Accueil > L’actualité vue par le CRAP > Les revues de presse > Revue de presse du mercredi 27 novembre 2019


JPEG - 26.3 ko

Revue de presse du mercredi 27 novembre 2019

Le système — Orientation — Supérieur

Petite revue avec des infos diverses sur le système, l’orientation et le supérieur. Vers une privatisation de l’orientation ? Doubles licences : un parcours d’excellence à l’université ?


Le système

Enseignement. Cours de latin à distance et télé interactive entre Nantes et Châteaubriant
À Nantes, le lycée Notre-Dame-de-Toutes-Aides, et à Châteaubriant, l’Institution Saint-Joseph , créent des cours à distance. La télé interactive aide à préserver l’enseignement des langues et cultures anciennes.”

« Les enseignants doivent pouvoir redevenir les chercheurs qu’ils étaient » Par Samuel Lequette
« Les professeurs ont-ils encore du temps à consacrer à la réflexion pédagogique ? La réponse est non », regrette Samuel Lequette, professeur de français en collège et en lycée.”
Ces derniers mois, en marge des formes traditionnelles de l’action syndicale, des enseignants du primaire et du secondaire, des directeurs et des chefs d’établissement ont pris la parole dans la presse et sur les réseaux sociaux pour dénoncer, parfois avec colère, parfois avec désespoir, les conditions d’exercice de leur fonction.
Les mots employés sont forts et renvoient à une dimension psychique, voire psychologique : « solitude », « souffrance », « malaise », « trouble identitaire »… Entendre ces mots-là n’est pas tout à fait nouveau. Il existe d’ailleurs depuis une dizaine d’années une littérature sociologique abondante sur le « mal-être » enseignant en France
.”

Réunion des ministres de l’Éducation du Conseil de l’Europe dans le cadre de la présidence française de l’Organisation Communiqué de presse - Jean-Michel Blanquer - 26/11/2019
L’éducation à la citoyenneté à l’ère du numérique et la création d’un observatoire de l’enseignement de l’histoire de l’Europe à l’agenda de la réunion des ministres de l’Éducation du Conseil de l’Europe.”

Alain Lamassoure : « Nous fabriquons des générations pour moitié nationalistes, pour moitié amnésiques » propos recueillis par Marie-Amélie Lombard-Latune
Les ministres de l’Education du Conseil de l’Europe, réunis mardi à Paris, ont voté la création d’un Observatoire de l’enseignement de l’histoire de l’Europe. Ils se sont inspirés du rapport remis, en avril dernier, à Edouard Philippe par l’ancien ministre Alain Lamassoure. Un constat sombre sur la façon dont les jeunes des 47 Etats membres appréhendent l’histoire de leur pays et du continent. L’ignorance des faits ou l’instrumentalisation de l’histoire participent à la résurgence des nationalismes et à la montée des populismes, alerte avec insistance Alain Lamassoure.” réservé aux abonnés


Orientation

Les parents démunis face à l’orientation, maillon faible de l’Éducation nationale Par Caroline Beyer
L’orientation ? Un sujet d’inquiétude pour 85 % des parents au lycée. Et sur lequel ils ne sont que 35 % à se sentir « accompagnés ». Alors que la réforme du bac - qui implique un choix resserré autour de trois spécialités dès la première - ajoute à l’angoisse des familles, l’Association des parents de l’enseignement catholique (Apel) publie un sondage * qu’elle présente ce mercredi au Sénat dans le cadre d’un débat. Près de la moitié des familles estiment l’information « difficile » à trouver. Résultat : 77 % d’entre elles envisagent de solliciter les services d’un conseiller d’orientation ou d’un « coach ».” réservé aux abonnés
Mais qu’est-ce qu’un “conseiller d’orientation” pour les familles ? Le PsyEn EDO de l’éducation nationale ou un professionnel privé et payant ?

