui s’est perfectionné dans son métier et enrichi culturellement par le Voyage. Reçu Compagnon par sa corporation, il a le devoir de transmettre son savoir et son expérience aux plus jeunes en les écoutant et les guidant le mieux possible. Il est amené à prendre des responsabilités telles que : Responsable de corporation, Maître de stage, Rôleur ou Prévôt.
- Coterie : la « Coterie » est celui dont le métier s’exerce essentiellement à partir d’échafaudage (métiers du bâtiment).
- Dame-Hôtesse : Femme qui assure une grande partie des missions d’une Mère sans être encore reçue à ce titre.
- Fêtes compagnonniques : l’année chez les Compagnons est ponctuée de nombreuses fêtes, fêtes rituelles d’Adoption, de Réception et aussi fêtes propres à chaque corporation : la St Honoré pour les « Chiens blancs » (boulangers) ; la St Pierre pour les « Gamates » (maçons) et les « Targettes » (serruriers) ; la Ste Catherine pour les « Choumacs » (chaudronniers) ; la St Joseph pour les « Bois debouts » (charpentiers), etc.
- Mère : la Mère fut des siècles durant, la patronne d’une auberge qui accueillait les Compagnons voyageant la France. Elle est reçue à ce titre par les Compagnons et même si aujourd’hui, les auberges ont laissé place aux Maisons qui abritent plusieurs corps de métier sous un même toit, son rôle garde ses fonctions traditionnelles : accueil et accompagnement des itinérants, maintien de la bonne entente au sein de la communauté, gestion de l’hôtellerie.
- Pays : le « Pays » est celui dont le métier s’exerce principalement en atelier (métiers du cuir, de l’alimentation, des métaux).
- Prévôt : nom attribué au Compagnon qui assume les responsabilités d’une prévôté (Maison). Généralement cette charge de prévôt est limitée à trois années durant lesquelles ce Compagnon quitte complètement son métier. En lien avec la Mère ou la Dame-Hôtesse, le Provincial (responsable de la province compagnonnique), le Rôleur, les Compagnons itinérants et sédentaires, il s’occupe de la communication, de la gestion, de la formation et de l’animation de la Maison dont il est responsable. Il s’occupe de trouver les embauches préalables à l’arrivée des jeunes.
- Rôleur : Compagnon itinérant dont le rôle est de seconder le Prévôt. Il veille au bon état d’esprit dans la communauté.
- Sédentaire : Compagnon qui a mis fin à son tour de France. Autrement appelé « ancien. »
- Stagiaire : jeune ayant fini son apprentissage, il est invité à prendre part à la vie de la Maison. Tout jeune homme, ayant à cœur de s’investir au sein de la Communauté et dans son métier, pourra devenir Aspirant et voyager sur le Tour de France. Il formulera sa demande auprès de son responsable de corporation et du Prévôt, avec lesquels il définira son projet.


Bibliographie

- L’Encyclopédie des Métiers
Depuis trente ans, les Compagnons-du-Devoir ont entrepris de rassembler les savoirs et savoir-faire accumulés depuis des générations. Conçus autour de la rencontre de compagnons, d’architectes, d’ingénieurs et d’historiens, ces volumes témoignent de la culture des métiers. La collection comprend les ouvrages suivants : - La carrosserie ; - La charpente et la construction en bois ; - L’art du couvreur ; - Les verrières ; - La plâtrerie, le staff et le stuc ; - La maçonnerie et la taille de pierre ; - La menuiserie.

- Une série de brochures, Les cahiers du Collège des Métiers, traitent tous d’un thème spécifique. De nombreux titres, tous en lien avec des savoir-faire liés aux corporations.

- Chacune des « associations » compagnonniques propose un outil de propagande interne, Le journal des Compagnons, d’une périodicité allant du mensuel au trimestriel.

- Coornaert E., Les compagnonnages en France du Moyen-âge à nos jours. Editions Ouvrières, 1966. [434+17 p.]

- Icher F., Les compagnonnages en France au XXème siècle. Eds. J. Grancher, 1999. [700 p.]

- Novarais J.-R., Le compagnonnage artisanal. Fondation et histoire d’une société, 1942. [71 p.]

- Gordon P., Origine lointaine de la Franc-maçonnerie et du Compagnonnage. Société française d’édition, 1984. [19 p.]

- La France (revue de synthèse du vivant), n°32, 1986 : « le Compagnonnage aujourd’hui »

Fondée en 1951, la Librairie du Compagnonnage 2 rue de Brosse - 75004 Paris, LA bonne adresse pour trouver tous ces ouvrages !

Sur le Web : l’Association ouvrière des Compagnons du Devoir du Tour de France est la mieux représentée sur l’Internet avec un site-ressource très complet (http://www.compagnons-du-devoir.com) et une série de sites complémentaires dédiés aux Instituts supérieurs des Métiers, structures spécifiques créées en 1988 consacrées aux rencontres, à la recherche et à la formation : - Charpente et construction bois : institut-charpente.com ; - Métal dans le bâtiment : institut-metal.com ; - Maréchalerie : : institut-marechalerie.com ; - Métiers du plâtre : institut-platre.com ; - Couverture : institut-couverture.com ; - Génie climatique et sanitaire : institut-genieclimatique-sanitaire.com ; - Taille de pierre : institut-de-la-pierre.com.


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N°517 Tout commence en maternelle

    Mettre au centre la résolution de problèmes
  • N° 540 - Rubrique « Faits et idées »

    «   Ça m’a vraiment servi en classe !   »
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Sélection bibliographique
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Ils ont même applaudi !
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Plaidoyer pour l’alternance
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Un modèle d’enseignement à saveur québécoise
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    L’empreinte des professeurs de lycée professionnel
  • N° 540 - Voie professionnelle : (r)évolutions en cours

    Des ENNA aux ESPÉ
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Préparez votre paire de schizos !
  • N° 539, Pouvoir d’agir et autonomie, de l’école au lycée

    Fonction : coordinateur d’équipe