Accueil > Publications > Articles en ligne > Un dictionnaire des idées reçues sur le théâtre-éducation


N° 519 - À l’école du théâtre

Un dictionnaire des idées reçues sur le théâtre-éducation

Chantal Dulibine

Un exercice grinçant de pensée critique sur les préjugés qui ont la vie dure.

1- On ne peut pas faire jouer une classe entière : "ils sont trop nombreux et pas tous motivés ; en plus, certains ne sont pas doués" (sic !).

2- Le théâtre est réservé à une élite sociale et intellectuelle.

3- Mieux vaut subventionner le sport que le théâtre.

4- Voir une représentation au théâtre est le clou d’une séquence pédagogique, la cerise sur le gâteau.

5- L’étude du texte et la mise en jeu sont deux phases obligatoirement successives (d’abord à la table, ensuite sur le plateau…).

6- Rien ne remplace le spectacle vivant professionnel pour que les élèves goutent le théâtre.

7- Les artistes n’ont pas besoin de formation pour intervenir avec des élèves, ils doivent les traiter comme des professionnels.

8- Les enseignants savent quoi faire avec un texte de théâtre.

9- L’enseignant en classe est au fond un acteur : il fait vibrer les textes en les lisant « bien », il est constamment regardé et doit savoir faire le pitre pour capter l’attention.

10- L’artiste apporte la fantaisie et la créativité, il vient semer le trouble dans l’institution, l’art à l’école est subversif par la totale liberté qu’il propose aux enfants d’ordinaire « assis-rassis ».

11- L’enseignant est là pour récolter l’argent des spectacles (puis y faire la police).

12- Le répertoire antique ou classique est plus difficile d’accès que le théâtre contemporain

13- Il faut bien s’habiller pour aller au théâtre, et s’y tenir coi.

14- Le film L’esquive donne une image admirable de l’assimilation de la culture classique par les élèves de banlieue.

15- Les enseignants qui s’occupent de théâtre avec leurs élèves sont souvent des acteurs rentrés ou des metteurs en scène ratés.

16- Les options-théâtre sont le fer de lance du théâtre dans l’enseignement qu’elles doivent vivifier. Il faut les multiplier (et les payer) à tous les niveaux (soit 15 000 euros pour trois niveaux d’option lourde – seconde, première, terminale, financement de la Culture pour rémunérer les partenaires artistiques, l’Éducation nationale nommant des professeurs agréés).

17- Il faut mettre un artiste et un professeur formé en théâtre dans chaque classe.

18- Le théâtre amateur est moins artistique que le théâtre professionnel ; alors que dire du théâtre en milieu scolaire...

19- Le théâtre pour être pris au sérieux doit déboucher sur des grands spectacles et des épreuves au baccalauréat.

Mais au fait que met-« on » sous le mot « théâtre » ?

Chantal Dulibine
Professeure au lycée Claude Monet et formatrice

Sur la librairie

 

À l’école du théâtre
Qu’est-ce que les élèves apprennent avec le théâtre, de l’école à l’université, dans toutes les disciplines ? Sans se limiter au théâtre pour lui-même, ni aux liens étroits qu’il entretient avec la langue et la littérature, dans quel but et comment travailler avec le théâtre pour optimiser les apprentissages de tous les élèves ?


 Les Cahiers pédagogiques sont une revue associative. Pour nous permettre de continuer à la publier, achetez-la, abonnez-vous et adhérez au CRAP.


  • Dans la même rubrique

  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Pourquoi ils s’ennuient ?
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Favoriser la persévérance scolaire
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    Le pari de l’éducabilité
  • N° 531 - Embarquer les élèves

    6e sens, du sens pour la 6e
  • N° 531 - S’embarquer dans les apprentissages

    Et pourtant Truffaut n’arrivait pas à apprendre l’anglais !
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Ressources
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Apprendre à être responsable de ce qu’on dit
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    C’est parti, je vote !
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    La coopérative scolaire : levier d’apprentissages citoyens
  • N° 530 - Former les futurs citoyens

    Égalité et discrimination en classe de lycée professionnel