Le Havre : les psychologues de l’orientation de l’Éducation nationale se sentent plus que jamais menacés
Le ballet incessant des collégiens, lycéens, étudiants et parents, devant les trois pupitres de leur stand du carré des Docks, montre qu’ils comptent bel et bien sur eux pour trouver leur voie. En ce samedi, les psychologues de l’Éducation nationale du Havre ne chôment pas au Salon de l’étudiant. Pourtant, ils n’ont jamais senti leur profession aussi menacée qu’en cette fin d’année. Près d’eux, une pétition intersyndicale datant déjà de 2018 est proposée aux visiteurs, rappelant que l’inquiétude est loin d’être récente. « J’ai distribué 400 tracts à l’entrée », explique aussi François Bertaud, psychologue élu Snes-FSU de l’Académie de Rouen et au niveau national, qui avait déjà tiré la sonnette d’alarme en février, alors qu’allait se dérouler la Nuit de l’orientation à la CCI du Havre.”

Nicolas Mathieu : « Mon parcours d’étudiant n’avait aucune valeur sur le marché du travail »
"« J’avais 20 ans » : « Le Monde » interroge une personnalité sur ses années d’études et son passage à l’âge adulte. Ce mois-ci, Nicolas Mathieu, Prix Goncourt en 2018 pour « Leurs enfants après eux »". Propos recueillis par Jessica Gourdon


Supérieur

Réforme des études de santé : les facultés de médecine sont sous tension par Mersiha Nezic
La mise en œuvre de la réforme du premier cycle des études de médecine, maïeutique, odontologie et pharmacie, suscite des tensions dans les universités. Désormais, chaque université doit mettre en place au moins deux des trois voies d’accès à ces études, dans un calendrier serré. Les moyens alloués à la réforme sont également estimés insuffisants par les facultés de médecine.”

Face aux écrans, la bataille des enseignants pour maintenir l’attention des étudiants Par Marine Miller
Interdire ou non les ordinateurs en cours : dans l’enseignement supérieur, la question fait débat. Pour maintenir l’attention d’une génération qui « décroche » plus facilement, les enseignants appliquent de nouvelles stratégies.”

Le succès des doubles licences ou quand l’​université française joue la carte de l’excellence en premier cycle par Bruno Magliulo
De longue date, mis à part quelques cas particuliers, la plupart des premiers cycles universitaires français furent globalement porteurs d’une très mauvaise réputation. L’une des conséquences de cette piètre image était - et est toujours en grande partie - qu’une majorité des meilleurs élèves de l’enseignement secondaire se détournaient, et se détournent encore fortement de cette catégorie de formations de l’enseignement supérieur. Cette mauvaise réputation - qui perdure en grande partie pour les licences simples - découle de diverses caractéristiques : l’absence de sélection ou de la moindre régulation des flux à l’entrée de la première année qui fait que c’est là que se retrouvent la plupart des bacheliers les plus faibles, l’importance des effectifs d’étudiants durant les premières années du parcours d’études avec le trop faible encadrement et accompagnement qui en résulte, la modestie du volume annuel de formation (deux fois moins d’heures en moyenne que dans les IUT, STS, classes préparatoires, écoles ...), la faiblesse (quand ce n’est pas la totale absence) de toute prise en compte des réalités professionnelles (pas ou trop peu de stages, quasi absence de tout enseignement de nature technologique ou professionnelle ...), l’épouvantable taux d’échec en première année (en moyenne, moins d’un tiers des étudiants de première année de licence passent en deuxième année sans redoubler, 45% seulement des entrants finissent par parvenir à se doter du grade de licence...).”

Bernard Desclaux


JPEG - 23.5 ko

Sur la librairie des Cahiers Pédagogiques

N° 556 - Sujets à émotions
Dossier coordonné par Florence Castincaud et Jean-Charles Léon
octobre 2019 Même si les émotions et le vécu font partie du processus d’apprentissage, le sujet doit les dépasser pour devenir sujet apprenant ou enseignant. Quels moyens didactiques et pédagogiques permettent de surmonter ces peurs d’apprendre ou d’enseigner ? Comment se former pour prendre conscience des affects dans la classe ?

N° 555 - Droits des enfants, droits des élèves
Dossier coordonné par Catherine Chabrun et Maeliss Rousseau
septembre-octobre 2019
La Convention internationale des droits de l’enfant aura 30 ans en novembre 2019. Quelles pratiques pédagogiques et quels partenariats développer pour que les enfants, y compris ceux en situation difficile à l’extérieur de l’école, soient acteurs de leurs droits, tout en respectant leurs obligations en tant qu’élèves ?